Le «grenier» de la Grande Guerre

Peinture représentant un soldat canadien de religion sikh, Kanwar Dhillon, durant la Première Guerre mondiale.

Peinture représentant un soldat canadien de religion sikh, Kanwar Dhillon, durant la Première Guerre mondiale.


11 avril 2017 à 0h30

Raconter les histoires de Torontois et de Torontoises qui ont combattu en Europe pendant la Première Guerre mondiale, c’est la mission des 10 courts métrages regroupés sous le titre Toronto’s Great War Attic qui étaient projetés au théâtre de l’Alliance française le 5 avril, dans le cadre du centenaire de la bataille de Vimy.

Produits par le Service des musées et du patrimoine de Toronto, sous la direction de Larry Ostola, ces courts métrages mettent en scène des témoignages de familles de proches envoyés au front pendant ce qu’on a appelé la «Grande Guerre». Ce projet a commencé en 2014, dans le cadre d’une série de 12 évènements publics.

Larry Ostola, directeur des services des musées et du patrimoine de Toronto.
Larry Ostola, directeur des services des musées et du patrimoine de Toronto.

«Nous avons récolté plus de 100 témoignages, mais nous avons dû faire une sélection», indique M. Ostola. «Ce qui est intéressant dans les 10 témoignages choisis, c’est que toutes les histoires sont différentes et que les personnes que l’on voit sont des résidents de Toronto.»

Quand la Première Guerre mondiale commence en 1914, l’Empire britannique fait appel à ses «dominions», dont le Canada. À Vimy, en ce printemps 1917,  les Forces canadiennes combattaient pour la première fois en tant qu’armée distincte sous les ordres d’un commandant canadien.

Les batailles canadiennes de la Grande Guerre (notamment Vimy, Passchendaele, la Somme) ont été particulièrement meurtrières. Les pertes totales de militaires canadiens de 1914 à 1917 sont d’environ 66 000 morts et 170 000 blessés, pour 630 000 militaires envoyés aux fronts.

Il faut savoir qu’en 1914, le Canada ne comptait qu’entre sept et huit millions d’habitants.

Dans le Toronto’s Great War Attic, on découvre l’histoire d’une jeune infirmière canadienne qui avait son propre kit de médecine, avec ses propres aiguilles et seringues. Elle a laissé des photos et des lettres. Lorsque sa petite fille Kathy Poplar raconte son histoire, et découvre avec nous l’utilité de la mallette d’infirmière, on comprend tout de suite que Kathy aussi est infirmière: 100 ans après, les deux femmes partagent le même métier.

Pour Larry Ostola, «100 ans ce n’est pas si loin.»

Au cours de la soirée à l’AFT, son collègue Wayne Reeves, conservateur muséal en chef de la ville de Toronto, a montré des médailles et badges appartenant à des soldats canadiens de l’époque. Sur les contours de chaque médaille militaire canadienne, on peut voir (à la loupe) gravé le nom de son détenteur.

Le prochain évènement de l’AFT consacré à Vimy aura lieu le 20 juin: une exposition de la photojournaliste canadienne Racheal McCaig sur le monument commémoratif de la bataille de Vimy, intitulée Je me souviens, Vimy: 100.

Grenier
Wayne Reeves, conservateur en chef des services des musées et du patrimoine de Toronto.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur