Vermeer, génie dans l’ombre mis en lumière

VERMEER et les maîtres de la peinture de genre, Coédition musée du Louvre/Somogy éditions d'Art, 2017, relié, 30 x 24 cm, 175 illustrations dont plusieurs en pleine page, 448 p. La couverture reproduit La Laitière, huile sur toile, 45,5 × 41 cm, 1854, Rijksmuseum d'Amsterdam ou p. 355 du livre.

VERMEER et les maîtres de la peinture de genre, Coédition musée du Louvre/Somogy éditions d'Art, 2017, relié, 30 x 24 cm, 175 illustrations dont plusieurs en pleine page, 448 p. La couverture reproduit La Laitière, huile sur toile, 45,5 × 41 cm, 1854, Rijksmuseum d'Amsterdam ou p. 355 du livre.

On a pendant longtemps vu le peintre Vermeer dans l’ombre des autres maîtres du XVIIe siècle et comme un énigmatique peintre solitaire. Et le surnom qui lui a été attribué au XIXe siècle, «le sphinx de Delft», sa ville natale, n’a pu que conforter cette vue étroite et étriquée d’un génie universel.

L’exposition, qualifiée d’événement, qui se tient au musée parisien du Louvre jusqu’au 22 mai, sous le titre Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, et le merveilleux livre d’art des éditions Somogy qui l’accompagne, démontrent le contraire en mettant Vermeer en lumière dans un réseau d’artistes de son époque.

L’époque des Provinces-Unies des Pays-Bas

Johannes ou Jan Van der Meer, dit Vermeer, a été baptisé à Delft le 31 octobre 1632.

Delft, une ville des Pays-Bas, faisait alors partie de la République des sept Provinces-Unies des Pays-Bas ou Provinces-Unies devenues autonomes en s’affranchissant de la tutelle espagnole en 1581, par l’Acte de La Haye. Et Vermeer sera inhumé dans cette ville le 15 décembre 1675.

Le père de Johannes avait appris le métier de tisserand à Amsterdam, où il s’était marié en 1615, avant de venir s’installer à Delft. Le couple a eu deux enfants: une fille, née en 1620, et Johannes, né en 1632. À partir de 1625, le père devient également aubergiste.

Mais les activités du père de Johannes ne se limitent pas là. Il devient aussi marchand d’art, ce qui devait probablement s’associer facilement avec ses activités d’aubergiste.

Il se trouve en relation avec des artistes et amateurs d’art, comme d’ailleurs certains documents en font état. L’enfance de Johannes se déroule donc sous les influences de ces multiples activités paternelles.

Formation artistique

On ne connait la formation artistique de Johannes que par déduction, et plusieurs hypothèses ont été émises.

On suppose que le jeune Johannes a entamé celle-ci vers la fin des années 1640, puisqu’il est admis comme maître à la Guilde de Delft le 29 décembre 1653, et qu’il était pour cela requis d’avoir suivi une formation de quatre à six ans chez un maître reconnu.

Les relations paternelles avec des artistes ont certainement eu également une influence sur Johannes, tout comme le métier de son père, maître tisserand de caffa, une riche étoffe de soie mêlée de laine et de coton. On trouve dans les tableaux du fils des souvenirs de ce qu’il a pu voir: tapis, nappes, rideaux.

37 toiles

Membre de la Guilde de Saint-Luc, une organisation coopérative de peintres, de graveurs, de sculpteurs et d’imprimeurs de la Renaissance, Vermeer se considère désormais comme un peintre et s’adonne à son art.

Il travaille lentement, ne réalisant guère plus de trois tableaux par an, et on ne connait de lui que 37 toiles.

Vermeer commence sa carrière en peignant des sujets religieux ou mythologiques comme Diane et ses compagnes, Le Christ dans la maison de Marthe et Marie, des grands formats relevant de la peinture d’histoire. Il peint quelques allégories, paysages, la ville de Delft.

Mais l’essentiel de ses œuvres consiste en petits formats illustrant des scènes de genre, donc des scènes familières ou anecdotiques: amour, vin, bijoux, musique, lettre, sans oublier d’autres thèmes: La Dentellière, La Laitière, L’Astronome, Le Géographe et quelques portraits.

L’ouvrage d’art

Oublié dans l’histoire de l’art ou n’y occupant qu’une place secondaire au profit d’autres maîtres, Vermeer est maintenant dans la lumière de l’exposition du Louvre, qui connait un grand succès en présentant 12 de ses chefs-d’œuvre, et de l’ouvrage des Éditions d’art Somogy.

Ce livre d’art remarquable nous fait découvrir Vermeer et son génie, avec une mise au point sur les préjugés qui avaient prévalu à son sujet. Cet ouvrage original permet de se rendre compte que «ce génie universel s’inscrivait dans un riche réseau d’influences, très loin du splendide isolement avec lequel il fut longtemps associé».

L’ouvrage s’ouvre en effet par un texte illustré de 24 pages, Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, suivi d’autres essais qui situent Vermeer en son temps et dans ses relations avec d’autres peintres. «Ces peintres, actifs à Leyde, Deventer, Amsterdam ou Delft, ont eu connaissance du travail des uns et des autres.»

Après ces textes explicatifs. se trouve la partie magistrale de l’ouvrage, les œuvres de Vermeer ou de ses contemporains. Elles sont classées par catégorie et reproduites en plaine page avec une notice explicative. On ne peut qu’être émerveillé par ces tableaux, mais aussi par le travail d’édition qui nous met sous les yeux tant de chefs d’œuvre.

Publié à l’occasion de l’exposition que lui consacre le Louvre, cet ouvrage d’art nous dévoile enfin le plus mystérieux et célèbre désormais des maîtres de la peinture de genre du Siècle d’or néerlandais (1584-1702), don les toiles les plus célèbres suscitent à travers le monde une ferveur inégalée. C’est bien un livre inoubliable!

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur