Étienne Brûlé: Huron blanc devenu héros franco-ontarien


21 février 2012 à 9h53

Après Étienne Brûlé, le fils de Champlain et Étienne Brûlé, le fils des Hurons, les romanciers Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé concluent leur récit mouvementé de la vie du premier héros franco-ontarien en publiant Étienne Brûlé, le fils sacrifié. Le titre du dernier tome de cette trilogie annonce déjà une fin tragique.

Après s’être établi au pays des Hurons, dans la tribu de l’Ours, et après avoir préparé avec eux l’expédition de Champlain contre les Iroquois, Étienne Brûlé poursuit son aventure en faisant de nouvelles explorations. La présence des missionnaires auprès des Hurons vient cependant brouiller les cartes.

Au début de ce troisième tome, les auteurs clament haut et fort que, «aux yeux des membres de la tribu de l’Ours, Étienne était un homme bon et généreux, un chasseur et un guerrier extraordinaire, une légende vivante.»

Ce dernier volet d’une remarquable trilogie confirme qu’Étienne Brûlé n’a jamais accepté que les commandants et les missionnaires français veuillent changer la culture et les croyances des Amérindiens.

Il aimait bien ces peuples et «ne voyait pas en quoi ils étaient plus sauvages ou barbares que les Français».

Ayant appris la langue huronne, Brûlé sert souvent de truchement ou d’interprète.

D’intéressants passages nous le montrent en train de donner un coup de main au récollet Gabriel Sagard pour la rédaction d’un dictionnaire de la langue huronne. Cela n’empêchera pas le récollet et le truchement de croiser le fer sur la question des mœurs et de la religion.

«Le premier voulait convertir tous les Hurons, le second voyait «se pointer la rigueur des enseignements de la morale catholique et apparaître les guerres de religions de la mère patrie dans son monde de liberté».

C’est Gabriel Sagard, apprend-on au milieu du roman, qui informera Champlain que Brûlé constitue une entrave à l’évangélisation de «ce peuple païen». Du coup, le missionnaire brise à jamais le lien privilégié entre Champlain et son fils adoptif de la Nouvelle-France.

Ce troisième tome nous entraîne à travers les conflits que le jeune aventurier français connaîtra non seulement avec les autorités de la Nouvelle-France et les Anglais, mais également avec ses meilleurs amis, les Hurons.

Pendant vingt ans, soit de 1612 à 1632, Étienne Brûlé a mangé avec les Hurons, a chassé avec eux, a habité avec eux, a épousé l’une des leurs et a partagé tout avec eux.

Du jour au lendemain, les confrontations anglo-françaises l’ont mis en mauvaise posture et ont fait de lui un traître torturé par ses amis de longue date. Mais jusqu’à sa dernière heure, Brûlé prouve qu’il demeure un Huron blanc capable d’endurer les pires supplices.

Jean-Claude Larocque et Denis Sauvé, Étienne Brûlé. Le fils sacrifié, tome 3, Ottawa, Éditions David, coll. 14/18, 184 pages, 14,95 $.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un autre prix pour Aurélie Resch

Aurélie Resch à l'île de Pâques.
Notre chroniqueuse de voyages Aurélie Resch a remporté en fin de semaine dernière le prix de la Travel Media Association of Canada pour le...
En lire plus...

29 mai 2017 à 15h13

Deux «fliptubeurs» d’une école de Vancouver s’imposent au concours de TFO

Les animateurs de Flip, Alex Normand, Marie-Josée Lalande, Louis-Philippe Gallant-Caron et Francesca Merentié Cinéas, avec les jeunes gagnants Simon et Sébastien.
Simon et Sébastien, deux étudiants à l’école secondaire Jules-Verne, à Vancouver, sont les grands gagnants de la tournée Fliptubeur organisée par le Groupe Média...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h20

Un road-trip de l’Argentine à l’Alaska

Nico et Lola arrivés en Alaska.  (Photo: page Facebook Kombipa’l Norte)
On a tous en nous des rêves, certains plus réalistes que d’autres. Mais même les plus fous d’entre eux ont la capacité d’être menés...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h19

Wanna Cry? Sèche tes pleurs…

wanna cry
Suite à l’attaque informatique du vendredi 12 mai par un virus baptisé Wanna Cry, je pensais qu’une petite mise à jour des termes français...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h19

Propos machiavéliques de fonctionnaires anglo-suprémacistes

cour-induite-en-erreur
Parmi la haute direction du ministère de la Justice de l’Alberta, il y a toujours eu un groupe influent de hauts fonctionnaires pour qui...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h18

Le mouvement «queer» revendique la normalité

Feeling Queer
C’est un paradoxe moderne: le mouvement queer, par définition hors-norme et contestataire de l’ordre sexuel établi, revendique aujourd’hui la «normalité» ou l’«homonormativité». C’est ce qu’on a...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h18

OGM: seulement 3% du panier d’épicerie

fruits epicerie ogm
Où sont les OGM dans notre assiette? Les gènes modifiés se cachent-ils dans le tofu, les fraises géantes, les tomates? En l’absence d’étiquetage, un...
En lire plus...

L’île aux 38 millions de morceaux de plastique

L'Île Henderson fait partie du Patrimoine mondial de l’Humanité. (Photo: The Atlantic - Jennifer Lavers - http://theatln.tc/2r0BWmv)
C’est une des îles les plus isolées du Pacifique, et elle n’est pas habitée par un seul humain. Les touristes ne s’y arrêtent pratiquement...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h16

«Venise qui mire son front dans les eaux…»

Le Grand Canal.
Il avait bien raison, le parolier Étienne Bardou (18??-1938), de qualifier ainsi Venise dans la chanson Venise et la Bretagne, que le célèbre interprète...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h15

Lecture de textes canadiens au Festival des francophonies en Limousin

Mishka Lavigne, Matthieu Girard, Gilles Poulin-Denis.
Le directeur artistique du Théâtre français de Toronto, Joël Beddows, fera partie d’une délégation canadienne au Festival des francophonies en Limousin du 23 au...
En lire plus...

29 mai 2017 à 12h15

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur