Fausses nouvelles: la faute à votre cerveau

cerveau

Les fausses nouvelles ne constituent en rien un phénomène nouveau, selon Dominique Brossard, directrice du département de communication scientifique à l’Université du Wisconsin. «Ce qui a changé, c’est plutôt l’environnement médiatique dans lequel la science évolue», affirme-t-elle.

La chercheuse était invitée à intervenir ce weekend sur l’impact des fausses nouvelles et de celui des réseaux sociaux sur la communication scientifique lors du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences.

Bien des choses se cachent sous le terme «fausses nouvelles»: des inventions complètement farfelues au journalisme désespérément paresseux.

Tourner les coins ronds, lorsqu’il s’agit de traiter de nouvelles en science, s’avère aussi un phénomène fréquent et préoccupant, précise-t-elle. La chasse aux clics, qui permet au diffuseur d’engranger des revenus publicitaires, fait en sorte que les médias utilisent le meilleur appât à leur disposition: la tendance très naturelle de l’être humain à vouloir confirmer ses propres opinions.

Opinions

Invité à cette même conférence, Dan Kahan, professeur à l’École de droit de l’Université Yale, résume ainsi nos choix de lecture: on lit une nouvelle parce qu’on est, de manière inconsciente, en accord avec elle. Cela se manifeste de manière frappante quand les lignes de parti s’entrecroisent avec certains sujets d’actualité.

Quelle que soit leur allégeance politique, les Américains s’entendent sur des sujets comme la radiographie (rayons X), les lignes électriques à haute tension ou les nanotechnologies. La fracture éclate lorsqu’on les interroge sur les changements climatiques ou le contrôle des armes à feu, des sujets tellement polarisés qu’ils font désormais partie intégrante de l’identité du parti.

Or, rappelle le chercheur, émettre un avis contraire à celui de son groupe social a un coût énorme: l’exclusion pure et simple, y compris de celui de la famille et des amis. Transformer les faits pour qu’ils correspondent à nos opinions, en comparaison, n’a aucune conséquence à court terme.

Paresse intellectuelle

Les médias sociaux sont-ils la cause de tous ces maux ? Pas si vite, tempère Dominique Brossard: «Le problème réside dans le fonctionnement du cerveau, pas les médias sociaux.»

Nous sommes en effet des picoreurs d’informations. Nous aimons lire, apprendre, nous amuser, mais avec un minimum d’effort. Analyser, décrypter, vérifier? Cela demande bien trop d’énergie à notre cerveau. Dans toutes ses tâches, ce dernier a la fâcheuse tendance d’aller au plus facile. Et cela, que nous soyons lecteurs, journalistes… ou chercheurs.

Que faire, alors? Sensibiliser le public, oui. Dominique Brossard ne pense toutefois pas que les lecteurs s’adonneront à une vérification exhaustive des faits pour valider chaque article lu et partagé. Elle a également bien peu d’espoir en la vérification des faits proposée récemment par Facebook, en raison de la définition très floue des «fausses nouvelles». Elle se méfie d’ailleurs de ce terme, sujet à l’interprétation et à la division.

Polarisation

Pour elle comme pour Dan Kahan, il est essentiel d’éviter toute dichotomie: vraies et fausses nouvelles, grand public et scientifiques, eux et nous. Cela entraîne forcément une polarisation.

Or, il est très facile de polariser un sujet d’apparence anodin en profitant des lignes de fracture, rappelle Dan Kahan. Il suffit de l’associer à un autre sujet déjà polarisé. Dans une étude récente, il n’a pas été surpris de voir que les articles associant l’épidémie de Zika aux États-Unis à l’entrée d’immigrants ont trouvé une audience bien différente de ceux liant la nouvelle dispersion du virus aux changements climatiques.

+Récents

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32

Une supplémentaire à Toronto pour Louis-José Houde

Louis-José Houde (Photo: Yves Lefebvre)

Ayant déjà vendu tous les billets pour le spectacle de l’humoriste Louis-José Houde le jeudi 4 mai, Francophonie en Fête ajoute une supplémentaire le vendredi 5 mai, toujours au théâtre Randolph (736 Bathurst au sud de Bloor). Les billets sont en vente en ligne. C’est la première fois que Francophonie en Fête, qui organise plusieurs concerts et d’autres activités pendant […]


21 mars 2017 à 0h30

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une […]


21 mars 2017 à 0h29

Les enjeux de l’évolution démographique pour la communauté franco-ontarienne

Mona Fortier (libérale) et Émilie Taman (néo-démocrate) sont candidates dans Ottawa-Vanier.

Affirmer que la circonscription d’Ottawa-Vanier est un bastion libéral n’a rien d’exagéré. Au fédéral, les libéraux sont les seuls à avoir détenu la circonscription depuis sa création en 1935. Au provincial, où elle existe depuis 1908, la circonscription a presque toujours été représentée par un député libéral, exception faite de quelques courtes périodes pendant lesquelles […]


21 mars 2017 à 0h28

Pour les immigrantes, l’émancipation passe par la littératie financière

Serge Paul, Dada Gasirabo, Fayza Abdallaoui et Mélanie Parent ont travaillé sur le projet de promotion de littératie financière.

Le revenu moyen des femmes est encore, au Canada, d’environ 30% inférieur à celui des hommes, même si, à travail égal, les femmes sont désormais payées autant que les hommes. Pour contribuer à effacer cette discrimination résiduelle ou systémique, l’association Oasis Centre des Femmes a lancé un projet de recherche sur la «littératie financière», en phase avec les pouvoirs publics […]


21 mars 2017 à 0h27
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur