Violences sexuelles en Haïti : MSF relie toutes les cliniques

Entrevue avec l'ex-chef de mission Paul Brockmann

Des femmes haïtiennes (Photo: MSF)

Des femmes haïtiennes (Photo: MSF)


3 avril 2017 à 23h41

Port-au-Prince est une ville «déprimante», selon Paul Brockmann, l’ex-chef de mission de l’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) en Haïti, qui était basé ces deux dernières années dans un hôpital d’urgences obstétriques de Port-au-Prince.

«C’est une cité immense avec de très gros problèmes d’infrastructure. Les quartiers sont fermés à cause des bâtiments détruits par le séisme de 2010. Les ordures jonchent le sol», indique à L’Express l’ex-éditeur de magazines devenu administrateur chez MSF, qui est passé par Toronto avant de rentrer chez lui aux États-Unis. Haïti était sa neuvième mission.

Paul Brockmann (Photo: MSF)
Paul Brockmann (Photo: MSF)

Aider les femmes

Les conditions de vie restent très difficiles en Haïti. L’accès à un hôpital ou à une clinique y est très limité. Le service que gérait Paul Brockmann accueille des femmes ou des jeunes filles enceintes ou violées ou victimes de complications de grossesses: «Une femme pré-éclamptique qui ne reçoit pas les soins nécessaires coure des risques pour elle et pour le bébé», donne-t-il comme exemple.

Les équipes de MSF souhaitent aussi avoir un impact significatif sur le taux de mortalité maternelle et offrir un soutien à toutes les femmes victimes de violences sexuelles, notamment les mineures. En mai 2015, MSF a lancé un projet de prise en charge des violences sexuelles en créant des partenariats avec des cliniques de proximités sur toute l’île. Car c’est là que le problème majeur subsiste: il n’y a quasiment pas de lien de soutien technique entre l’hôpital où travaillait Paul Brockmann et les autres hôpitaux haïtiens.

Pendant le séisme de 2010, l’hôpital a été totalement détruit: «On a perdu des collègues et je présume que des patientes sont aussi décédées. D’autres hôpitaux ont été touchés, ça a été une immense perte de connaissances et de capacité d’action qui a ajouté à la crise humanitaire. Il a fallu tout reconstruire et se battre en parallèle avec le choléra qui sévissait. L’hôpital a rouvert en mars 2011.»

Chaleur humaine

Malgré la dureté de cette mission à Port-au-Prince, l’homme garde en lui la chaleur humaine, la vie et la musique qui y prédomine: «Mon meilleur souvenir, c’est le regard fier des civils embauchés par MSF pour garder notre hôpital. On les a formés. Pour certains, c’était leur premier vrai travail. C’était pour eux une fierté de participer à restaurer la dignité de leurs concitoyens», se rappelle Paul Brockmann.

Quand on lui demande s’il n’a jamais peur pour sa vie, Paul Brockmann revient sur ses expériences au Congo, où les installations de MSF se sont retrouvées au milieu d’échange de tirs, ou au Sri Lanka, où des soldats l’ont mis en joue: «Mais finalement, la population locale nous protège, car elle reconnaît la valeur de notre activité au sein de l’organisation. Nous, on arrive pour deux ans et on repart. Eux restent et sont confrontés tous les jours à la violence et à l’insécurité», philosophe l’ex-chef de mission.

Avant de repartir en mission pour MSF, Paul Brockmann souhaite retrouver les siens et notamment rentrer  au New Jersey pour revoir sa mère. Mais il avoue avoir déjà un œil sur l’avenir: «L’Afrique me manque. J’ai été au Sierra Leone pendant l’épidémie d’ébola et j’aimerai y retourner. Malheureusement, MSF refuse aux Américains de partir en mission au Proche-Orient, car nous sommes devenus des cibles. C’est dommage, moi qui rêve d’apprendre l’arabe!»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur