Quand l’art veut soigner les plaies de l’histoire

Plus que quelques semaines pour se plonger dans la culture syrienne au musée de l'Aga Khan

Tête de Lion en ivoire, 9e–8e siècle avant J.-C., de l'Anatolie à la Syrie et l'Égypte. © Musée Royal de l’Ontario.

Tête de Lion en ivoire, 9e–8e siècle avant J.-C., de l'Anatolie à la Syrie et l'Égypte. © Musée Royal de l’Ontario.


6 mars 2017 à 22h30
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Le musée de l’Aga Khan prolonge son exposition sur la Syrie jusqu’au 26 mars. Syria: a living history, dont le succès est soutenu depuis des mois, devait prendre fin le 28 février. «Nous voulons donner une plateforme pour que le public prenne connaissance de l’immense richesse de la culture syrienne», explique Filiz Çakır Phillip, une des conservatrice de l’exposition, en entrevue à L’Express.

Filiz Çakır Phillip
Filiz Çakır Phillip

Il va sans dire que l’actualité internationale – la guerre et les réfugiés – a grandement influencé le thème de l’exposition de ce nouveau musée torontois dédiée à la civilisation musulmane. Les 48 artéfacts exposés proviennent de la collaboration de sept institutions, dont le Musée Royal de l’Ontario et le Louvre.

Une expo de cette envergure prend normalement deux ans à organiser, selon la conservatrice. Celle-ci a été réalisée en neuf mois. «Tous nos partenaires étaient d’accord avec notre vision.»

Les oeuvres d’art récoltées par le musée couvrent une période d’environ 5000 ans. À travers l’art syrien, on a la confirmation que la région a toujours été un carrefour d’échanges culturels. Les trois grandes religions monothéistes ont laissé leur empreinte dans la créativité des artistes Syriens autant que les grands empires grecs, romains, perses, égyptiens et byzantins.

Ziad Al Salah
Ziad Al Salah

Pour Ziad Al Salah, cette exposition sur son pays d’origine a été comme si «l’histoire renaît devant ces yeux».

Lui, sa femme et ses cinq enfants sont arrivés au Canada il y a environ un an et demi. «C’est exactement ce que je voulais voir», commente-t-il, lui qui se dit fatigué de parler des conflits.

«Nous pouvions nous faire tuer à tout moment», affirme-t-il. «Il n’y plus de distinction entre les communautés, personne n’est en sécurité.»

Il y a dix jours, sa belle-sœur a été victime d’un bombardement alors qu’elle était réfugiée dans une des «zones protégées» par le gouvernement syrien. Elle est morte au bout de son sang après avoir été démembrée de ses jambes… « En Syrie nul n’est à l’abri», répète M. Al Salah.

Les plaies de la guerre sont profondes. Les enfants de M. Al Salah sont «traumatisés» par ce qu’ils ont vécu. «Ils ont peur quand des avions passent au-dessus de leur têtes», dit-il.

L’exposition du musée n’a pas permis aux enfants de se réconcilier avec leur pays d’origine. Selon  lui, ils ne sont pas encore prêts. «Il faut attendre qu’ils se sentent totalement en sécurité.»

Le musée de l’Aga Khan, ouvert en 2014, ne cache pas son militantisme. D’autres expositions comme Syria: a living history, en liens avec les conflits dans le monde musulmans, seront présentées dans le futur.  Questionnée sur la prochaine exposition, la Dre Filiz Çakır Phillip promet: «j’aurais la réponse dans un mois»…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)
Inspiré de Frankenstein: injecter des cellules souches et des protéines, puis stimuler au laser et aux chocs électriques...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur