Cancer et malchance: mauvais choix de mots

Cellules de cancer de le peau (Photo: ZEISS Microscopy / Flickr / Creative Commons)

Cellules de cancer de le peau (Photo: ZEISS Microscopy / Flickr / Creative Commons)


29 mars 2017 à 10h55

Les deux tiers de certains cancers seraient causés par une malchance… mais une malchance évitable. C’est la conclusion ambigüe qui se dégage d’une recherche qui réalimente un débat où les auteurs donnent l’impression de jouer sur les mots.

En janvier 2015, deux chercheurs de l’Université Johns Hopkins (Maryland) avaient fait beaucoup de bruit en publiant une étude dans la revue Science qui semblait conclure que la «malchance» était responsable des deux tiers des cancers. Soit davantage que des facteurs environnementaux ou que les gènes de nos parents.

Après une longue controverse et beaucoup de reproches — à quoi bon cesser de fumer, si un cancer relève de la pure malchance? — le biostatisticien Cristian Tomasetti et l’oncologue Bert Vogelstein persistent et signent: dans une étude parue le 24 mars, encore dans Science, ils arrivent grosso modo aux mêmes chiffres, mais assurent que cela ne signifie pas que les deux tiers des cancers seraient «au-delà des atteintes de la prévention».

Le problème en est un de communication avant d’en être un de génétique: déjà en 2015, ce dont il était question n’était pas de la pure malchance au sens où en aurait parlé un joueur de cartes, mais des tissus qui, dans notre corps, sont plus susceptibles de donner naissance à des cancers.

Le duo avait plus précisément pointé une corrélation entre la vitesse à laquelle les cellules souches se divisent dans certains types de tissus de notre corps, et le taux de cancer dans ces mêmes tissus. Cette corrélation expliquerait le taux plus élevé de 22 des 31 types de cancers, soit «les deux tiers».

Mais la recherche était devenue un modèle d’un mauvais choix de mots tel que «malchance» qui, lorsqu’il est employé abusivement par les chercheurs, se répercute dans les communiqués de presse de l’université, puis se répercute dans les médias.

Plus prudents cette fois — et avec un échantillon de dossiers de santé provenant de 69 pays plutôt que des États-Unis seulement — ils pointent la même chose: les cancers qui se développent plus vite dans certains tissus, causés par la «malchance» d’une mutation survenue dans une cellule souche à l’origine en santé.

«Ils ont bien fait cette fois-ci», commente dans StatNews l’oncologue Otis Brawley, de la Société américaine du cancer. «Une personne raisonnable peut lire [cet article] et penser que la prévention n’est pas inutile.»

Son opinion n’est toutefois pas partagée par d’autres collègues.

Au final, si la question soulevée par ces deux études est simplement pourquoi des cancers se développent plus souvent dans certains tissus, le mot «malchance» est trompeur parce que la mutation aléatoire d’un gène intervient après les facteurs environnementaux et familiaux.

L’étude ne permet pas de départager la part respective des uns et des autres, et elle ne nous apprend rien sur le risque qu’a un individu de développer ce cancer.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Les droits linguistiques des minorités sont interreliés

Maître Michael Bergman
Si le déclin de la langue anglaise dans le système juridique québécois ne peut pas être arrêté, le raisonnement pour un accès réel à...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h11

Honneur à deux juristes

Me Danielle Manton et le prof Denis Boivin.
C’est lors du gala de son 38e congrès annuel, le 24 juin à Ottawa, que l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) décernera...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h10

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur