L’Amérique française diluée dans un compromis

Patrice Dutil

Patrice Dutil


23 janvier 2017 à 20h30

Il y a 150 ans, l’Amérique française a connu un point tournant, selon le professeur Patrice Dutil de l’Université Ryerson. Invité par la Société d’histoire de Toronto le 18 janvier à l’Alliance française, il a expliqué comment la «confédération» de 1867 a été strictement une affaire de compromis.

C’est Québec qui est le berceau de l’Amérique française. Avant même l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (1er juillet 1867), il existait d’abord un Canada français, puis un Canada anglais. Les deux se sont unis en 1840, mais l’Ontario (Haut-Canada) n’a pas tardé à se trouver perdant.

En 1866, John A. Macdonald a proposé un «pacte fédératif» au Canada-Uni (Ontario et Québec), au Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse. Selon M. Dutil, cette entente était basée sur un compromis entre anglophones et francophones, protestants et catholiques.

Le conférencier a noté que les minorités étaient absentes de toutes négociations. Aucun Acadien ou Franco-Ontarien parmi les «Pères de la Confédération», et pas d’Amérindien, bien entendu.

Du côté francophone, l’idée d’une soi-disant confédération était loin de faire l’unanimité. M. Dutil a noté que le vote québécois était 27 pour et 22 contre, et que le haut clergé avait donné son sceau d’approbation. Par la suite, a-t-il précisé, Macdonald n’a jamais réussi à avoir plus de 50% d’appui au Québec lors d’élections fédérales.

Le pacte fédératif, ajoute Dutil, offrait divers avantages non négligeables: une défense contre l’expansionnisme américain, un accès à un plus grand marché, un sauvegarde du français au Québec et un pouvoir direct de taxation.

En passant, c’est en 1874 qu’un premier Franco-Ontarien se fait élire à la Chambre des communes, soit Pierre St-Jean d’Ottawa. Pour le Sénat, il faudra attendre jusqu’en 1907 pour que Napoléon-Antoine Belcourt soit nommé à la chambre rouge.

Patrice Dutil a fortement souligné que le pacte fédératif de 1867 se logeait d’abord et avant tout à l’enseigne britannique. Toutes les institutions étaient copiées sur l’Angleterre. Le poids du français étant très amoindri, l’Amérique française s’est peu à peu diluée.

Le conférencier a souligné qu’on n’a pas célébré le 50e anniversaire de la Confédération à cause de la guerre (14-18), mais que le 100e anniversaire a donné lieu à d’imposantes célébrations, dont l’Expo 67 à Montréal. Selon lui, rien d’aussi grandiose n’est prévu pour le 150e de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Équilibre budgétaire: le gouvernement trop optimiste?

budget-projections
La plupart des prévisionnistes économiques sont plus prudents que le gouvernement libéral.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h13

Maître Nadia Effendi

Maître Nadia Effendi
Originaire d’Edmundston (N-B), Me Effendi est associée au sein du cabinet Borden Ladner Gervais («BLG»).
En lire plus...

21 août 2017 à 14h12

Guerre nucléaire: le risque de ne pas avoir assez peur

Montage sur coucher de soleil  (par Gaspard / Flickr / Creative Commons)
Une guerre avec la Corée du Nord aurait un coût beaucoup plus élevé que la plupart des gens l’imaginent.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h11

Des volcans sous les glaces de l’Antarctique

Fissure dans la banquise de Larsen contre la péninsule ouest de l'Antarctique (Photo: NASA)
Ces dernières années, l'Antarctique a enregistré des records d'accumulation de glaces.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h10

Le Norwegian Jade fait peau neuve

Une croisière plus appropriée pour les amateurs de luxe que pour les familles avec de jeunes enfants.
Le navire quittera l'Europe cet hiver pour des croisières au départ de New York et de l’Est canadien.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

L’Éthiopie, un pays à découvrir

Dossier d'archéologie, Janvier/Février 2017, Éditions Faton, 80 p. Église de Lalibela creusée dans le roc.
Presque 100 millions d'habitants.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

Quand vivre est pire que mourir

Natasha Preston, La Cave, roman traduit de l’anglais par Axelle Demoulin et Nicolas Ancion, Paris, Éditions Hachette, 2017, 400 pages, 29, 95 $.
Un psychopathe qui kidnappe quatre filles pour se créer «une famille idéale».
En lire plus...

21 août 2017 à 14h06

Quiz : Les miracles de Jésus

miracles-de-jesus
On attribue à Jésus plusieurs miracles qui sont racontés dans les Évangiles.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h05

large tapis iranien

tapis iranien 13×9 pied rouge
En lire plus...

Éclipse solaire totale à travers les États-Unis cet après-midi

eclipse
Certains animaux sont perturbés par une éclipse solaire
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur