L’Amérique française diluée dans un compromis

Patrice Dutil

Patrice Dutil


23 janvier 2017 à 20h30

Il y a 150 ans, l’Amérique française a connu un point tournant, selon le professeur Patrice Dutil de l’Université Ryerson. Invité par la Société d’histoire de Toronto le 18 janvier à l’Alliance française, il a expliqué comment la «confédération» de 1867 a été strictement une affaire de compromis.

C’est Québec qui est le berceau de l’Amérique française. Avant même l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (1er juillet 1867), il existait d’abord un Canada français, puis un Canada anglais. Les deux se sont unis en 1840, mais l’Ontario (Haut-Canada) n’a pas tardé à se trouver perdant.

En 1866, John A. Macdonald a proposé un «pacte fédératif» au Canada-Uni (Ontario et Québec), au Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse. Selon M. Dutil, cette entente était basée sur un compromis entre anglophones et francophones, protestants et catholiques.

Le conférencier a noté que les minorités étaient absentes de toutes négociations. Aucun Acadien ou Franco-Ontarien parmi les «Pères de la Confédération», et pas d’Amérindien, bien entendu.

Du côté francophone, l’idée d’une soi-disant confédération était loin de faire l’unanimité. M. Dutil a noté que le vote québécois était 27 pour et 22 contre, et que le haut clergé avait donné son sceau d’approbation. Par la suite, a-t-il précisé, Macdonald n’a jamais réussi à avoir plus de 50% d’appui au Québec lors d’élections fédérales.

Le pacte fédératif, ajoute Dutil, offrait divers avantages non négligeables: une défense contre l’expansionnisme américain, un accès à un plus grand marché, un sauvegarde du français au Québec et un pouvoir direct de taxation.

En passant, c’est en 1874 qu’un premier Franco-Ontarien se fait élire à la Chambre des communes, soit Pierre St-Jean d’Ottawa. Pour le Sénat, il faudra attendre jusqu’en 1907 pour que Napoléon-Antoine Belcourt soit nommé à la chambre rouge.

Patrice Dutil a fortement souligné que le pacte fédératif de 1867 se logeait d’abord et avant tout à l’enseigne britannique. Toutes les institutions étaient copiées sur l’Angleterre. Le poids du français étant très amoindri, l’Amérique française s’est peu à peu diluée.

Le conférencier a souligné qu’on n’a pas célébré le 50e anniversaire de la Confédération à cause de la guerre (14-18), mais que le 100e anniversaire a donné lieu à d’imposantes célébrations, dont l’Expo 67 à Montréal. Selon lui, rien d’aussi grandiose n’est prévu pour le 150e de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur