Fausses nouvelles: la faute à votre cerveau

cerveau

28 février 2017 à 10h02

Les fausses nouvelles ne constituent en rien un phénomène nouveau, selon Dominique Brossard, directrice du département de communication scientifique à l’Université du Wisconsin. «Ce qui a changé, c’est plutôt l’environnement médiatique dans lequel la science évolue», affirme-t-elle.

La chercheuse était invitée à intervenir ce weekend sur l’impact des fausses nouvelles et de celui des réseaux sociaux sur la communication scientifique lors du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences.

Bien des choses se cachent sous le terme «fausses nouvelles»: des inventions complètement farfelues au journalisme désespérément paresseux.

Tourner les coins ronds, lorsqu’il s’agit de traiter de nouvelles en science, s’avère aussi un phénomène fréquent et préoccupant, précise-t-elle. La chasse aux clics, qui permet au diffuseur d’engranger des revenus publicitaires, fait en sorte que les médias utilisent le meilleur appât à leur disposition: la tendance très naturelle de l’être humain à vouloir confirmer ses propres opinions.

Opinions

Invité à cette même conférence, Dan Kahan, professeur à l’École de droit de l’Université Yale, résume ainsi nos choix de lecture: on lit une nouvelle parce qu’on est, de manière inconsciente, en accord avec elle. Cela se manifeste de manière frappante quand les lignes de parti s’entrecroisent avec certains sujets d’actualité.

Quelle que soit leur allégeance politique, les Américains s’entendent sur des sujets comme la radiographie (rayons X), les lignes électriques à haute tension ou les nanotechnologies. La fracture éclate lorsqu’on les interroge sur les changements climatiques ou le contrôle des armes à feu, des sujets tellement polarisés qu’ils font désormais partie intégrante de l’identité du parti.

Or, rappelle le chercheur, émettre un avis contraire à celui de son groupe social a un coût énorme: l’exclusion pure et simple, y compris de celui de la famille et des amis. Transformer les faits pour qu’ils correspondent à nos opinions, en comparaison, n’a aucune conséquence à court terme.

Paresse intellectuelle

Les médias sociaux sont-ils la cause de tous ces maux ? Pas si vite, tempère Dominique Brossard: «Le problème réside dans le fonctionnement du cerveau, pas les médias sociaux.»

Nous sommes en effet des picoreurs d’informations. Nous aimons lire, apprendre, nous amuser, mais avec un minimum d’effort. Analyser, décrypter, vérifier? Cela demande bien trop d’énergie à notre cerveau. Dans toutes ses tâches, ce dernier a la fâcheuse tendance d’aller au plus facile. Et cela, que nous soyons lecteurs, journalistes… ou chercheurs.

Que faire, alors? Sensibiliser le public, oui. Dominique Brossard ne pense toutefois pas que les lecteurs s’adonneront à une vérification exhaustive des faits pour valider chaque article lu et partagé. Elle a également bien peu d’espoir en la vérification des faits proposée récemment par Facebook, en raison de la définition très floue des «fausses nouvelles». Elle se méfie d’ailleurs de ce terme, sujet à l’interprétation et à la division.

Polarisation

Pour elle comme pour Dan Kahan, il est essentiel d’éviter toute dichotomie: vraies et fausses nouvelles, grand public et scientifiques, eux et nous. Cela entraîne forcément une polarisation.

Or, il est très facile de polariser un sujet d’apparence anodin en profitant des lignes de fracture, rappelle Dan Kahan. Il suffit de l’associer à un autre sujet déjà polarisé. Dans une étude récente, il n’a pas été surpris de voir que les articles associant l’épidémie de Zika aux États-Unis à l’entrée d’immigrants ont trouvé une audience bien différente de ceux liant la nouvelle dispersion du virus aux changements climatiques.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur