Grands rêves et finales brutales dans l’espace

La mission ExoMars.

La mission ExoMars.


9 janvier 2017 à 16h29

2016 a été, pour l’exploration spatiale, une année faste en premières… et en finales spectaculaires. Une comète, une planète qui n’est plus vraiment une planète, une planète autour d’une étoile vraiment très proche… et le rêve pas très réaliste d’un premier village sur Mars.

La comète

Au final, le grand public aura davantage entendu parler de la comète Tchouri pour une petite sonde, Philae, qui s’y était posée en 2014 et qui n’a plus donné signe de vie, que pour l’autre sonde, Rosetta, qui continuait vaillamment à tourner autour de la comète et à l’examiner sous toutes ses coutures.

Philae sur la comète Tchouri.
Philae sur la comète Tchouri.

En septembre, l’expédition a pris fin pour de bon, lorsque les ingénieurs de l’Agence spatiale européenne ont envoyé Rosetta s’écraser sur Tchouri. Après ces deux années, les connaissances sur la composition des comètes ont été multipliées, depuis la forme pour le moins tarabiscotée, jusqu’à la présence de molécules organiques.

Mars

Une autre finale brutale, mais celle-là n’avait pas été prévue: la mission ExoMars a manifestement raté l’atterrissage sur Mars de sa sonde Schiaparelli le 19 octobre.

Bien qu’elle aussi ait une consoeur qui poursuive sa mission en orbite, il est important pour les ingénieurs de comprendre ce qui s’est passé, parce qu’ExoMars est une mission en deux temps: en 2020, un autre engin doit être lancé par les Européens pour déposer sur Mars un véhicule destiné à rechercher des traces de vie.

Le rover de la mission ExoMars.
Le rover de la mission ExoMars.

Mine de rien, ça ne rend pas optimiste pour l’annonce la plus haute en couleurs de l’année: le rêve du milliardaire Elon Musk d’envoyer 100 personnes à bord d’une fusée dès 2024. S’il a été qualifié par à peu près tout le monde d’invraisemblable à si court terme, le président Obama en a ajouté une couche, en évoquant en octobre une mission spatiale habitée pour la décennie 2030. Évidemment, Obama ne sera bientôt plus président, mais son successeur a lui-même évoqué son intérêt pour l’exploration spatiale.

Et la Terre?

Par contre, une des premières déclarations de l’équipe de transition de Donald Trump a été d’évoquer que la NASA devrait s’intéresser moins à la Terre qu’à l’exploration spatiale. Si tout le monde a déduit qu’il s’agissait d’une attaque contre l’alarmisme face aux changements climatiques, de plus en plus discrédité, il faut savoir que les études en sciences de la Terre ont énormément bénéficié du fait d’avoir des satellites là-haut depuis 50 ans. À inscrire dans la liste des choses à surveiller en 2017.

Jupiter

En juillet, c’est le géant de notre système solaire, Jupiter, qui a gagné une nouvelle lune: la sonde spatiale Juno, dont les neuf instruments — l’analyse du champ magnétique, des nuages, de la tache rouge, du noyau de la planète — ont du travail jusqu’en février 2018. Il y a même un volet participatif à la mission.

Juno et Jupiter.
Juno et Jupiter.

Pluton

Depuis l’autre extrémité du système solaire, des images de Pluton ont poursuivi leur voyage jusqu’à la Terre… pendant 15 mois. Il avait suffi en effet de 12 heures à la sonde spatiale New Horizons, le 14 juillet 2015, pour effectuer son passage à proximité de Pluton, mais il a fallu 15 mois pour que la sonde renvoie toutes les données amassées dans sa mémoire pendant ce bref passage.

Et c’est le 28 octobre dernier que les techniciens de la NASA ont annoncé qu’on pouvait tourner la page. De quoi occuper plusieurs futurs doctorants pendant des années, sinon des décennies: les planétologues ont à présent des informations sur la chimie, l’atmosphère, la géographie, l’activité géologique, la présence de glace, à propos d’une planète qui, il n’y a pas si longtemps, se résumait à quelques pixels sur les photos.

Pluton.
Pluton.

Proxima du Centaure

Enfin, il y a plus loin que le système solaire. En annonçant en août la détection d’une planète de taille similaire à la Terre autour de l’étoile Proxima du Centaure, notre plus proche voisine, les astronomes n’ont pas fait qu’ajouter une autre planète extrasolaire à la liste.

Cette étoile étant à «seulement» quatre années-lumière de nous, les astronomes ont donné du matériau pour des projets encore plus spectaculaires qu’une mission vers Mars: aucune étoile accompagnée de planètes ne sera jamais découverte plus proche que celle-là.

D’une certaine façon, la première découverte d’une planète possiblement habitable dans notre cour arrière est aussi une dernière. Dans la chasse à nos voisines cosmiques, cette planète est ce que nous aurons de mieux. Pour quand la première photo de cette planète? À surveiller… dans les années 2020.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Les droits linguistiques des minorités sont interreliés

Maître Michael Bergman
Si le déclin de la langue anglaise dans le système juridique québécois ne peut pas être arrêté, le raisonnement pour un accès réel à...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h11

Honneur à deux juristes

Me Danielle Manton et le prof Denis Boivin.
C’est lors du gala de son 38e congrès annuel, le 24 juin à Ottawa, que l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) décernera...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h10

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur