Un livre d’art et de paix

L'Art de la paix, Paris Musées, octobre 2016, collectif, relié toile, 30x24 cm, 250 illustrations, 336 pages.

L'Art de la paix, Paris Musées, octobre 2016, collectif, relié toile, 30x24 cm, 250 illustrations, 336 pages.


19 juin 2017 à 16h44

L’adage romain Si vis pacem, para bellum («Si tu veux la paix, prépare la guerre») est bien connu, même si on ignore ses origines. Il a été cité et même utilisé à titre justificatif très souvent en Europe et aux États-Unis.

Cet axiome pose pourtant une question fondamentale, à savoir la paix dépend-elle réellement des armes? Dans son recueil Petite Flore latine, Pierre Larousse (1817-1875) répond par la négative: «Cette maxime toute romaine est peu philosophique… Il est paradoxal de dire que les gros bataillons assurent la paix. Les peuples sont de grands enfants: quand on a de si belles armes, il se trouve toujours des fous qui brûlent de les essayer.»

Mais nous avons peut-être l’occasion de trouver une réponse en parcourant Ie livre que le Petit Palais a publié récemment sous le titre L’Art de la paix, à l’occasion d’une exposition portant le même nom, qui s’est tenue dans ses locaux.

Double sens

L’ouvrage, comme l’exposition, joue sur le double sens de ce titre, qui peut concerner la paix et l’art de la préparer ou de l’obtenir, tout autant que le traitement artistique dans les présentations d’artistes. Il n’est ensuite que de réfléchir à ce thème, la paix dans tous ses états – et entre les États – toujours d’une grande actualité.

Il vaut la peine de citer la quatrième de couverture de ce superbe ouvrage, car les caractéristiques de cette publication s’y trouvent présentées de façon claire et explicite:

«L’art de la guerre ne doit pas faire oublier l’art de la paix, un idéal qu’il convient de célébrer sans réserve. Si la diplomatie a ses secrets, elle a aussi ses fastes.

Traités de paix

Pour la première fois, cet ouvrage présente une sélection spectaculaire de traités de paix, parmi les 25 000 signés par la France et précieusement conservés au sein des archives du ministère des Affaires étrangères. Ces documents emblématiques de l’histoire de France sont aussi de véritables objets d’art, dotés pour certains de sceaux remarquables et de portefeuilles ouvragés.

Mais les plus grands peintres ont également glorifié les traités mémorables et les alliances prestigieuses. L’ouvrage met en valeur ces magnifiques allégories et les représentations des cérémonies officielles, sans négliger pour autant les œuvres plus critiques – caricatures, affiches militantes et toiles manifestes – qui illustrent l’engagement des peuples.

Et que l’on ne se méprenne pas sur la portée de cette présentation. Les traités sigmas parla France avec d’autres pays, dont les illustrations parsèment les pages du livre, incitent à réfléchir sur la façon de construire la paix, de la maintenir, de s’en porter garant.

L’actualité nous montre malheureusement qu’il n’en est pas toujours ainsi. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces perspectives historiques, outre les pages d’histoire qu’elles ouvrent, suscitent réflexions et analyses utiles dans un mode où la paix semble toujours une situation fragile.

Diplomatie

L’ouvrage a pour sous-titre: Secrets et trésors de la diplomatie. Et loin d’une rigueur trop scientifique, cet ouvrage propose que peintures, sculptures, objets précieux ou archives, accompagnent la présentation de ces traités, afin de nourrir la réflexion du lecteur sur l’idéal de paix.

C’est ainsi que le Petit Palais présente sa publication dont effectivement les illustrations proposées fleurissent à chaque page.

L’Introduction de l’historienne réputée Hélène Carrère d’Encausse et de Richard Boidin se termine ainsi: «Plus que jamais la paix mérite d’être pensée et partagée par tous: à notre poque une paix durable n’a de sens que si elle est inclusive et ne rejette ni n’isole aucun acteur… la qualité des œuvres et la pédagogie proposée démontrent de manière éclatante que l’art de la paix reste encore de nos jours la grande question qui se pose à nous.»

Pédagogie de la paix

Cinq articles suivent qui traitent d’un sujet d’un grand intérêt historique ou actuel. Et chacun de ces articles est éclairé par des notices commentées qui, en plusieurs pages, présentent par ordre chronologique des documents ou des œuvres d’art de l’époque en reproduction couleur. Cette particularité pédagogique rend la lecture de l’ouvrage très agréable et très informative.

Voici les titres des quatre thèmes abordés par des spécialistes: La paix des princes, avec des notices commentées de la page 26 à la page 93, L’idéal de paix, notices commentées p. 102-121, La paix mode d’emploi, notices commentées p. 135-183, La chambre des trésors, notices commentées p. 196-225, Ordre et désordre international, notices commentées p. 238-327.

Il est impossible de donner une description des 250 illustrations présentées à chaque page des notices, tant sont variées les représentations: documents, traités avec leur sceau de cire, tableaux, costumes, personnages tapisseries, gravures, sculptures et autres objets.

Un livre annexe, La France et la paix, accompagne cet ouvrage, «En des temps où la frontière entre guerre et paix se fait de plus en plus floue, ce livre aide à penser le concept de paix, à connaître l’histoire qui l’a faite et à ainsi mieux comprendre la complexité et surtout la fragilité qui la fondent.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La réalité augmentée au service du marketing

Une sculpture virtuelle, The Merging, qui a été présentée à la Nuit blanche de Toronto en 2016.
SEED offrre aux consommateurs des expériences numériques sensorielles pour les fidéliser à certaines marques.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h23

Écotourisme de montagne en harmonie avec la vie paysanne

Haïti, terre paysanne.
Vallue, en Haïti, est reconnue pour sa réputation hospitalière et son tourisme de montagne.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h23

L’Écosse, terre de héros et de légendes

Doune Castle.
Entrer dans les Highlands écossais, c’est pénétrer dans un univers minéral mystérieux.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h21

Destinations préférées cet été

Avec ses racines grecques et latines, la Provence attire les Québécois.
Le palmarès est basé sur les ventes de guides Ulysse.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h20

L’eau de Flint, Michigan: des accusations d’homicide

Des hauts fonctionnaires savaient depuis des mois que l'eau du robinet était contaminée. (Photo: philografy - Flickr - Creative commons - http://bit.ly/2sHuFIP)
Le directeur de la santé publique du Michigan et quatre de ses officiers viennent d’être accusés.
En lire plus...

Nos foyers et nos droits

ajefo
C’est sous le thème Canada 150 : Nos foyers et nos droits que s’est déroulé, les 23 et 24 juin, le 38e congrès de...
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h18

Quelles mesures, au juste, pour la petite enfance en français?

enfants garderie
Quand un parent ne peut plus attendre pour une place en français pour son enfant, il passe à l'anglais... et continue en anglais.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h17

Bravo aux finissants 2017!

finissants
Nos ados entrent dans une autre étape de la vie.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h16

Des jeunes énergiques à Niagara Falls

Des participants de l'école Saint-Antoine de Niagara Falls au Grand Défi Pierre Lavoie.
Des élèves de l’école Saint-Antoine ont campé au Stade olympique de Montréal.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h14

Le lien le plus fort entre le Canada et la France

Au vernissage de l'exposition Vimy à l'AFT: Jeremy Diamond, directeur de la Fondation Vimy, la députée provinciale de Thornhill, Gila Martow, le chef de police Mark Saunders, la photographe Racheal McCaig, le directeur de l'AFT Thierry Lasserre et le consul de France Marc Trouyet.
Le centenaire de Vimy à la galerie de l'Alliance française de Toronto.
En lire plus...

26 juin 2017 à 16h13

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur