L’Outaouais rural et urbain, toujours unique

Le Black Sheep Inn invite les passants

Le Black Sheep Inn invite les passants

À la fois dans l’ombre et la lumière d’Ottawa, l’Outaouais québécois propose des attraits uniques. Dans l’Outaouais rien n’est pareil. Cette région frontalière a développé un certain art de vivre, différent, mais résolument québécois, en anglais et en français.

Autrefois, on accédait au beau village anglophone de Wakefield par une route sinueuse le long de la rivière Gatineau. Aujourd’hui, l’autoroute 5 permet d’arriver à Wakefield en une vingtaine de minutes depuis Gatineau. Wakefield a plus de commerces touristiques qu’avant, mais son caractère anglophone unique n’a pas changé.

Au Québec, les anglophones vivent surtout à Montréal, surtout depuis l’exode des années 1970, mais les Anglos de Wakefield semblent parfaitement à l’aise au Québec, tout en conservant un mode de vie campagnard et rustique qui rappelle l’esprit des villages des vallées du Vermont.

Pour aller à la rencontre des locaux de Wakefield, il faut prendre un verre à l’auberge du Mouton Noir (surtout nommé le Black Sheep Inn). Avec ses nombreux jeux de dards et ses barbus en chemises en carreaux, le Black Sheep fait vivre une expérience anthropologique fascinante, et il permet de côtoyer une communauté artistique active, surtout les soirs de spectacles.

À voir aussi bien sûr, le pont couvert Gendron, symbole de l’histoire et de la résilience des gens de Wakefield.

Table du Moulin Wakefield
Table du Moulin Wakefield

Le vieux moulin

L’hébergement phare de Wakefield, c’est bien sûr son vieux moulin transformé en auberge de charme.

Le directeur général du Moulin Wakefield, Pierre Bergeron, originaire de Sherbrooke, a dirigé plusieurs auberges du même type dans le sud de l’Ontario. «Le Québec compte peu de ces auberges situées sur les lieux d’un moulin, au bord du cours d’eau qui faisait tourner le moulin», explique-t-il.

Même en Ontario, le Moulin Wakefield serait spécial à cause de la force de son cours d’eau et de la qualité de sa restauration, sur deux niveaux devant la cascade.

Le menu est composé de classiques sans compromis et de plats innovants qui plaisent aux foodies. Le spa du Moulin Wakefield est extrêmement populaire et il est vivifiant de s’immerger dans la baignoire à remous extérieure, devant la forêt.

Le Vieux-Hull

Le Vieux-Hull, centre historique de Gatineau, se présente comme une ville québécoise industrielle de taille moyenne, sympathique et pleine de caractère, à un jet de pierre de la capitale canadienne. L’Outaouais, et le Vieux-Hull en particulier, sont aussi des exemples valeureux de fierté francophone durable.

L’Outaouais est résolument québécois, par ses aspects, son mode de vie, ses valeurs. On ne sent à Gatineau que fort peu d’influence anglo-saxonne, à part l’afflux constant d’Ontariens anglophones qui, au plus, influencent une peu la composition des menus dans les restaurants et bars.

Véronique Rivest
Véronique Rivest

Les bonnes surprises gustatives sont nombreuses à Hull. Par exemple, le bar à vin Soif de Véronique Rivest; dont le nom résonne car elle a obtenu la 2e position au concours des meilleurs sommeliers du monde en 2013. Mme Rivest est souvent sur place, parlant aux clients, en toute simplicité. Pour leur part, les clients apprécient les prix raisonnables du Soif, et ses petits formats permettant d’essayer plusieurs vins.

Autre bonne adresse abordable, le bistro Les Vilains Garçons qui prépare des classiques français, mais aussi des plats uniques, souvent d’inspiration asiatique. Les spécialités sont servies dans un ensemble de petites portions. Les propriétaires de ce restaurant sont de jeunes Français sympathiques. L’ambiance des Vilains Garçons est résolument festive.

Formule petits plats aux Vilains Garçons
Formule petits plats aux Vilains Garçons

Nouvelle génération

Le Vieux-Hull, c’est aussi ma chère rue Eddy, cœur d’un quartier pauvre, en pleine revitalisation. «Pauvre», mais aussi si riche d’histoire et de gens qui vous parleront avec bagout des hauts et des bas de leur vie et de leur ville.

Pour bien ressentir l’esprit de la rue Eddy, on peut manger au comptoir de La Patate Dorée et commander un de leurs hot-dogs ou poutines réputés, avant d’écouter les clients et de ne pas hésiter à engager une conversation!

La rue Eddy, c’est aussi des commerces d’une nouvelle génération qui relève le quartier. À voir, Le Local, un espace plein de vêtements originaux, tous dessinés ou fabriqués au Canada. Les employés du Local sont passionnés par leur noble marchandise.

Autre adresse étonnante, les Brasseurs du Temps, une des microbrasseries de référence au Québec, qui a en outre le mérite de faire revivre un bâtiment historique de Hull, à deux pas du ruisseau de la Brasserie où on peut patiner cet hiver. Les Brasseurs du Temps, c’est également le site d’un véritable musée de la bière qui présente aussi la facette brassicole fascinante de l’histoire méconnue de Hull.

l'édifice des Brasseurs du Temps
Les Brasseurs du Temps

Un grand casino

En marge du secteur Hull, on trouve le Hilton Lac-Leamy et son casino. Cet hôtel 5 étoiles est d’une élégance remarquable malgré sa taille. Ses chambres accordent des vues imprenables sur l’Outaouais et Ottawa. La piscine extérieure chauffée est accessible, et ce, même en janvier!

Le casino et sa belle salle de spectacles font preuve de dynamisme pour attirer des jeunes. Une bonne part de la clientèle provient de l’Ontario. Le casino comme tel affiche des virtuosités techniques et artistiques comme on en voit à Las Vegas.

Le hall spectaculaire du Hilton Lac-Leamy de Gatineau.
Le hall spectaculaire du Hilton Lac-Leamy de Gatineau.

Bref, l’Outaouais est une région étonnante, assez impressionnante en fait. Séjourner à Ottawa et aller furtivement dans l’Outaouais, comme le font tant de touristes, ne rend pas justice à cet Outaouais aux attraits uniques où la nature et la ville s’entrelacent à merveille.

Informations: tourismeoutaouais.com et 1-800-265-7822, et wakefieldquebec.com.


Notre explorateur Benoit Legault a commencé sa carrière de journaliste dans les années 1980 au quotidien Le Droit d’Ottawa-Gatineau, dans un bureau (aujourd’hui fermé) situé sur la rue Eddy, devant La Patate Dorée.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Trudeau s’excuse d’avoir répondu en anglais à une question en français

Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a exprimé ses regrets pour avoir répondu en anglais à une question posée en français lors d’une assemblée publique à Peterborough en janvier. L’affaire avait connu un retentissement national quand, une semaine plus tard, il avait répondu en français à une question posée en anglais par une participante au même […]


24 février 2017 à 15h17

Prêts, pas prêts, ouvrons nos frontières!

immigrants-immigration-refugies

Nous sommes un pays «ouvert sur le monde», clament nos dirigeants. Oui, on le sait! On détient une longue tradition en matière d’aide humanitaire. Des milliers de gens à travers la planète vivent dans un climat de terreur et de pauvreté, et nous voulons les accueillir sur la base de notre compassion légendaire. Mais qu’arrivera-t-il […]


24 février 2017 à 14h14

Une formation en offre active de soins de santé

Barb Willet, directrice générale de Nexus Santé, Andrea Bodkin, coordonnatrice de Réseau CS, Jocelyne Samson, enquêteuse principale au Commissariat aux services en français de l’Ontario, Isabelle Girard, directrice générale des CAH et présidente de Reflet Salvéo, Tharcisse Ntakibirora, coordonnateur des services en français du RLISS du Centre-Toronto, Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones, Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo, Marta Dolecki, enquêteuse au Commissariat aux services en français, Lise Béland, vice-présidente du Collège Boréal pour le Sud-Ouest, Christiane Fontaine, directrice générale du RIFSSSO, Maryse Francella, coordonnatrice du projet, Jean-François Rose, directeur au Collège Boréal, Constant Ouapo, agent de planification de Reflet Salvéo.

Des fournisseurs anglophones de service de santé pourront désormais suivre une formation au Collège Boréal, en anglais, leur montrant comment mieux servir leurs clients francophones. Cette initiative permettra de proposer à leurs patients francophones un suivi de soin de santé dans leur langue. C’est l’expérience – inédite en Ontario – qui a été lancée cette semaine au campus torontois […]


23 février 2017 à 13h31

TRAPPIST: des planètes habitables à 40 années-lumière de nous

Le soleil du système TRAPPIST vu d'une de ses planètes les plus proches: une scène imaginaire que la NASA veut confirmer au cours des prochaines années.

Sept planètes de la taille de notre Terre, dont trois pourraient posséder de l’eau liquide et être «habitables», tournant autour d’un soleil «nain», ont été découvertes dans la constellation du Verseau par la NASA, au moyen de son télescope spatial Spitzer. Ce système solaire, baptisé TRAPPIST (pour le Transiting Planets and Planetesimals Small Telescope, au […]


23 février 2017 à 13h03

Sociofinancement pour aider des jeunes Français à nous présenter leur spectacle sur Étienne Brûlé

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de collégiens français se préparent à venir présenter à Toronto, à la fin avril, leur création Sur les traces d’Étienne Brûlé, où le chant, la musique jazz et rock et la danse tiennent chacun leur part. La Société d’histoire de Toronto (SHT) a lancé une campagne de sociofinancement pour les aider à défrayer […]


21 février 2017 à 14h53

Deux (trois) motions contre l’islamophobie

La députés fédérale Iqra Khalid et la députée provinciale Nathalie Des Rosiers. Arrière-plan: une mosquée de la rue Danforth à Toronto.

Deux motions contre l’islamophobie – toutes deux déposées en décembre, mais actualisées par l’attentat meurtrier contre la mosquée de Québec le 29 janvier – font leur chemin, l’une à Ottawa, médiatisée et controversée pendant encore un bon moment, et l’autre à Toronto, qui passera comme une lettre à la poste cette semaine. Les élus libéraux […]


21 février 2017 à 14h52

Nos conseils scolaires catholiques vont échanger avec la Belgique

Ce 20 février à Spa en Belgique: assis, Étienne Michel, directeur général du SéGEC belge, et Johanne Lacombe, présidente du CECCE ontarien, avec Jean Magny, surintendant de l’éducation du CSDCCS, Lyse-Anne Papineau, directrice de l’éducation du CSCNO, Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE, et Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario et quatre maisons diocésaines de l’enseignement belges vont développer un ensemble d’activités éducatives où chacun sera appelé à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement ainsi que son matériel pédagogique. La convention a été signée lundi à Spa, en Belgique. «Nos […]


21 février 2017 à 14h50

Pourquoi aller à l’université si on ne sait pas ce qu’on veut faire dans la vie?

L’offre de programmes postsecondaires en français est très limitée dans le sud-ouest de l’Ontario, où le seul campus digne de ce nom est celui du Collège Glendon (bilingue) de l’Université York.

De nombreux étudiants de premier cycle universitaire – qui acceptent pourtant une lourde charge de travail et déboursent d’importants frais de scolarité – n’ont encore aucune idée de ce qu’ils veulent faire dans la vie, aucune carrière en vue. Certains étudiants arrivent avec une carrière précise à l’esprit, mais plusieurs ont peu d’idée de la carrière précise qu’ils […]


21 février 2017 à 9h52

Vivons-nous dans l’antichambre d’Orwell ?

Edward Snowden, qui vit en exil en Russie, participe à des conférences à distance.

Qu’il est simple de nous surveiller. Nous donnons nous-mêmes les clés en acceptant les multiples contrats, souvent sans les lire, pour accéder à l’univers de la vie mobile. Nous sommes entrés dans l’antichambre d’Orwell et de son célèbre 1984 – à moins que ce ne soit Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. «Le danger vient de la grande opacité […]


21 février 2017 à 9h52

En choeur pour la Messe québécoise dans les Beaches

La Toronto Beach Chorale en répétition.

Neuvième saison pour la Toronto Beach Chorale (TBC) qui se produira le 26 février à la Beach United Church sur l’avenue Wineva. Cette chorale communautaire mixte, d’une soixantaine de membres, est composée de passionnés de chant choral classique et souhaite, lors de l’événement de dimanche prochain, célébrer la fin de l’hiver. C’est aussi à l’occasion du 150e […]


21 février 2017 à 9h51
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur