Festival du film Black: parce que l’expérience noire compte

The Black Panthers: Vanguard of the Revolution souligne le 50e anniversaire de la création aux États-Unis du Black Panther Party.

26 janvier 2016 à 9h45

44 films de 20 pays dans quatre salles, du 10 au 14 février, voilà ce que propose la 4e édition du Toronto Black Film Festival (TBFF) de Fabienne Colas, qui a aussi fondé le Festival international du film black de Montréal il y a 12 ans.

Le festival coïncide chez nous avec le Mois de l’Histoire des Noirs, mais aussi, cette année, avec la quasi-absence de personnalités de couleur en lice au prochain gala américain des Oscars, ce qui fait beaucoup jaser.

En conférence de presse, mercredi dernier, à laquelle participaient plusieurs cinéastes, Fabienne Colas a estimé que les Noirs doivent encore travailler plus fort que les autres pour s’imposer dans l’industrie.

C’est justement les difficultés qu’elle avait rencontrées à Montréal à présenter un film, pourtant considéré comme le meilleur depuis plusieurs années en Haïti, qui l’avait motivée à créer le festival Black.

L’édition 2016 du festival torontois, qui connaît un succès croissant, comme le festival montréalais, offrira aussi des ateliers pour l’industrie et le public, notamment avec Trey Anthony (‘Da Kink In My Hair) et avec Clement Virgo (The Book of Negroes).

L’Afrique du Sud y sera particulièrement bien représentée par les films d’ouverture et de clôture: Thina Sobabili (Nous deux, en zoulou avec sous-titres anglais), sélectionné pour l’Oscar du meilleur film étranger, et Breathe Umphefumlo (en Xhosa et anglais), deux tragédies.

Vingt films américains font partie du programme, dont The Black Panthers: Vanguard of the Revolution, pour marquer le 50e anniversaire de la création du Black Panther Party (en anglais avec sous-titres français).

L’année 2015 a d’ailleurs été marquée, aux États-Unis, de plusieurs émeutes suite à la mort de Noirs abattus par des policiers blancs, relançant le mouvement Black Lives Matter.

La plupart des 44 films du TBFF y connaîtront leur première canadienne ou ontarienne. Neuf films sont canadiens.

Le seul long-métrage en langue française, Brooklyn, de Pascal Tessaud, raconte l’histoire d’une jeune femme qui veut percer dans le hip-hop à Paris. Ce film sera présenté le 12 février à 19h au théâtre Spadina de l’Alliance française de Toronto.

Le TBFF utilisera aussi le cinéma Carlton, le Jackman Hall de l’AGO et le théâtre Isabel Bader de l’Université de Toronto.

Parmi les courts-métrages, deux sont en français: Jimmy, le son de la souffrance, sur un chanteur montréalais qui sombre dans la drogue, et Dérive, sur une affaire d’intimidation (ce dernier présenté exceptionnellement au Collège Boréal).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les présidentielles françaises débordent chez nous

Marine Le Pen et Emmanuel Macron.
Les dimanches 23 avril et 7 mai, les Français sont appelés aux urnes pour élire leur future présidente ou leur futur président. C’est un moment démocratique...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h05

Michel Lavigne: la caricature au service des droits et de la justice

Notre chroniqueur Gérard Lévesque sur les genoux du Père Noël: un dessin de Michel Lavigne.
La passion de mon ami Michel Lavigne était d’illustrer l’actualité par des dessins qui suscitaient habituellement un sourire approbateur de la part des personnes...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Les politiciens populistes montent le public contre les journalistes

Daniel Lessard
Le journaliste Daniel Lessard, qui a longtemps couvert la colline parlementaire pour Radio-Canada et qui continue d’y commenter la politique canadienne, exerce «un maudit...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h04

Le français pour l’avenir honore Barbara Hall

John Ralston Saul et Barbara Hall
Lundi 10 avril, l’organisme Le français pour l’avenir a souligné son 20e anniversaire au campus Glendon de l’Université York, lors d’un forum qui a permis à 250...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Inoubliable Louis Riel

Louis Riel COC
La Canadian Opera Company (COC), en coproduction avec le Centre national des arts à Ottawa, revisite un chapitre important et controversé de l’histoire du...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h03

Jérôme Bosch et Marie Chouinard: «J’aurais dû y penser moi-même»

Une scène du Jardin des Délices de Marie Chouinard, inspirée de Bosch. (Photo: Sylvie Ann Par)
Le 500e anniversaire de la mort du peintre néerlandais Hieronymus (Jérôme) Bosch, l’an dernier, a été marqué aux Pays-Bas par de nombreuses activités, dont...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h02

L’électro-franco de DJ Unpier

Dj Unpier
DJ Unpier joue sur la scène ontarienne depuis quelques années et puise son influence à Toronto. Son but: faire danser le monde, en français...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h01

Petit Biscuit a apporté le soleil à Toronto

Mehdi Benjelloun
Mehdi Benjelloun est un jeune artiste qui connaît actuellement un succès mondial. Ce jeune Français et Obélix ont un point commun, ils sont tombés...
En lire plus...

18 avril 2017 à 0h00

Quand les Torontois dansent sur la musique basque

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)
Le folklore des danses traditionnelles européennes, popularisé par Balfolk Toronto, est à l’honneur tous les lundis à La Revolucíon (2848 rue Dundas Ouest) et l’été à...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h59

Montmartre et ses trésors

Guide du Musée de Montmartre, Somogy éditions d'Art, Musée de Montmartre, 2016, 26 x 19 cm, broché avec rabats, 150 illustrations, 168 p. La couverture reproduit l'affiche Lire Le Chat Noir, 1886, de Louis-Jean-Léonce Burret (1866-1915).
Qui, en visite à Paris, n’a pas un jour décidé d’emprunter non loin de la célèbre place Pigalle, plutôt que le funiculaire, l’escalier de...
En lire plus...

17 avril 2017 à 23h58

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur