Incapable de mourir dignement au Canada

Un récit très personnel de Paul-François Sylvestre

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.

Paul-François Sylvestre, Ma jumelle m’a quitté dans la dignité, récit, Toronto, Éditions du GREF, coll. Athéna no 13, 2017, 128 pages, 30 illustrations, 20 $.


13 février 2017 à 20h26

Depuis la légalisation de l’aide médicale à mourir en juin 2016, il y aurait en moyenne cinq cas par semaine juste en Ontario. La loi fédérale ne garantit cependant pas une pleine éligibilité à ce processus. Notre collaborateur Paul-François Sylvestre raconte comment sa sœur a dû se rendre en Suisse pour mourir dignement. L’auteur de Ma jumelle m’a quitté dans la dignité répond aux questions de L’Express.

Pourquoi la loi canadienne ne s’appliquait-elle pas à votre jumelle?

Ma sœur Paulette souffrait de la sclérose en plaques depuis presque vingt ans, mais elle n’était pas en phase terminale. Sa maladie l’avait forcée à abandonner son poste de professeur à la faculté d’éducation de l’Université de Regina et à se retirer en Colombie-Britannique où le climat lui était plus favorable.

Qu’est-ce qui a poussé votre jumelle à se rendre en Suisse?

La médecine ne pouvait pas alléger ses souffrances physiques et morales. Les spécialistes lui ont dit qu’elle allait simplement continuer à souffrir pendant dix, quinze ou vingt ans, et que sa situation allait constamment dépérir. Paulette a alors soumis une demande à Dignitas (Suisse) pour ce que l’organisme appelle «un suicide assisté».

Dans votre livre, vous parlez plus d’aide médicale à mourir que de suicide assisté…

Parce que Paulette n’a pas cherché à se suicider, mais plutôt à mourir dignement. Je raconte comment elle a expliqué sa décision à ses deux enfants d’abord, puis à moi et à mes autres sœurs. Elle a aussi parlé de sa démarche avec deux neveux et une nièce. Le livre fait largement écho aux témoignages de tous ces proches et démontre comment une mort planifiée peut devenir un geste rassembleur.

L’enfance et le parcours professionnel de votre jumelle est aussi décrit dans Ma jumelle ma quitté dans la dignité.

Oui, j’ai voulu brosser un portrait global de Paulette et cela commence avec notre naissance à Saint-Joachim, petit village canadien-français près de Windsor. J’ai essayé de montrer comment ma jumelle était une femme de caractère, capable de tenir tête à papa, à la directrice de l’école et, plus tard, à ses trois maris.

On peut lire plusieurs courriels échangés entre Paulette et Paul, pas Paul-François. Avez-vous porté deux prénoms?

Les jumeaux étaient Paulette et Paul (elle est née deux minutes avant moi). Comme il y avait trois Paul Sylvestre à Saint-Joachim et que je n’aimais pas me faire appeler Paul Sylvestre II, j’ai décidé d’ajouter mon second prénom une fois rendu à l’université. Mais dans ma famille, c’était Paul et Paulette; le voisin venait voir les bessons.

Ne vous êtes-vous pas donné le beau rôle dans ce récit de fin de vie?

La gémellité y est pour beaucoup. J’ai pris le rôle que Paulette m’a assigné. De par notre relation, je suis en quelque sorte devenu la centrale des communications entre tous les membres de ma famille. Il y a eu certains moments de tension que j’ai pu heureusement désamorcer. J’ai raconté les épisodes comme ils se sont déroulés, sans fard ou autocongratulation.

Quelques lecteurs n’auront-ils pas la larme à l’œil en lisant certains passages?

La naissance d’une nièce au moment où la tante s’apprête à mourir est évidemment touchante. La description détaillée du suicide assisté en Suisse et la transcription des dernières paroles de Paulette vont certes faire vibrer des cordes sensibles. C’est la première fois au Canada français et anglais qu’un livre raconte une mort dans la dignité sous toutes ses facettes.

Le livre est abondamment illustré. Quels genres de photos y retrouve-t-on?

Photo de lorsque nous étions enfants, photo de la maison familiale, photos du premier et deuxième mariage de Paulette, photo de ses enfants, neveux et nièce, photos de ses deux aides naturelles, etc. La photo la plus captivante a été prise la veille de la mort de Paulette, avec ses deux enfants, sur une terrasse à Zurich, verre de bière à la main, sourire aux lèvres.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un cabaret en plein air pour la 7e édition de Franco-Fierté

franco-fierte
FrancoQueer, l’organisme ontarien francophone «par et pour» les personnes LGBTQ, prépare la 7e édition de son festival Franco-Fierté, qui comprendra une demi-douzaine d’activités entre le...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h27

Ambiance jazz pour la chanson française

Suzie Bisaillon, Cyril Mignotet et Noémi Parenteau-Comfort.
Ce dimanche 14 mai, au Local Gest rue Parliament, se produisait le tout nouveau groupe Ambiance The Band, spécialisé dans la chanson française, réunissant Cyril...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h18

Une interprétation très libre du Petit Prince

Jonathan Séguin (le Petit Prince) et Sandra Uhlrich (le renard).
Une centaine d’élèves de l’école secondaire catholique Saint Frère-André, à Toronto, ont offert une adaptation libre et contemporaine des textes du roman Le Petit Prince...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h17

Un diplôme honorifique du Collège Boréal à Dada Gasirabo

Dada Gasirabo
Le Collège Boréal conférera un diplôme honorifique en Affaires et services communautaires à la directrice générale d’Oasis Centre des femmes à Toronto, Mme Dada...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h16

Remaniements aux directions des écoles de Viamonde

Des cadres du Conseil scolaire Viamonde avec (à l'avant au centre, costume bleu) Martin Bertrand, le directeur de l'Éducation.
Plusieurs directions et directions adjointes d’écoles du Conseil scolaire Viamonde relèveront de nouveaux défis lors de la prochaine l’année scolaire. L’ouverture des nouvelles écoles...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h15

Beau Dommage et Stéphane Venne au Panthéon

Beau Dommage
Le groupe Beau Dommage et l’auteur-compositeur Stéphane Venne font partie des artistes qui seront intronisés cette année au Panthéon des auteurs-compositeurs canadiens. Ils seront...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h14

Quand un mot innu devient une phrase en français

Anne-Marie Proulx
La jeune artiste Anne-Marie Proulx a parcouru une grande partie du Grand Nord québécois, dans le territoire du Nitassinan où vivent les Innus, intéressée d’abord...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h13

Visite de parlementaires marocains

La délégation de parlementaires marocains devant l'Assemblée législative de l'Ontario.
Une demi-douzaine de parlementaires marocains étaient de passage à Montréal et Toronto la semaine dernière, pour discuter d’échanges économiques et culturels avec nos gouvernements...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h12

Les droits linguistiques des minorités sont interreliés

Maître Michael Bergman
Si le déclin de la langue anglaise dans le système juridique québécois ne peut pas être arrêté, le raisonnement pour un accès réel à...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h11

Honneur à deux juristes

Me Danielle Manton et le prof Denis Boivin.
C’est lors du gala de son 38e congrès annuel, le 24 juin à Ottawa, que l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) décernera...
En lire plus...

22 mai 2017 à 12h10

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur