Les souvenirs partagés s’incrustent, même les faux

tv-mur-souvenirs-dreamstime

9 mars 2017 à 11h37

Si un de vos souvenirs est partagé à travers un groupe, il a davantage de chances de s’enraciner profondément dans votre cerveau. Et ce, même s’il s’agit d’un faux souvenir. Or, à l’heure de Facebook, ce phénomène est en train de prendre une nouvelle importance.

Que la mémoire soit faillible, c’est un fait connu. Que nos souvenirs d’un événement puissent être altérés par le récit que nos amis ou notre famille en ont fait est pris pour acquis en psychologie cognitive: nos souvenirs sont plus «malléables» que nous ne voulons l’admettre, tout dépendant des groupes dont nous faisons partie ou des gens avec qui nous partageons des souvenirs.

Or,  comment cette réalité se transpose-t-elle sur les réseaux sociaux?

«Les souvenirs sont partagés à travers les groupes de façon différente sur Facebook et Instagram, obscurcissant la ligne entre souvenirs individuels et collectifs», s’inquiète dans un reportage de la revue Nature le psychologue Daniel Schacter, de l’Université Harvard.

Quand notre groupe social a toujours raison

Si leurs inquiétudes s’avèrent fondées, il faut y voir du travail en perspective pour ceux qui luttent contre la désinformation: parce qu’en plus de devoir tenir compte du biais de confirmation — cette tendance à n’écouter que les opinions qui confirment notre opinion — il faut aussi essayer de comprendre comment telle fausse nouvelle s’est rendue jusqu’à telle personne.

Par exemple: la nouvelle lui a-t-elle été transmise par un inconnu ou par un proche? Une recherche de l’Université Princeton en 2015 concluait qu’un souvenir a davantage de chances de s’enraciner lorsqu’il nous arrive de quelqu’un qui fait partie de notre «groupe social».

Et ça ne se limite pas à des souvenirs personnels : un groupe peut aussi faire en sorte qu’à la longue, on ne se souvient plus de l’événement original, mais de la vision que nous en transmet le groupe.

C’est ce qui pourrait expliquer que des gens qui lisent aujourd’hui une fausse nouvelle et sa correction, continueront de croire à la fausse nouvelle dans quelques années, si celle-ci a réussi à s’imposer dans leurs réseaux.

S’informer avant de discuter

Le conditionnel est toutefois important ici, et des équipes de psychologues, notamment aux États-Unis, tentent en ce moment de profiter de l’opportunité que représente Facebook pour vérifier cette théorie: observer comment et par qui une nouvelle est diffusée, ce qui se passe lorsqu’on change de «diffuseur», etc.

L’ordre dans lequel les informations sont diffusées a également beaucoup d’importance, résume Nature, même si une nouvelle émane d’un «lien faible», c’est-à-dire une personne faiblement associée au réseau social. «L’information introduite par un lien faible est beaucoup plus susceptible de façonner la mémoire du réseau si elle est introduite avant que ses membres n’en aient parlé entre eux. [À l’inverse], une fois qu’un réseau s’est entendu sur ce qui s’est produit, la mémoire collective devient plus résistante à une information contradictoire.»

L’existence d’une telle «mémoire collective», comme l’appellent les psychologues, est une arme à double tranchant: autant on peut cibler ce groupe pour empêcher une fausse information de se répandre, autant on peut se servir du groupe pour répandre une fausse information. À condition de savoir sur quels «boutons» peser.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur