Cancer et malchance: mauvais choix de mots

Cellules de cancer de le peau (Photo: ZEISS Microscopy / Flickr / Creative Commons)

Cellules de cancer de le peau (Photo: ZEISS Microscopy / Flickr / Creative Commons)


29 mars 2017 à 10h55

Les deux tiers de certains cancers seraient causés par une malchance… mais une malchance évitable. C’est la conclusion ambigüe qui se dégage d’une recherche qui réalimente un débat où les auteurs donnent l’impression de jouer sur les mots.

En janvier 2015, deux chercheurs de l’Université Johns Hopkins (Maryland) avaient fait beaucoup de bruit en publiant une étude dans la revue Science qui semblait conclure que la «malchance» était responsable des deux tiers des cancers. Soit davantage que des facteurs environnementaux ou que les gènes de nos parents.

Après une longue controverse et beaucoup de reproches — à quoi bon cesser de fumer, si un cancer relève de la pure malchance? — le biostatisticien Cristian Tomasetti et l’oncologue Bert Vogelstein persistent et signent: dans une étude parue le 24 mars, encore dans Science, ils arrivent grosso modo aux mêmes chiffres, mais assurent que cela ne signifie pas que les deux tiers des cancers seraient «au-delà des atteintes de la prévention».

Le problème en est un de communication avant d’en être un de génétique: déjà en 2015, ce dont il était question n’était pas de la pure malchance au sens où en aurait parlé un joueur de cartes, mais des tissus qui, dans notre corps, sont plus susceptibles de donner naissance à des cancers.

Le duo avait plus précisément pointé une corrélation entre la vitesse à laquelle les cellules souches se divisent dans certains types de tissus de notre corps, et le taux de cancer dans ces mêmes tissus. Cette corrélation expliquerait le taux plus élevé de 22 des 31 types de cancers, soit «les deux tiers».

Mais la recherche était devenue un modèle d’un mauvais choix de mots tel que «malchance» qui, lorsqu’il est employé abusivement par les chercheurs, se répercute dans les communiqués de presse de l’université, puis se répercute dans les médias.

Plus prudents cette fois — et avec un échantillon de dossiers de santé provenant de 69 pays plutôt que des États-Unis seulement — ils pointent la même chose: les cancers qui se développent plus vite dans certains tissus, causés par la «malchance» d’une mutation survenue dans une cellule souche à l’origine en santé.

«Ils ont bien fait cette fois-ci», commente dans StatNews l’oncologue Otis Brawley, de la Société américaine du cancer. «Une personne raisonnable peut lire [cet article] et penser que la prévention n’est pas inutile.»

Son opinion n’est toutefois pas partagée par d’autres collègues.

Au final, si la question soulevée par ces deux études est simplement pourquoi des cancers se développent plus souvent dans certains tissus, le mot «malchance» est trompeur parce que la mutation aléatoire d’un gène intervient après les facteurs environnementaux et familiaux.

L’étude ne permet pas de départager la part respective des uns et des autres, et elle ne nous apprend rien sur le risque qu’a un individu de développer ce cancer.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Mi’kmaq et Acadiens: des amis de longue date

Grand-Pré est le lieu où se sont installés les premiers colons français et où s’est développée une union entre les Acadiens et les Mi’kmaq. Aujourd’hui, le site du festival annuel (en Nouvelle-Écosse sur la baie de Fundy) est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.
15 août: Fête nationale des Acadiens
En lire plus...

15 août 2017 à 15h48

Recensement: des erreurs à rectifier

ffdrapeaux
Le français en perte de vitesse au Canada: fausse nouvelle! Statistique Canada a promis de rectifier des erreurs dans son recensement 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h30

Un deuxième album très attendu pour Patricia Cano

La chanteuse et comédienne Patricia Cano, née à Sudbury de parents péruviens.
Madre Amiga Hermana: ode à la féminité
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Regent Park et Moss Park: ça va la santé?

Sondage sur les services de santé en français dans l'Est du centre-ville.
Sondage sur les besoins
En lire plus...

14 août 2017 à 14h29

Marchand Dessalines, haut lieu de l’indépendance d’Haïti

Rudolf Dérose devant le fort Décidé.
Une cité fortifiée derrière la vallée de l’Artibonite.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h28

Petite faute deviendra grande

Agatha Christie est l'auteure la plus populaire après la Bible et Shakespeare, avec deux milliards de livres vendus.
Les traductions de Google donnent souvent du charabia.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h27

Les conseils scolaires tâcheront de mieux gérer leurs autobus

autobus-scolaire
La rentrée scolaire avait été chaotique au TDSB et au TCDSB en septembre 2016.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h26

Ralentir le Parkinson en luttant contre le diabète

L’exénatide agit sur le foie... et le cerveau. (Photo: Kitsuney — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2hOGecQ)
Le Parkinson diminue la dopamine, ce qui fragilise les cellules nerveuses.
En lire plus...

14 août 2017 à 14h25

L’ivoire de mammouth aussi peu recommandable que l’ivoire d’éléphant

Sculpture en ivoire exposée aux Nation-Unies. (Photo: Anthony Keys — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2vYbUlP)
Ls squelettes de mammouths se trouvent en majorité dans le permafrost de la Sibérie.
En lire plus...

Protéger Mars… de la Terre

Tersicoccus phoenicis, la bactérie découverte dans une salle blanche d'assemblage de la NASA en Floride et à Kourou en Amérique du Sud. (Photo: NASA)
Invasion terrestre plus probable qu'extra-terrestre
En lire plus...

14 août 2017 à 14h22

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur