Quand l’art veut soigner les plaies de l’histoire

Plus que quelques semaines pour se plonger dans la culture syrienne au musée de l'Aga Khan

Tête de Lion en ivoire, 9e–8e siècle avant J.-C., de l'Anatolie à la Syrie et l'Égypte. © Musée Royal de l’Ontario.

Tête de Lion en ivoire, 9e–8e siècle avant J.-C., de l'Anatolie à la Syrie et l'Égypte. © Musée Royal de l’Ontario.


6 mars 2017 à 22h30
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.
Cet article a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre La Cité et L’Express.

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité.


Le musée de l’Aga Khan prolonge son exposition sur la Syrie jusqu’au 26 mars. Syria: a living history, dont le succès est soutenu depuis des mois, devait prendre fin le 28 février. «Nous voulons donner une plateforme pour que le public prenne connaissance de l’immense richesse de la culture syrienne», explique Filiz Çakır Phillip, une des conservatrice de l’exposition, en entrevue à L’Express.

Filiz Çakır Phillip
Filiz Çakır Phillip

Il va sans dire que l’actualité internationale – la guerre et les réfugiés – a grandement influencé le thème de l’exposition de ce nouveau musée torontois dédiée à la civilisation musulmane. Les 48 artéfacts exposés proviennent de la collaboration de sept institutions, dont le Musée Royal de l’Ontario et le Louvre.

Une expo de cette envergure prend normalement deux ans à organiser, selon la conservatrice. Celle-ci a été réalisée en neuf mois. «Tous nos partenaires étaient d’accord avec notre vision.»

Les oeuvres d’art récoltées par le musée couvrent une période d’environ 5000 ans. À travers l’art syrien, on a la confirmation que la région a toujours été un carrefour d’échanges culturels. Les trois grandes religions monothéistes ont laissé leur empreinte dans la créativité des artistes Syriens autant que les grands empires grecs, romains, perses, égyptiens et byzantins.

Ziad Al Salah
Ziad Al Salah

Pour Ziad Al Salah, cette exposition sur son pays d’origine a été comme si «l’histoire renaît devant ces yeux».

Lui, sa femme et ses cinq enfants sont arrivés au Canada il y a environ un an et demi. «C’est exactement ce que je voulais voir», commente-t-il, lui qui se dit fatigué de parler des conflits.

«Nous pouvions nous faire tuer à tout moment», affirme-t-il. «Il n’y plus de distinction entre les communautés, personne n’est en sécurité.»

Il y a dix jours, sa belle-sœur a été victime d’un bombardement alors qu’elle était réfugiée dans une des «zones protégées» par le gouvernement syrien. Elle est morte au bout de son sang après avoir été démembrée de ses jambes… « En Syrie nul n’est à l’abri», répète M. Al Salah.

Les plaies de la guerre sont profondes. Les enfants de M. Al Salah sont «traumatisés» par ce qu’ils ont vécu. «Ils ont peur quand des avions passent au-dessus de leur têtes», dit-il.

L’exposition du musée n’a pas permis aux enfants de se réconcilier avec leur pays d’origine. Selon  lui, ils ne sont pas encore prêts. «Il faut attendre qu’ils se sentent totalement en sécurité.»

Le musée de l’Aga Khan, ouvert en 2014, ne cache pas son militantisme. D’autres expositions comme Syria: a living history, en liens avec les conflits dans le monde musulmans, seront présentées dans le futur.  Questionnée sur la prochaine exposition, la Dre Filiz Çakır Phillip promet: «j’aurais la réponse dans un mois»…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une série télé peut inciter des jeunes à se suicider?

thirteen_reasons_why
Depuis quelques jours, les médias multiplient les articles sur la série télévisée américaine 13 Reasons Why qui, diffusée sur Netflix, aborde la thématique du suicide...
En lire plus...

28 avril 2017 à 9h01

Une lumière céleste appelée Steve

Capture d'écran de la vidéo de Science and More: "Meet Steve: Scientists, Aurora enthusiasts find a new mysterious light in the night sky" - http://bit.ly/2oQ5QFp
Est-ce une aurore boréale? Non, c’est Steve. C’est le nom très peu poétique qui a été donné à un mystérieux «ruban» de lumière qui...
En lire plus...

28 avril 2017 à 8h36

Élaine Legault et Katherine Levac en lice pour un Saphir

saphir
Élaine Legault, la directrice générale du Conseil des organismes francophones de la région de Durham, ainsi que l’humoriste de l’Est ontarien Katherine Levac, figurent...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h14

Alain Dupuis passe du RÉFO à la FCFA

Alain Dupuis, désormais à la FCFA, et Steven Ogden, nouveau DG du RÉFO.
La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada a un nouveau directeur général, Alain Dupuis, bien connu notamment pour son engagement au...
En lire plus...

26 avril 2017 à 13h05

Décès de l’écrivain Michel Dallaire

Michel Dallaire
Le poète et romancier franco-ontarien Michel Dallaire s’est éteint à l’âge de 60 ans ce mardi 25 avril. Auteur de plusieurs œuvres – poèmes,...
En lire plus...

26 avril 2017 à 11h30

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur