Le CCO s’est bien implanté à Toronto

Depuis avril 2015, le Conseil de la Coopération de l'Ontario s'est installé en ville

Julien Geremie

Julien Geremie


21 février 2017 à 9h44

Le Conseil de la coopération (CCO) vient d’être re-confirmé comme organisme de prestation pour le programme Jeunesse Canada au travail (JCT) dans les deux langues officielles pour les deux prochaines années, soit jusqu’en 2019.

Cela fait en fait plus de 20 ans que le CCO est gestionnaire du programme. Les subventions du JCT visent à donner aux étudiants et aux jeunes diplômés canadiens l’occasion d’acquérir des expériences de travail enrichissantes tout en découvrant une nouvelle région du Canada. Pour l’employeur, le programme offre une main-d’œuvre aux compétences concurrentielles capable d’apporter des idées novatrices.

Même s’il existe depuis 1964 et qu’il est présent dans toutes les régions rurales de l’Ontario, le CCO est assez peu connu dans le Sud-Ouest de la province. Après une tentative d’implantation en 2010 à Barrie, c’est finalement en avril 2015 que le premier bureau du conseil s’est installé au centre-ville de Toronto. «On sentait qu’il y avait un certain dynamisme au niveau de la communauté francophone à Toronto concernant l’entreprenariat social et coopératif.», explique Julien Geremie, directeur du développement.

Tout le Sud de l’Ontario

«On s’est rendu compte qu’il y avait pas mal de gens, particulièrement des jeunes et des nouveaux arrivants, qui portaient un intérêt marqué pour le mandat de notre organisation. Même si nous sommes situés au centre-ville, nous couvrons les régions adjacentes. Par exemple, nous travaillons sur certains projets dans la région du Niagara, de Windsor…»

En décembre, le CCO a élu Claudette Gleeson à la présidente de son conseil d’administration, pour succéder à Lucie Moncion, nommée sénatrice. Mentionnons que Thierry Lasserre (de l’Alliance française) et Hosni Zaouali (de Voilà Learning), tous deux de Toronto, siègent également au CA du CCO.

Le CCO a pour mission de contribuer à l’essor de «l’économie sociale» dans la collectivité francophone par la coopération. Il réalise cette mission en permettant aux coopératives et entreprises sociales de se concerter, de promouvoir leurs intérêts et de soutenir leur développement.

«On aide aussi les organisations sans but lucratif à devenir des entreprises sociales. On les accompagne à devenir plus entreprenantes, à vendre plus de produits et de services», poursuit Julien Geremie.

Valeurs humanistes

Basé sur des valeurs progressistes et humanistes, les coopératives et entreprises sociales apparaissent pour les jeunes entrepreneurs comme une solution d’avenir qui va avec son temps: «Aujourd’hui, on veut faire de l’argent, mais aussi réinvestir dans la communauté.»

L’organisation souhaite que la communauté franco-ontarienne soit une vitrine de l’économie sociale et solidaire. «On a de très beaux modèles francophones à succès dans la province, on est en mesure de dire qu’il y a un terreau fertile pour l’entreprenariat ici en Ontario», indique le directeur du développement. «De cette façon, on se démarque. On ne peut pas juste mettre en avant notre langue, il faut aussi montrer que l’on a quelque chose à apporter à la société ontarienne.»

C’est une fierté francophone qui intéresse beaucoup le public anglophone. «Pour répondre à cette demande qui est très forte, on bilinguise des projets ou on demande une composante francophone impérative dans les projets. Une façon d’accroître l’espace francophone dans les organismes anglophones», conclut Julien Geremie.

En 2016, une centaine d’entreprises ontariennes ont reçu le soutien de la CCO, dont 40 depuis le bureau de Toronto (l’Alliance française, Thank You Chef,  le Groupe artisanal féminin francophone de l’Ontario, l’Association marocaine de Toronto…).

Le futur de l’organisation est relativement prospère, puisque les coopératives et entreprises sociales se présentent comme un modèle d’avenir, appuyé par l’ONU, par le gouvernement de l’Ontario, mais aussi… dans un récent discours,  par le pape!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’homme derrière Snopes: bientôt 25 ans de vérification des faits

Légendes urbaines, secrets, canulars, mensonges ou vérité vraie? (Illustration: Aeaechan | Dreamstime.com)
Snopes, l’ancêtre de tous les sites de vérification des faits, n'imaginait pas que ça pouvait devenir payant.
En lire plus...

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur