Nos tourbières sont vulnérables

Éponges à carbone

Une tourbière du Québec. (Photo: Christopher, Flickr)

Une tourbière du Québec. (Photo: Christopher, Flickr)


17 avril 2017 à 23h56

Il faut ouvrir l’œil pour admirer la tige pourpre dotée de petites grappes fleuries de la petite orchidée des tourbières, la listère australe, inscrite sur la liste des espèces menacées du Québec. Il n’en resterait que 3 000 tiges!

Les tourbières couvrent 3% de la superficie de notre planète — dont le quart se retrouve au Canada. Longtemps dépréciées, ces zones humides riches de tourbe intéressent les écologistes puisqu’elles constituent de formidables «éponges à carbone».

Le couvert et le sol épais des tourbières emprisonnent en effet une grande quantité de matière organique, constituée majoritairement de carbone.

Comme la production de cette matière organique capte davantage de carbone que sa dégradation en libère, le bilan carbone au sein des tourbières s’avère «positif», pour ceux qui considèrent qu’il est important de limiter la quantité de CO2 dans l’atmosphère dans l’espoir d’influer sur les changements climatiques.

Séquestration du carbone

La présence de la nappe phréatique élevée, une caractéristique propre à ces milieux, favorise aussi la séquestration du carbone.

«La quantité de carbone au sein des tourbières est neuf fois plus élevée que celle des forêts en raison des couches de matières emmagasinées dans le sol. Les tourbières forment plus de la moitié du stock de carbone terrestre de la province», précise la directrice de la Chaire de recherche sur la Dynamique des Écosystèmes Tourbeux et Changements Climatiques (DÉCLIQUE) de l’UQAM, Michelle Garneau.

Au Québec, les sols des écosystèmes tourbeux et forestiers séquestreraient à eux seuls 18 gigatonnes (Gt) de carbone. Soit l’équivalent de 800 années d’émissions de CO2 liées aux activités anthropiques du Québec, ont estimé Mme Garneau et ses collègues, à partir de données tirées de l’année 2013 prise en référence.

La chercheuse, qui revient du récent Colloque international sur le carbone organique du sol, au siège de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), soutient qu’il importe, plus que jamais, de préserver les tourbières.

Réchauffement positif

Toutefois, de récentes projections, réalisées par le Consortium Ouranos pour évaluer la vulnérabilité de ce stock de carbone, démontrent qu’une augmentation de la température moyenne (encore hypothétique) favoriserait la saison de croissance, renforçant la rétention de carbone.

Pourtant, cette bonne nouvelle risque d’être renversée par un bilan hydrique négatif causé par l’abaissement des nappes phréatiques, les précipitations aléatoires et l’évapotranspiration plus importante au sein des tourbières.

«Les plantes absorbent l’eau, mais transpirent à nouveau si la température augmente. Nous risquons donc d’avoir un bilan moins positif qu’espéré», indique Michelle Garneau.

Les tourbières du sud du 50e parallèle risquent aussi d’être plus vulnérables au réchauffement estival qui provoquerait un assèchement du couvert végétal et donc une réduction de leur capacité à stocker le carbone.

Cette inquiétude est renforcée par l’augmentation des feux dans les tourbières, à l’origine d’émissions de carbone. Et si des tourbières s’assèchent et perdent leur pergélisol, les feux risquent de se multiplier et de détruire ces riches zones de stockage de carbone.

Perturbation et restauration

Les tourbières québécoises forment 85% des milieux humides de la province, pour 12,5% de l’ensemble du territoire québécois. Ces dernières années, elles ont cependant subi de nombreuses pertes et perturbations (routes, foresterie, agriculture, lignes Hydro-Québec, etc.).

Les écologistes mécontents somment d’ailleurs le gouvernement de se presser à agir pour les sauvegarder.

Depuis 20 ans, plus d’une centaine de projets de restauration de tourbières ont toutefois permis de remettre en état ces milieux fragiles, telle la tourbière de Saint-Marguerite-Marie, dans la région du Lac-St-Jean. «Il y a beaucoup de bonnes nouvelles dans le domaine», rassure Line Rochefort, la directrice du Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET) de l’Université Laval.

Ses récents travaux visent à examiner l’évaluation économique des milieux humides. Une opération complexe qui se base sur les services écologiques rendus par les tourbières. «Les utilisateurs agissent de manière plus responsable lors des projets de développement. Il y a eu une sensibilisation et une éducation auprès de l’industrie de la tourbe qui s’est engagée à restaurer les sites orphelins dans son récent plan quinquennal», note Mme Rochefort.

Rappelons que le Canada est le premier producteur de tourbe au monde, dont 95% du marché s’exporte vers les États-Unis.

Avec un taux de succès de 75%, la restauration empêcherait la colonisation du milieu par d’autres plantes que les habituelles sphaignes, mousses et herbacées typiques. Elle améliorerait même ses capacités de séquestration de carbone en le rajeunissant, indique la chercheuse.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Niagara Falls: l’école NDJ célèbre son 25e

Marquis Charrette, directeur de l’école Notre-Dame-de-la-Jeunesse, Roxanne Rees, présidente du conseil d’école, Anik Gagnon, surintendante de l’éducation, Melinda Chartrand, présidente du Conseil, Jean Chartrand, directeur fondateur de l’école, Kim Craitor et Victor Pietrangelo, conseillers municipaux à  Niagara Falls, Père William Derousie, curé de la Paroisse Saint-Antoine.
Plusieurs membres de la communauté scolaire de l’école élémentaire catholique Notre-Dame-de-la-Jeunesse à Niagara Falls se sont rassemblés ce vendredi 21 avril pour célébrer son...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

PanTech 2017 : nos jeunes au camp techno de Microsoft

Des jeunes dans leur élément.
Une centaine d’élèves de 6e année provenant des écoles élémentaires des Quatre-Rivières (Orangeville), Horizon-Jeunesse (Mississauga), Carrefour des jeunes (Brampton) et Félix-Leclerc (Toronto) ont participé...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h27

Une guerre nucléaire toujours possible?

Explosion nucléaire (Photo: The Official CTBTO Photostream - Flickr)
En lice pour le titre le plus déprimant de l’année: des experts contemplent la possibilité d’une guerre nucléaire. En décembre dernier, lors d’un colloque à Santa...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h26

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur