Na’vi, la langue d’Avatar

Comment vous y prendriez-vous pour inventer une langue?

Deux personnages du film de James Cameron, Avatar, pour qui une langue a été inventée

Paul Frommer a étudié bien des langues. Anglophone d’origine, il a même parlé couramment l’hébreu, le perse et le malais. Mais il ne maîtrise pas encore la langue Na’vi. Et pourtant, il l’a inventée!

Ce linguiste de l’école de commerce Marshall, en Californie du Sud, a été recruté par le cinéaste James Cameron pour inventer la langue des Na’vi, le peuple vedette de son prochain film Avatar.

Pour choisir les sons parlés par les Na’vi, le linguiste est parti des lettres contenues dans les noms des personnages et des sons que James Cameron avait lui-même en tête.

«Il voulait une langue fluide et musicale, raconte-t-il. J’ai donc ajouté à ces premiers sons des consonnes éjectives et d’autres sons courts et rebondissants comme ceux qu’on trouve dans les langues africaines ou amérindiennes. Et puis, j’ai inséré des combinaisons de sons étranges.» Comme dans fngap, le mot Na’vi pour métal.

Des sons, des mots,une grammaire

Ensuite, il a inventé les mots. «J’ai décidé de leur morphologie: comment se construisent-ils, comment se modifient-ils?» Si habituellement, la terminaison des verbes français se conjugue, les verbes Na’vi eux se conjuguent en leur milieu. Cette conjugaison interne existerait aussi aux Philippines.

«Enfin, j’ai créé une grammaire flexible. L’ordre des mots — sujet, verbe et objet — dans la phrase n’étant pas obligatoirement le même, on peut adapter les phrases aux répliques en choisissant les plus simples à prononcer.»

Étudiant, Paul Frommer se passionnait pour la typologie, cette partie de la linguistique qui recense les constructions de langage.

«C’est fascinant de voir que des constructions sont théoriquement possibles et pourtant extrêmement rares.»

Pour qu’on puisse croire à une langue extraterrestre, le Na’vi contient plusieurs options rarement choisies par les humains, mais celles-ci en sont tout de même la base. «Rien que pour les sons, nous sommes limités par des acteurs dont le système vocal est humain», reconnaît Paul Frommer.

Parlez-vous klingon?

Benjamin Zimmer, lui-même linguiste, s’est intéressé aux langues dans les films: «le risque d’inventer une langue est de renforcer les stéréotypes sur d’autres langages qui ne sont exotiques que pour des oreilles occidentales.

Mais faire appel à un linguiste permet de ne pas se limiter à des sons ridicules sans rapport les uns aux autres. D’ailleurs, c’était tout l’intérêt du Klingon.»

Le Klingon est la première langue complète inventée pour un film, Star Trek. Bien des fans le parlent aujourd’hui couramment.

Mark Orkrand, son inventeur, se félicite d’avoir peut-être ainsi démocratisé la linguistique. Un dictionnaire, des cours, des exercices dans les manuels de linguistique, le Klingon est un succès populaire et académique. Paul Frommer espère bien que son Na’vi prendra le même chemin.

+Récents

Connecter les 33 millions de francophones des Amériques

Alain Boisvert, Denis Desgagné, Sylvie-Anne Jeanson, Glenn O'Farrell, Dominique Millette.

On ne soupçonne pas qu’il y a autant de francophones aux États-Unis et en Amérique latine qu’au Canada: une quinzaine de millions de personnes, dont le français n’est généralement pas la première langue, contrairement à chez nous, et qui ont soif de notre littérature, notre musique et notre cinéma. C’est le mandat du Centre de […]


6 décembre 2016 à 0h16

Une féministe au pays des hommes

Cassie Jay (écran au centre) et (sur la scène) Vanessa Fisher blogueuse et auteure, Patrick Bisset, journaliste indépendant, Denise Fong, responsable de l’UofT Men’s Issues Awareness Society, Justin Trottier, directeur général de l’Association pour l’égalité.

Une féministe américaine et réalisatrice de films lancée dans une recherche sur la culture et l’apologie du viol des femmes finit par tourner un documentaire sur le mouvement des droits des hommes. Au fil de plus de trois ans de recherches, elle va se retrouver confrontée à une profonde remise en question personnelle de ses […]


6 décembre 2016 à 0h11

Les 10 ans du Labo, ça se fête

Karine Barrass, directrice du Labo, et le photographe Claude Martel.

Une centaine de personnes du milieu des arts visuels de Toronto ont pris part au cocktail et à l’encan silencieux de l’exposition annuelle d’une vingtaine d’artistes membres du Labo, dans le cadre du lancement de la campagne de financement 2016-2017, qui a eu lieu jeudi soir dernier dans le lobby du Centre financier Desjardins, situé au […]


6 décembre 2016 à 0h11

Les élèves de Mgr-de-Charbonnel se mobilisent pour Haïti

Des élèves bénévoles de Mgr-de-Charbonnel. À d. Antoine Dérose, président de PEH. À g. Dre Keteline Pierre, présidente de Jericho Mobile Clinic, Johana Marcellus, animatrice pastorale. Derrière à g., Aidan Ritchie, orienteur.

Ce mardi 6 décembre, Antoine Dérose, président de Pierspective Entraide Humanitaire, et la Dre Keteline Pierre, présidente de Jericho Mobile Clinic, ont reçu les dons en argent (300$) et nature (trousses d’hygiène, chaussures, lunettes, draps, couvertures, nourriture non périssable) du conseil des parents et des élèves de l’école secondaire catholique Mgr-de-Charbonnel pour venir en aide aux victimes […]


6 décembre 2016 à 18h47

Une bibliothèque génétique pour la bière

Max Jones, Praveen Saxena, Elena Popov, Mukund Shukla et Sherif Sherif, du Gosling Institute, Université de Guelph.

L’Université de Guelph pourrait bientôt être propriétaire d’une vaste nouvelle bibliothèque. Toutefois, il ne s’agit pas d’une bibliothèque de livres littéraires et de gros volumes poussiéreux. Il s’agit d’une bibliothèque axée sur le houblon, l’ingrédient principal pour fabriquer de la bière. Inspiré par l’explosion de l’industrie de la bière artisanale au Canada, le département de […]


6 décembre 2016 à 13h22

Norm Kelly appuie le projet d’université franco-ontarienne

normkelly

Le coprésident du Comité consultatif francophone de la Ville Toronto, le conseiller municipal Norm Kelly, appuie officiellement le projet d’université de langue française dans la région.

Radio-Canada
6 décembre 2016 à 10h35

Une cybersécurité qui rate la cible?

internet-monde-2a969a6c33dbce57fed56ca35e665e6b2f4a3c81

Alors qu’on commence à parler de cyberattaques utilisant des objets connectés de notre maison, et au moment où certains croient que des cyberattaques auraient pu être tentées contre les élections américaines, un gouvernement qui lance un gros plan d’action pour riposter contre ces attaques se fait répondre… qu’il rate la cible. En réponse au gouvernement […]


6 décembre 2016 à 10h22

Nicholas et le dragon bleu

Nicholas Desjardins de Brampton a construit un énorme dragon de bois. (Photo: Sandra Dorélas)

Certains possèdent un talent pour le dessin, d’autres pour le chant, alors que quelques-uns ont le don de créer des œuvres d’art vraiment uniques. Nicholas Desjardins, un résident de Brampton, est capable de construire des structures de bois, mais pas n’importe lesquelles. Constructeur de maisons de métier, Nicholas a la capacité de bâtir plusieurs types […]


6 décembre 2016 à 0h24

Venus pour la poutine, restés pour la poésie

Les petits caseaux de poutine s'envolaient à la soirée «Poutine et Poésie» du Salon du livre de Toronto.

C’est contre-intuitif, la soirée «Poutine et poésie» du Salon du livre de Toronto (jeudi) a finalement été plus mémorable pour la poésie sur la scène du Café littéraire que pour la poutine du traiteur de la Bibliothèque de références. Cette poésie s’est exprimée de façon traditionnelle par des lectures d’écrivains de la trempe de Nicole […]


6 décembre 2016 à 0h22

«Un Québec fort ne peut qu’aider les francos» – Yves Beauchemin

Éric Robitaille et Yves Beauchemin.

L’auteur de l’expression «des cadavres encore chauds» pour décrire les francophones hors Québec, l’écrivain québécois Yves Beauchemin (de mère franco-ontarienne), reconnaît que l’image a pu blesser bien des gens, et qu’elle lui survivra probablement plus longtemps que ses romans. Plus d’un quart de siècle après avoir utilisé cette image – «spontanément», lors d’audiences de la […]


6 décembre 2016 à 0h20

Martha Baillie: un roman en 850 cartes postales

Martha Baillie.

De passage au Salon du livre de Toronto vendredi soir, la romancière francophile torontoise Martha Baillie, a raconté avoir construit son dernier ouvrage, La disparition d’Heinrich Schlögel, à partir de 850 cartes postales contenant chacune un passage de ce récit aux frontières du fantastique. «Je voulais d’abord poster les cartes à des amis et connaissances, […]


6 décembre 2016 à 0h18

Le TfT a-t-il absolument besoin de son propre bâtiment?

Diana Leblanc, Guy Mignault, Sylvie-Anne Jeanson, Robert Godin, Joël Beddows.

Dans le cadre du lancement de l’ouvrage de Paul-François Sylvestre sur les 50 ans du Théâtre français de Toronto, au Salon du livre de Toronto samedi, on s’est demandé s’il était temps pour cette institution – le plus vieux théâtre francophone en Ontario et l’un des plus durables de la ville-reine – de posséder son […]


6 décembre 2016 à 0h14
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur