La roublardise narrative de Daniel Poliquin

Daniel Poliquin, Cherche rouquine, coupe garçonne, roman, Montréal, Éditions du Boréal, 2017, 288 pages, 25,95 $.

Daniel Poliquin, Cherche rouquine, coupe garçonne, roman, Montréal, Éditions du Boréal, 2017, 288 pages, 25,95 $.


15 mai 2017 à 11h20

Vous vous souvenez peut-être de l’Affaire Coffin qui a secoué le Québec des années cinquante. Daniel Poliquin s’inspire de ce meurtre de trois chasseurs américains et de la pendaison de Wilbert Coffin, le 10 février 1956, pour nous livrer «un chef-d’œuvre de roublardise narrative»: Cherche rouquine, coupe garçonne.

La narratrice est la rouquine du titre, mais on apprend son identité qu’au milieu du roman. Le ton est celui d’une simple conversation ou jasette, dont voici un exemple: «Mais mettons que ça va pas très bien de ce temps-ci, que ça a tout l’air que mes aspirations de jeune fille vont attendre en coure un bout. Même qu’elle ont l’air parties pour attendre toujours.»

Daniel Poliquin
Daniel Poliquin

Ce ton fait parfois sourire. Un personnage qui a posé un bon geste dit qu’«une fille comme moi qui va jamais à la messe est bien obligée d’être charitable si elle veut aller au ciel après sa mort». Plus loin, la narratrice fait remarquer que, «quand je m’apprêtais à visionner un film de fesses, j’aimais me faire croire que je pratiquais mon anglais comme ça».

Une grande partie de l’action se passe à Ottawa, lieu d’origine d’Odette. J’ai retrouvé des lieux aujourd’hui disparus, comme le Couvent de la rue Rideau et le restaurant Del Rio. Quelques lecteurs franco-ontariens s’apercevront que le village forestier de Dubreuilville devient, ici, Painchaudville.

Dans le roman, l’accusé s’appelle William Moore Blewett, un homme «généreux jusqu’à l’imbécilité». Ce prospecteur est reconnu coupable du meurtre d’un couple américain en vacances à l’Anse-Pleureuse, en Gaspésie.

Blewett était pourtant innocent du crime dont on l’accusait «parce que, justement, c’était ça Blewett: un innocent». L’avocat n’a-t-il pas défendu son client? Non, si Blewett n’en avait pas eu «ça aurait fait pareil». Le procureur veut un méchant et Blewett «convient parfaitement. On va le garder.» Il est pendu le 16 novembre 1961.

Le roman démontre comment «la ruse est la force du faible», comment «la sottise est promue au rang de coup de maître» et comment «nous nous servons de notre lucidité que pour déceler les failles chez les autres, rarement pour corriger les nôtres».

Il est souvent question de liaisons amoureuses ou de relations adultères. La narratrice a une opinion tranchée sur l’amour. «C’est pareil entre femmes qu’entre hommes et femmes ou qu’entre hommes. Les mêmes hypocrisies, les mêmes lâchetés, tout est pareil, absolument tout. Ce sont des êtres humains qui s’aiment.»

En passant, Poliquin invente le verbe «fellater», de fellation, et écrit «quioute», de l’anglais cute.

L’auteur sait que, laissés à eux-mêmes, les mots nous mentent, et que nous ne demandons qu’à les croire. Il sait aussi qu’on peut «les agencer pour leur donner toutes les apparences d’une logique indéniable». Dans une histoire comme celle inventée/racontée par Poliquin, les mots deviennent des «vérités trompeuses». Ils sont à la base d’un mythe, d’une croyance, d’une idéologie… et d’un roman réussi.

Récemment, j’ai lu Le Clan Bouquet de Christine Lamer et le mot FIN était épelé FAIM. Dans le cas de Cherche rouquine, coupe garçonne, les derniers mots sont les cris de deux petites filles modèles: «On a faim!» Dans les deux cas, on s’apprête à manger.

Avec ce neuvième roman, Daniel Poliquin nous sert un repas savoureusement mijoté et finement arrosé. À placer en tête de liste de votre menu littéraire.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’école Georges-Étienne-Cartier bouclée

eec-georges-etienne-cartier
L’école élémentaire catholique Georges-Étienne-Cartier a été bouclée vers 13 h 25 mardi, à cause de la présence d’un homme armé dans les environs.
En lire plus...

23 mai 2017 à 16h53

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Une nouvelle appli de Parcs Canada pour découvrir le pays

application parcs canada
À l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération, Parcs Canada lance une toute nouvelle application mobile pour permettre aux voyageurs de préparer leur voyage...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur