Fausses nouvelles: la faute à votre cerveau

cerveau

28 février 2017 à 10h02

Les fausses nouvelles ne constituent en rien un phénomène nouveau, selon Dominique Brossard, directrice du département de communication scientifique à l’Université du Wisconsin. «Ce qui a changé, c’est plutôt l’environnement médiatique dans lequel la science évolue», affirme-t-elle.

La chercheuse était invitée à intervenir ce weekend sur l’impact des fausses nouvelles et de celui des réseaux sociaux sur la communication scientifique lors du congrès de l’Association américaine pour l’avancement des sciences.

Bien des choses se cachent sous le terme «fausses nouvelles»: des inventions complètement farfelues au journalisme désespérément paresseux.

Tourner les coins ronds, lorsqu’il s’agit de traiter de nouvelles en science, s’avère aussi un phénomène fréquent et préoccupant, précise-t-elle. La chasse aux clics, qui permet au diffuseur d’engranger des revenus publicitaires, fait en sorte que les médias utilisent le meilleur appât à leur disposition: la tendance très naturelle de l’être humain à vouloir confirmer ses propres opinions.

Opinions

Invité à cette même conférence, Dan Kahan, professeur à l’École de droit de l’Université Yale, résume ainsi nos choix de lecture: on lit une nouvelle parce qu’on est, de manière inconsciente, en accord avec elle. Cela se manifeste de manière frappante quand les lignes de parti s’entrecroisent avec certains sujets d’actualité.

Quelle que soit leur allégeance politique, les Américains s’entendent sur des sujets comme la radiographie (rayons X), les lignes électriques à haute tension ou les nanotechnologies. La fracture éclate lorsqu’on les interroge sur les changements climatiques ou le contrôle des armes à feu, des sujets tellement polarisés qu’ils font désormais partie intégrante de l’identité du parti.

Or, rappelle le chercheur, émettre un avis contraire à celui de son groupe social a un coût énorme: l’exclusion pure et simple, y compris de celui de la famille et des amis. Transformer les faits pour qu’ils correspondent à nos opinions, en comparaison, n’a aucune conséquence à court terme.

Paresse intellectuelle

Les médias sociaux sont-ils la cause de tous ces maux ? Pas si vite, tempère Dominique Brossard: «Le problème réside dans le fonctionnement du cerveau, pas les médias sociaux.»

Nous sommes en effet des picoreurs d’informations. Nous aimons lire, apprendre, nous amuser, mais avec un minimum d’effort. Analyser, décrypter, vérifier? Cela demande bien trop d’énergie à notre cerveau. Dans toutes ses tâches, ce dernier a la fâcheuse tendance d’aller au plus facile. Et cela, que nous soyons lecteurs, journalistes… ou chercheurs.

Que faire, alors? Sensibiliser le public, oui. Dominique Brossard ne pense toutefois pas que les lecteurs s’adonneront à une vérification exhaustive des faits pour valider chaque article lu et partagé. Elle a également bien peu d’espoir en la vérification des faits proposée récemment par Facebook, en raison de la définition très floue des «fausses nouvelles». Elle se méfie d’ailleurs de ce terme, sujet à l’interprétation et à la division.

Polarisation

Pour elle comme pour Dan Kahan, il est essentiel d’éviter toute dichotomie: vraies et fausses nouvelles, grand public et scientifiques, eux et nous. Cela entraîne forcément une polarisation.

Or, il est très facile de polariser un sujet d’apparence anodin en profitant des lignes de fracture, rappelle Dan Kahan. Il suffit de l’associer à un autre sujet déjà polarisé. Dans une étude récente, il n’a pas été surpris de voir que les articles associant l’épidémie de Zika aux États-Unis à l’entrée d’immigrants ont trouvé une audience bien différente de ceux liant la nouvelle dispersion du virus aux changements climatiques.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

L’homme derrière Snopes: bientôt 25 ans de vérification des faits

Légendes urbaines, secrets, canulars, mensonges ou vérité vraie? (Illustration: Aeaechan | Dreamstime.com)
Snopes, l’ancêtre de tous les sites de vérification des faits, n'imaginait pas que ça pouvait devenir payant.
En lire plus...

Trois siècles de naufrages dans le lac Champlain

Le cannonier USS Spitfire a coulé dans le lac Champlain en 1776 après seulement deux mois de service contre les Britanniques. (Photo: Youtube - http://bit.ly/2rvxvvK)
On compte plus de 300 épaves au fond du lac Champlain, à cheval entre le Québec et les États de New York et du...
En lire plus...

22 juin 2017 à 14h36

La nouvelle école secondaire catholique de Scarborough: Père-Philippe-Lamarche

Le chantier de l'école secondaire catholique Père-Philippe-Lamarche à Scarborough, il y a quelques semaines.
Le père Philippe Lamarche est arrivé à Toronto il y a 130 ans, le 24 juin 1887.
En lire plus...

22 juin 2017 à 11h46

Mandat prolongé pour la commissaire aux langues officielles

Ghislaine Saikaley
Le mandat de Ghislaine Saikaley a été reconduit pour un nouvel intérim jusqu’au 17 octobre prochain ou jusqu’à ce qu’un nouveau commissaire soit nommé.
En lire plus...

21 juin 2017 à 15h37

Interpréter les rêves reste hasardeux

Les rêves fascinent les gens depuis longtemps. (Photo: AndrewCater – Flickr – CC)
Beaucoup de gens croient qu’il est possible de voir l’avenir dans nos rêves.
En lire plus...

Hymne national: des sénateurs veulent bloquer la modification des paroles pour le 150e

Le député Mauril Bélanger l'an dernier.
Les amendements en provenance des banquettes conservatrices s'accumulent au Sénat dans le débat sur le projet de loi de feu Mauril Bélanger.
En lire plus...

Token French à Queen’s Park

150-stories-recits
Seulement deux courts récits franco-ontariens dans le livre du 150e de la lieutenante-gouverneure... et pas un mot sur nos 400 ans.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h17

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger décrochent le Prix Trillium

Jean Boisjoli et Pierre-Luc Bélanger.
Le romancier Jean Boisjoli et l’auteur jeunesse Pierre-Luc Bélanger ont remporté le Prix littéraire Trillium de l’Ontario 2017.
En lire plus...

21 juin 2017 à 13h04

La mère qui exige un médecin blanc: pas un cas isolé

medecin blanc
Le cas d’une mère qui insiste pour que son fils soit vu par un médecin blanc, dans une clinique de Mississauga, serait loin d’être...
En lire plus...

21 juin 2017 à 12h27

Cuisson au barbecue et cancer: évitez de carboniser

Il faut surtout éviter de carboniser la viande. (Photo: Max Pixel)
La cuisson des viandes longtemps à très haute température est associée à l’augmentation de certains cancers.
En lire plus...

21 juin 2017 à 10h16

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur