Louise Bessette rend hommage à Gilles Tremblay

Une musique proche de la nature

La pianiste Louise Bessette se produira à la Galerie 345 (quartier Dundas West et Roncesvalles) ce samedi 27 avril. Photo: Robert Etcheverry

23 avril 2013 à 10h08

«Gilles Tremblay est un de nos immenses compositeurs au pays. Je ressens beaucoup d’affinités avec sa musique.» C’est dans ces mots que la pianiste montréalaise Louise Bessette explique son désir de rendre hommage au compositeur québécois, à l’occasion d’un concert à Toronto le 27 avril.

«La musique de Gilles Tremblay est très proche de la nature, un peu à l’image de celle d’Olivier Messiaen», explique la pianiste, aussi reconnue pour ses interprétations des œuvres de cet autre compositeur.

Programme

La pièce Musiques de l’eau, au programme du concert torontois à Gallery 345, est caractéristique de l’importance qu’accorde Gilles Tremblay à la nature dans sa musique. Trois autres de ses œuvres, Phases, Réseaux et Traçantes, sont également au programme de ce concert présenté par New Music Concerts.

Louise Bessette interprétera également les pièces écrites pour elle par Michel Gonneville: Volée, Carillons d’oiseaux, et Silvio Palmieri, Prélude XI: Elevazione. Ces deux anciens étudiants de Gilles Tremblay les ont composées en l’honneur de leur mentor. Le cycle Les Planètes du compositeur et chef d’orchestre Walter Boudreau, clora la soirée par cette exploration musicale de notre système solaire.

Gilles Tremblay

Louise Bessette, qui a elle-même suivi le fameux cours d’analyse musicale de Gilles Tremblay au Conservatoire de musique de Montréal, a commencé à jouer ses œuvres à cette époque. Sa musique la fascine.

«Il y a ce lien entre Gilles Tremblay et Olivier Messiaen. Gilles Tremblay, ayant été son élève, est un peu son fils spirituel. Olivier Messiaen fait partie de ma vie de musicienne depuis trente-cinq ans et c’est un lien très fort avec ce grand personnage», raconte la pianiste.

«Gilles Tremblay explore beaucoup les résonances du piano. Dans ses partitions, il demande souvent d’enfoncer les touches du clavier sans jouer les notes. Ça fait résonner toutes les harmoniques reliées à ces notes», explique-t-elle en évoquant des sons de cloche.

Éblouissante

Pour Louise Bessette, rencontrer le compositeur dont elle interprète une pièce est essentiel. «C’est très important de recevoir ses commentaires et d’échanger avec lui», souligne-t-elle. Et il ne fait aucun doute que Gilles Tremblay apprécie ses interprétations. «J’ai déjà joué ses pièces pour des concerts, mais aussi à l’occasion de rencontres privées avec lui. Lors d’une de ces rencontres, il m’a écrit une très belle dédicace dans une partition :

À Louise Bessette, avec mes remerciements pour cette éblouissante version de Traçantes accordée à la lumière et à la vie de ce beau jour de printemps. Avec tous mes vœux de succès et mon affection. Gilles Tremblay.»

Carrière

Avec à son actif de multiples concerts et enregistrements, Louise Bessette a reçu de nombreux prix au cours de sa carrière. Le Conseil québécois de la musique lui a décerné cette année les Prix Opus «Concert de l’année – Montréal» et «Concert de l’année – Musiques moderne, contemporaine» pour ses 30 ans de carrière.

«J’ai donné à cette occasion trois concerts dans la même journée! Ça a été extraordinaire et très émouvant», raconte-t-elle. Beaucoup de projets de concerts et d’enregistrements sont déjà au calendrier de la pianiste pour la saison prochaine dont une tournée avec le groupe de musique de chambre ARTefact sur l’île de Montréal.

«Ce que j’aime bien dans mon métier, c’est que chaque concert, chaque événement, chaque création comportent toujours un défi en soi. Tous les jours où je suis à mon piano et que je répète pour préparer mes prochains concerts sont des défis. J’aspire toujours à l’excellence et au dépassement.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

TOYOTA YARIS, MODÈLE 2005

3
Modèle 2005. Excellent état intérieur et extérieur. Faible impôt et assurance. Mécaniquement bon et doux pour conduire. Garantie de trois mois disponible. Moteur en forme.
En lire plus...

Voir ce que l’on ne voit pas à Moscou

Ratkovic, Sandra, MocKBa, Éditions Hatje Cantz, 2017, broché, couverture souple à rabats, 28x21 cm, 96 p. La couverture reproduit la photographie d'une femme posant pour se faire photographier devant un parc d'amusement.
Les photographies troublantes et touchantes de Sandra Ratkovic
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h20

Un sondage sur la modernisation de la Loi sur les services en français

Levée du drapeau franco-ontarien à Queen's Park l'an dernier.
L’AFO et l’AJEFO travaillent sur les priorités de la réforme de la LSF à proposer au gouvernement.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Marie-Andrée Vermette, nouvelle représentante de Toronto à l’AJEFO

Me Marie-Andrée Vermette
Elle s'est intéressée aux développements récents concernant le secret professionnel de l’avocat.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Opioïdes aux États-Unis: huit fois plus d’accrocs que de patients traités

opioides
Des coupes au programme Medicaid pénaliseraient les 2,5 millions d’Américains aux prises avec cette dépendance.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h18

Quiz : Les Jeux du Canada

jeux-du-canada-28-juillet-13-aout
Vous connaissez les Jeux olympiques, les Jeux panaméricains et les Jeux du Commonwealth. Qu’en est-il des Jeux du Canada?
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h17

De Gaulle au Québec en juillet 1967

André Duchesne, La Traversée du Colbert – De Gaulle au Québec en juillet 1967, essai, Montréal, Éditions Boréal, 2017, 320 pages, 29,95 $.
50e anniversaire du «Vive le Québec libre!» aujourd'hui
En lire plus...

24 juillet 2017 à 9h49

Le Centre francophone embauche deux médecins

Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.
Ses infirmières praticiennes peuvent diagnostiquer des problèmes de santé et poser des actes médicaux.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h43

L’école franco de Cambridge 2e à la course internationale de robots

Joel Zhang, Andrew Mourcos et Guillaume Fernandes.
Contre des équipes universitaires
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h36

Treize jeunes scientifiques à deux km sous terre

Les 13 élèves de l’école secondaire catholique Père-René-de-Galinée, quelques parents bénévoles, les chercheurs James Pinfold et Ryan Bayes de SNOLAB, ont rencontré le ministre de la recherche, innovation et science de l’Ontario, Reza Moridi (au centre sur la photo), dans les installations souterraines de SNOLAB.
En septembre, ils se rendront en Suisse pour tester leur expérience dans les installations du CERN.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 15h35

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur