Incapable de mourir dignement au Canada

Un récit très personnel de Paul-François Sylvestre

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Depuis la légalisation de l’aide médicale à mourir en juin 2016, il y aurait en moyenne cinq cas par semaine juste en Ontario. La loi fédérale ne garantit cependant pas une pleine éligibilité à ce processus. Notre collaborateur Paul-François Sylvestre raconte comment sa sœur a dû se rendre en Suisse pour mourir dignement. L’auteur de Ma jumelle m’a quitté dans la dignité répond aux questions de L’Express.

Pourquoi la loi canadienne ne s’appliquait-elle pas à votre jumelle?

Ma sœur Paulette souffrait de la sclérose en plaques depuis presque vingt ans, mais elle n’était pas en phase terminale. Sa maladie l’avait forcée à abandonner son poste de professeur à la faculté d’éducation de l’Université de Regina et à se retirer en Colombie-Britannique où le climat lui était plus favorable.

Qu’est-ce qui a poussé votre jumelle à se rendre en Suisse?

La médecine ne pouvait pas alléger ses souffrances physiques et morales. Les spécialistes lui ont dit qu’elle allait simplement continuer à souffrir pendant dix, quinze ou vingt ans, et que sa situation allait constamment dépérir. Paulette a alors soumis une demande à Dignitas (Suisse) pour ce que l’organisme appelle «un suicide assisté».

Dans votre livre, vous parlez plus d’aide médicale à mourir que de suicide assisté…

Parce que Paulette n’a pas cherché à se suicider, mais plutôt à mourir dignement. Je raconte comment elle a expliqué sa décision à ses deux enfants d’abord, puis à moi et à mes autres sœurs. Elle a aussi parlé de sa démarche avec deux neveux et une nièce. Le livre fait largement écho aux témoignages de tous ces proches et démontre comment une mort planifiée peut devenir un geste rassembleur.

L’enfance et le parcours professionnel de votre jumelle est aussi décrit dans Ma jumelle ma quitté dans la dignité.

Oui, j’ai voulu brosser un portrait global de Paulette et cela commence avec notre naissance à Saint-Joachim, petit village canadien-français près de Windsor. J’ai essayé de montrer comment ma jumelle était une femme de caractère, capable de tenir tête à papa, à la directrice de l’école et, plus tard, à ses trois maris.

On peut lire plusieurs courriels échangés entre Paulette et Paul, pas Paul-François. Avez-vous porté deux prénoms?

Les jumeaux étaient Paulette et Paul (elle est née deux minutes avant moi). Comme il y avait trois Paul Sylvestre à Saint-Joachim et que je n’aimais pas me faire appeler Paul Sylvestre II, j’ai décidé d’ajouter mon second prénom une fois rendu à l’université. Mais dans ma famille, c’était Paul et Paulette; le voisin venait voir les bessons.

Ne vous êtes-vous pas donné le beau rôle dans ce récit de fin de vie?

La gémellité y est pour beaucoup. J’ai pris le rôle que Paulette m’a assigné. De par notre relation, je suis en quelque sorte devenu la centrale des communications entre tous les membres de ma famille. Il y a eu certains moments de tension que j’ai pu heureusement désamorcer. J’ai raconté les épisodes comme ils se sont déroulés, sans fard ou autocongratulation.

Quelques lecteurs n’auront-ils pas la larme à l’œil en lisant certains passages?

La naissance d’une nièce au moment où la tante s’apprête à mourir est évidemment touchante. La description détaillée du suicide assisté en Suisse et la transcription des dernières paroles de Paulette vont certes faire vibrer des cordes sensibles. C’est la première fois au Canada français et anglais qu’un livre raconte une mort dans la dignité sous toutes ses facettes.

Le livre est abondamment illustré. Quels genres de photos y retrouve-t-on?

Photo de lorsque nous étions enfants, photo de la maison familiale, photos du premier et deuxième mariage de Paulette, photo de ses enfants, neveux et nièce, photos de ses deux aides naturelles, etc. La photo la plus captivante a été prise la veille de la mort de Paulette, avec ses deux enfants, sur une terrasse à Zurich, verre de bière à la main, sourire aux lèvres.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Trudeau s’excuse d’avoir répondu en anglais à une question en français

Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a exprimé ses regrets pour avoir répondu en anglais à une question posée en français lors d’une assemblée publique à Peterborough en janvier. L’affaire avait connu un retentissement national quand, une semaine plus tard, il avait répondu en français à une question posée en anglais par une participante au même […]


24 février 2017 à 15h17

Prêts, pas prêts, ouvrons nos frontières!

immigrants-immigration-refugies

Nous sommes un pays «ouvert sur le monde», clament nos dirigeants. Oui, on le sait! On détient une longue tradition en matière d’aide humanitaire. Des milliers de gens à travers la planète vivent dans un climat de terreur et de pauvreté, et nous voulons les accueillir sur la base de notre compassion légendaire. Mais qu’arrivera-t-il […]


24 février 2017 à 14h14

Une formation en offre active de soins de santé

Barb Willet, directrice générale de Nexus Santé, Andrea Bodkin, coordonnatrice de Réseau CS, Jocelyne Samson, enquêteuse principale au Commissariat aux services en français de l’Ontario, Isabelle Girard, directrice générale des CAH et présidente de Reflet Salvéo, Tharcisse Ntakibirora, coordonnateur des services en français du RLISS du Centre-Toronto, Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones, Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo, Marta Dolecki, enquêteuse au Commissariat aux services en français, Lise Béland, vice-présidente du Collège Boréal pour le Sud-Ouest, Christiane Fontaine, directrice générale du RIFSSSO, Maryse Francella, coordonnatrice du projet, Jean-François Rose, directeur au Collège Boréal, Constant Ouapo, agent de planification de Reflet Salvéo.

Des fournisseurs anglophones de service de santé pourront désormais suivre une formation au Collège Boréal, en anglais, leur montrant comment mieux servir leurs clients francophones. Cette initiative permettra de proposer à leurs patients francophones un suivi de soin de santé dans leur langue. C’est l’expérience – inédite en Ontario – qui a été lancée cette semaine au campus torontois […]


23 février 2017 à 13h31

TRAPPIST: des planètes habitables à 40 années-lumière de nous

Le soleil du système TRAPPIST vu d'une de ses planètes les plus proches: une scène imaginaire que la NASA veut confirmer au cours des prochaines années.

Sept planètes de la taille de notre Terre, dont trois pourraient posséder de l’eau liquide et être «habitables», tournant autour d’un soleil «nain», ont été découvertes dans la constellation du Verseau par la NASA, au moyen de son télescope spatial Spitzer. Ce système solaire, baptisé TRAPPIST (pour le Transiting Planets and Planetesimals Small Telescope, au […]


23 février 2017 à 13h03

Sociofinancement pour aider des jeunes Français à nous présenter leur spectacle sur Étienne Brûlé

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de collégiens français se préparent à venir présenter à Toronto, à la fin avril, leur création Sur les traces d’Étienne Brûlé, où le chant, la musique jazz et rock et la danse tiennent chacun leur part. La Société d’histoire de Toronto (SHT) a lancé une campagne de sociofinancement pour les aider à défrayer […]


21 février 2017 à 14h53

Deux (trois) motions contre l’islamophobie

La députés fédérale Iqra Khalid et la députée provinciale Nathalie Des Rosiers. Arrière-plan: une mosquée de la rue Danforth à Toronto.

Deux motions contre l’islamophobie – toutes deux déposées en décembre, mais actualisées par l’attentat meurtrier contre la mosquée de Québec le 29 janvier – font leur chemin, l’une à Ottawa, médiatisée et controversée pendant encore un bon moment, et l’autre à Toronto, qui passera comme une lettre à la poste cette semaine. Les élus libéraux […]


21 février 2017 à 14h52

Nos conseils scolaires catholiques vont échanger avec la Belgique

Ce 20 février à Spa en Belgique: assis, Étienne Michel, directeur général du SéGEC belge, et Johanne Lacombe, présidente du CECCE ontarien, avec Jean Magny, surintendant de l’éducation du CSDCCS, Lyse-Anne Papineau, directrice de l’éducation du CSCNO, Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE, et Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario et quatre maisons diocésaines de l’enseignement belges vont développer un ensemble d’activités éducatives où chacun sera appelé à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement ainsi que son matériel pédagogique. La convention a été signée lundi à Spa, en Belgique. «Nos […]


21 février 2017 à 14h50

Pourquoi aller à l’université si on ne sait pas ce qu’on veut faire dans la vie?

L’offre de programmes postsecondaires en français est très limitée dans le sud-ouest de l’Ontario, où le seul campus digne de ce nom est celui du Collège Glendon (bilingue) de l’Université York.

De nombreux étudiants de premier cycle universitaire – qui acceptent pourtant une lourde charge de travail et déboursent d’importants frais de scolarité – n’ont encore aucune idée de ce qu’ils veulent faire dans la vie, aucune carrière en vue. Certains étudiants arrivent avec une carrière précise à l’esprit, mais plusieurs ont peu d’idée de la carrière précise qu’ils […]


21 février 2017 à 9h52

Vivons-nous dans l’antichambre d’Orwell ?

Edward Snowden, qui vit en exil en Russie, participe à des conférences à distance.

Qu’il est simple de nous surveiller. Nous donnons nous-mêmes les clés en acceptant les multiples contrats, souvent sans les lire, pour accéder à l’univers de la vie mobile. Nous sommes entrés dans l’antichambre d’Orwell et de son célèbre 1984 – à moins que ce ne soit Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. «Le danger vient de la grande opacité […]


21 février 2017 à 9h52

En choeur pour la Messe québécoise dans les Beaches

La Toronto Beach Chorale en répétition.

Neuvième saison pour la Toronto Beach Chorale (TBC) qui se produira le 26 février à la Beach United Church sur l’avenue Wineva. Cette chorale communautaire mixte, d’une soixantaine de membres, est composée de passionnés de chant choral classique et souhaite, lors de l’événement de dimanche prochain, célébrer la fin de l’hiver. C’est aussi à l’occasion du 150e […]


21 février 2017 à 9h51
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur