Nos tourbières sont vulnérables

Éponges à carbone

Une tourbière du Québec. (Photo: Christopher, Flickr)

Une tourbière du Québec. (Photo: Christopher, Flickr)


17 avril 2017 à 23h56

Il faut ouvrir l’œil pour admirer la tige pourpre dotée de petites grappes fleuries de la petite orchidée des tourbières, la listère australe, inscrite sur la liste des espèces menacées du Québec. Il n’en resterait que 3 000 tiges!

Les tourbières couvrent 3% de la superficie de notre planète — dont le quart se retrouve au Canada. Longtemps dépréciées, ces zones humides riches de tourbe intéressent les écologistes puisqu’elles constituent de formidables «éponges à carbone».

Le couvert et le sol épais des tourbières emprisonnent en effet une grande quantité de matière organique, constituée majoritairement de carbone.

Comme la production de cette matière organique capte davantage de carbone que sa dégradation en libère, le bilan carbone au sein des tourbières s’avère «positif», pour ceux qui considèrent qu’il est important de limiter la quantité de CO2 dans l’atmosphère dans l’espoir d’influer sur les changements climatiques.

Séquestration du carbone

La présence de la nappe phréatique élevée, une caractéristique propre à ces milieux, favorise aussi la séquestration du carbone.

«La quantité de carbone au sein des tourbières est neuf fois plus élevée que celle des forêts en raison des couches de matières emmagasinées dans le sol. Les tourbières forment plus de la moitié du stock de carbone terrestre de la province», précise la directrice de la Chaire de recherche sur la Dynamique des Écosystèmes Tourbeux et Changements Climatiques (DÉCLIQUE) de l’UQAM, Michelle Garneau.

Au Québec, les sols des écosystèmes tourbeux et forestiers séquestreraient à eux seuls 18 gigatonnes (Gt) de carbone. Soit l’équivalent de 800 années d’émissions de CO2 liées aux activités anthropiques du Québec, ont estimé Mme Garneau et ses collègues, à partir de données tirées de l’année 2013 prise en référence.

La chercheuse, qui revient du récent Colloque international sur le carbone organique du sol, au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), soutient qu’il importe, plus que jamais, de préserver les tourbières.

Réchauffement positif

Toutefois, de récentes projections, réalisées par le Consortium Ouranos pour évaluer la vulnérabilité de ce stock de carbone, démontrent qu’une augmentation de la température moyenne (encore hypothétique) favoriserait la saison de croissance, renforçant la rétention de carbone.

Pourtant, cette bonne nouvelle risque d’être renversée par un bilan hydrique négatif causé par l’abaissement des nappes phréatiques, les précipitations aléatoires et l’évapotranspiration plus importante au sein des tourbières.

«Les plantes absorbent l’eau, mais transpirent à nouveau si la température augmente. Nous risquons donc d’avoir un bilan moins positif qu’espéré», indique Michelle Garneau.

Les tourbières du sud du 50e parallèle risquent aussi d’être plus vulnérables au réchauffement estival qui provoquerait un assèchement du couvert végétal et donc une réduction de leur capacité à stocker le carbone.

Cette inquiétude est renforcée par l’augmentation des feux dans les tourbières, à l’origine d’émissions de carbone. Et si des tourbières s’assèchent et perdent leur pergélisol, les feux risquent de se multiplier et de détruire ces riches zones de stockage de carbone.

Perturbation et restauration

Les tourbières québécoises forment 85% des milieux humides de la province, pour 12,5% de l’ensemble du territoire québécois. Ces dernières années, elles ont cependant subi de nombreuses pertes et perturbations (routes, foresterie, agriculture, lignes Hydro-Québec, etc.).

Les écologistes mécontents somment d’ailleurs le gouvernement de se presser à agir pour les sauvegarder.

Depuis 20 ans, plus d’une centaine de projets de restauration de tourbières ont toutefois permis de remettre en état ces milieux fragiles, telle la tourbière de Saint-Marguerite-Marie, dans la région du Lac-St-Jean. «Il y a beaucoup de bonnes nouvelles dans le domaine», rassure Line Rochefort, la directrice du Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET) de l’Université Laval.

Ses récents travaux visent à examiner l’évaluation économique des milieux humides. Une opération complexe qui se base sur les services écologiques rendus par les tourbières. «Les utilisateurs agissent de manière plus responsable lors des projets de développement. Il y a eu une sensibilisation et une éducation auprès de l’industrie de la tourbe qui s’est engagée à restaurer les sites orphelins dans son récent plan quinquennal», note Mme Rochefort.

Rappelons que le Canada est le premier producteur de tourbe au monde, dont 95% du marché s’exporte vers les États-Unis.

Avec un taux de succès de 75%, la restauration empêcherait la colonisation du milieu par d’autres plantes que les habituelles sphaignes, mousses et herbacées typiques. Elle améliorerait même ses capacités de séquestration de carbone en le rajeunissant, indique la chercheuse.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur