Les Français ont leur propre mode de communication

Un premier livre publié d'abord en anglais pour Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow

Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow à l'AFT le 22 mars.

Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow à l'AFT le 22 mars.


28 mars 2017 à 1h47

George Bernard Shaw disait que les Américains et les Britanniques étaient deux peuples séparés par une même langue. On pourrait dire la même chose des Canadiens-Français et des Français de France.

C’est ce que soutient le couple de journalistes et écrivains Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow dans leurs livres à succès Les Français aussi ont un accent (Payot 2002), Pas si fous ces Français (Seuil 2005) et La Grande Aventure de la langue française (Québec Amérique 2007).

Ils viennent de publier – en anglais d’abord – The Bonjour Effect: The Secret Codes of French Conversation Revealed (St. Martin’s Press 2016) qu’ils traduiront peut-être par «Comment parler aux Français sans se fatiguer», le titre de leur conférence à l’Alliance française de Toronto ce mercredi 22 mars, qui a attiré un public enthousiaste.

Jean-Benoit Nadeau Julie Barlow«Bonjour» important

«Pourquoi on ne comprend pas les Français, et pourquoi ne comprennent-ils pas que nous ne les comprenons pas?» C’est l’hypothèse de Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow, fréquents visiteurs en France, ayant notamment vécu à Paris en 2013 et 2014 avec leurs deux jumelles.

C’est à l’issue de cette immersion en famille que le couple trilingue (français, anglais, espagnol) a écrit The Bonjour Effect. L’ouvrage décortique cet art bien français de la conversation, ses tabous et ses expressions mythiques, comme le fameux «bonjour».

C’est dans un bus de Paris que le couple a réellement compris l’importance du «bonjour» pour les Français. N’ayant pas dit bonjour en entrant dans le bus, «le chauffeur nous a lancé un: ‘Oh les gens n’ont pas d’éducation!’»

Le «bonjour» est un terme qui a du sens, ce n’est pas juste un «bruit», appuie Julie. «Si on ne dit pas bonjour dans un magasin, on peut être sûr d’être mal servi.»

«Je ne sais pas» n’est pas français

Une chose a frappé Julie à son arrivée à Paris: le «non», ne signifie pas «non» pour les Français. «Comment comprendre un peuple qui, lorsqu’il dit non, ne dit pas réellement non?»

En réalité, «non» veut dire «peut-être, si tu es capable de me convaincre»!

D’ailleurs, les Français ne disent jamais «je ne sais pas», ajoute Jean-Benoît. Si les Français n’aiment pas cette expression, c’est que pour eux c’est une preuve d’imbécilité. Les Français valorisent tellement la connaissance et l’élitisme, que ne pas savoir serait une preuve de lacune et un manque de crédibilité.

«Un Français n’avoue presque jamais le fait de ne pas savoir; cela a visiblement un rapport avec l’éducation scolaire française», nous dit Julie.

En effet, ses deux filles étant inscrites dans un établissement scolaire de Paris, elle remarque que l’éloquence y est valorisée. Les enfants doivent savoir s’exprimer, bien parler, et réciter des poèmes en public. Le couple explique que les enseignants disaient régulièrement: «votre fille est une bonne élève, mais il faut qu’elle parle plus, il faut qu’elle s’exprime».

Ce qui amène à comprendre pourquoi les Français aiment tant la conversation, le débat et de la confrontation.

 Taxe sur la valeur apparente

Au Moyen Âge, les Français payaient leurs taxes sur la valeur apparente. Un paysan payait plus cher s’il avait plus de fenêtres à sa maison. Le Français d’aujourd’hui évite de parler de son travail, son salaire, sa famille… Il ne parle pas tout de suite de sa richesse à moins que vous ne soyez amis; ce sont des choses privées.

«Par contre lorsque le Français commence à parler de ces sujets là, c’est alors un signal que votre relation évolue, c’est bon signe.»

Un sondage du Printemps de l’optimisme à Paris remarquait un grand paradoxe français; montrant qu’entre 70 et 80 % des Français se déclaraient plutôt heureux dans leur vie personnelle et ces mêmes 80 % étaient négatifs envers la société, «ce qui constitue l’un des peuples les plus pessimistes du monde.»

Tout n’est pas compliqué chez les Français. Jean-Benoît Nadeau et Julie Barlow, donnent des clefs pour commencer une conversation, sans que notre interlocuteur se ferme. «Il suffit de commencer par: de quelle région êtes-vous?, vous pouvez enchaîner par des questions sur la cuisine, sur l’histoire de France, sur la langue française et sur les différences entre les hommes et les femmes».

Par contre, évitez de parler de nationalisme, d’intégration ou de partis politiques: «la politique est un sport violent en France». Parler de francophonie n’est pas non plus le sujet préféré des Français: pour la gauche politique, il y’a un rapport trop étroit à l’histoire de la colonisation, qui n’est pas toujours une source de fierté. Cela expliquerait d’ailleurs pourquoi l’histoire de la Nouvelle-France est si mal connue en France…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur