Hervé St-Louis aime l’action américaine rétro

La BD en ligne Johnny Bullet


6 juillet 2015 à 17h22

Des grosses voitures, des enquêtes, du suspense, de l’action… Le tout dans un style rétro rappelant les BD américaines des années 1970. Vous voilà plongés dans l’univers de Johnny Bullet. Ce pilote de dragster, sorti tout droit de l’imagination d’Hervé St-Louis, saura ravir les amateurs de bandes dessinées du temps passé… ainsi que les fans de Steve McQueen.

Une année s’est écoulée depuis le début de ses aventures que des lecteurs suivent assidûment sur internet. L’intrigue démarre dès les premières pages dans lesquelles nous apprenons le meurtre du mécanicien de Johnny Bullet, suite au sabotage d’une Dodge Challenger, au cours du tournage d’un film d’action. Or, le héros était lui-même la cible première de ce crime, ce qui l’entraîne inévitablement à enquêter sur celui-ci.

Son histoire, Hervé St-Louis l’a imaginée en s’inspirant de Steve McQueen. Le personnage fictif et l’homme réel partagent en effet de nombreux points communs. Les voitures, bien sûr, l’époque, mais aussi le cinéma – Johnny Bullet étant cascadeur.

«Au départ, je voulais consacrer une bande dessinée à Steve McQueen. Mais je n’ai jamais réussi à avoir les droits. Johnny Bullet était mon plan B», confie Hervé St-Louis, en entrevue à L’Express.

Le dessinateur, passionné par les années 1970, en partie pour ses grosses automobiles, avoue découvrir sa propre création au fur et à mesure que l’intrigue évolue.

«Lorsque j’ai commencé, je ne connaissais pas vraiment le personnage. La plupart du temps, il faut savoir dès le début de qui il s’agit. Moi, je préfère laisser les héros raconter leur histoire eux-mêmes. Je comprends progressivement qui est le personnage, qu’est-ce qu’il fait et pourquoi.»

Des techniques issues de l’animation

Johnny Bullet est le principal passe-temps d’Hervé St-Louis qui n’envisage pas, pour l’instant, de s’y consacrer professionnellement de manière exclusive.

À l’origine, le dessinateur se destinait plutôt au dessin animé. Ayant suivi une formation au sein de l’ancienne école d’animation ICARI de Montréal, Hervé St-Louis a d’abord travaillé dans le multimédia et a mis en place son propre studio d’animation, Toondoctor, qui est actuellement son site internet principal.

La passion pour la bande dessinée ne l’a toutefois jamais quitté: il a, par la suite, créé un site, ComicBookBin.com, entièrement dédié à celle-ci, dans lequel il publie des critiques et ses dessins. Après avoir travaillé à Calgary, il s’est établi à Toronto, dans la faculté d’information, où il enseigne les nouvelles technologies tout en préparant un doctorat sur les interactions homme-machine… et en travaillant sur Johnny Bullet en fin de semaine.

Pour faire cette bande dessinée, Hervé St-Louis emploie des techniques de production d’animation. Ainsi, Johnny Bullet est réalisé entièrement de manière digitale. L’auteur dessine directement sur l’écran de sa tablette tactile en utilisant le logiciel Adobe Flash.

La création d’Hervé St-Louis se regarde peut-être plus qu’elle ne se lit. Sur certaines planches, les bulles se font rares. Les dessins sont parfois très détaillés. L’ensemble est dépourvu de couleur, le dessinateur ayant privilégié le noir et le blanc, faute de temps, mais aussi par choix: ce style, selon lui, «permet de suggérer, de donner des silhouettes que le public est amené à compléter.»

Une BD bilingue

À l’heure actuelle, aucune publication papier de Johnny Bullet n’est prévue, la bande dessinée se lisant exclusivement en ligne, gratuitement, sur ComicBookBin.com, Hervé St-Louis publiant une page par semaine. Un format qui, pense-t-il, présente de nombreux avantages.

«La bande dessinée en ligne permet d’aller chercher de l’audience plus rapidement. Les lecteurs ont un rapport direct avec le créateur, ils peuvent commenter, donner leurs impressions… Il n’y a pas la barrière de l’éditeur. Quant à moi, je peux revenir en arrière, faire des modifications, des corrections», fait-il savoir.

Et pour avoir un public encore plus large, Hervé St-Louis mise sur une bande dessinée entièrement bilingue. En effet, Johnny Bullet est disponible à la fois en français et en anglais. «Le bilinguisme est pour moi l’essence de cette bande dessinée», explique-t-il.

Grâce à ces deux versions, mises en ligne chacune au même moment, Johnny Bullet a réussi à attirer quelque 1000 lecteurs, pour la plupart anglophones.

«Si je devais publier Johnny Bullet, j’aimerais faire un album tête-bêche. Et j’aimerais aussi l’imprimer en couleur, ce serait un bonus pour ceux qui l’achètent», nous dit Hervé St-Louis.

L’auteur ne compte pas mettre fin aux aventures de son personnage de sitôt. Pour l’instant, il mise sur la bienveillance de ses fans pour soutenir son projet sur Patreon, un site de financement participatif, sur lequel il publie des planches inédites payantes. Mais ce qui compte le plus pour lui, c’est avant tout de s’amuser en imaginant, chaque samedi, les prochaines péripéties de Johnny Bullet.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les présidentielles françaises débordent chez nous

Marine Le Pen et Emmanuel Macron.
Les dimanches 23 avril et 7 mai, les Français sont appelés aux urnes pour élire leur future présidente ou leur futur président. C’est un moment démocratique...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h05

Michel Lavigne: la caricature au service des droits et de la justice

Notre chroniqueur Gérard Lévesque sur les genoux du Père Noël: un dessin de Michel Lavigne.
La passion de mon ami Michel Lavigne était d’illustrer l’actualité par des dessins qui suscitaient habituellement un sourire approbateur de la part des personnes...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Les politiciens populistes montent le public contre les journalistes

Daniel Lessard
Le journaliste Daniel Lessard, qui a longtemps couvert la colline parlementaire pour Radio-Canada et qui continue d’y commenter la politique canadienne, exerce «un maudit...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Le français pour l’avenir honore Barbara Hall

John Ralston Saul et Barbara Hall
Lundi 10 avril, l’organisme Le français pour l’avenir a souligné son 20e anniversaire au campus Glendon de l’Université York, lors d’un forum qui a permis à 250...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Inoubliable Louis Riel

Louis Riel COC
La Canadian Opera Company (COC), en coproduction avec le Centre national des arts à Ottawa, revisite un chapitre important et controversé de l’histoire du...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Jérôme Bosch et Marie Chouinard: «J’aurais dû y penser moi-même»

Une scène du Jardin des Délices de Marie Chouinard, inspirée de Bosch. (Photo: Sylvie Ann Par)
Le 500e anniversaire de la mort du peintre néerlandais Hieronymus (Jérôme) Bosch, l’an dernier, a été marqué aux Pays-Bas par de nombreuses activités, dont...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h02

L’électro-franco de DJ Unpier

Dj Unpier
DJ Unpier joue sur la scène ontarienne depuis quelques années et puise son influence à Toronto. Son but: faire danser le monde, en français...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h01

Petit Biscuit a apporté le soleil à Toronto

Mehdi Benjelloun
Mehdi Benjelloun est un jeune artiste qui connaît actuellement un succès mondial. Ce jeune Français et Obélix ont un point commun, ils sont tombés...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h00

Quand les Torontois dansent sur la musique basque

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)
Le folklore des danses traditionnelles européennes, popularisé par Balfolk Toronto, est à l’honneur tous les lundis à La Revolucíon (2848 rue Dundas Ouest) et l’été à...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h59

Montmartre et ses trésors

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).
Qui, en visite à Paris, n’a pas un jour décidé d’emprunter non loin de la célèbre place Pigalle, plutôt que le funiculaire, l’escalier de...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h58

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur