Deux pays, deux continents, deux familles

Saroo Brierley, Lion, roman traduit de l’anglais par Christophe Cuq, Paris City Éditions, 2016, 256 pages, 29,95 $.

Saroo Brierley, Lion, roman traduit de l’anglais par Christophe Cuq, Paris City Éditions, 2016, 256 pages, 29,95 $.


6 mars 2017 à 22h02

Un enfant de 5 ans aboutit à Calcutta en 1987. Il ne connaît pas son nom de famille ni celui de sa ville natale située à des milliers de kilomètres. Il lui faudra 25 ans pour retrouver sa famille indienne. Saroo Brierley raconte son long et fascinant cheminement dans Lion, récit qui a inspiré le film du même nom (Saroo signifie «lion» en hindi).

Né en 1981 à Khandwa, dans le quartier de Ganesh Talai – des lieux qu’il ne sait ni prononcer ni écrire –, Saroo se souvient avoir grandi dans une famille où «nous n’avions rien à manger; en revanche, nous ne manquions pas de liberté et nous aimions ça».

Un jour, Saroo accompagne son grand frère dans une gare, se perd, saute dans un train qui soudainement file à toute allure. Les portes sont barrées et l’enfant de 5 ans finit par passer plus de 24 heures dans un wagon. Quand il peut finalement descendre, on lui dit qu’il est à Calcutta où «chaque jour est une question de vie ou de mort».

Doté d’un puissant instinct de survie et extrêmement débrouillard, Saroo évite les bandes de rues et la prison. Il a la chance d’être placé dans un orphelinat où une dame reconnaît son potentiel. John et Sue Brierley ne tardent pas à adopter le garçon, qui arrive en Australie le 25 septembre 1987.

Aimé, choyé et bien éduqué, Saroo s’intègre à 100% dans sa famille australienne et devient un adulte aussi charmant que responsable. Le destin lui a offert «une existence confortable et privilégiée», mais pas question de tourner la page et d’oublier ses racines indiennes. Pour se comprendre lui-même, il doit comprendre son passé, revoir les lieux qui hantent ses rêves.

À 30 ans, après d’innombrables recherches en ligne grâce à Google Earth et Facebook, Saroo repère enfin sa ville natale, son quartier d’enfance et… sa mère Kamba. Puisqu’elle croyait son enfant mort, Kamba est surprise «comme par le tonnerre» et la joie dans son cœur est «aussi profonde que l’océan» indien.

Les retrouvailles sont évidemment émouvantes; les échanges doivent se faire à l’aide d’une interprète, car Saroo ne parle plus hindi. Il retrouve aussi un frère, sa sœur, des neveux et une nièce. C’est la fête pendant un mois.

Le livre explique fort bien comment un homme doit apprendre à vivre dans deux familles avec chacune leurs liens affectifs, dans deux pays/continents avec chacun leur culture. On voit clairement que les racines déterminent la taille d’un arbre ou que les réminiscences de l’enfance constituent les pierres angulaires de son identité.

L’expérience vécue par Saroo Brierley lui a donné «une foi inébranlable en l’importance de la famille, quelle que soit sa forme ou sa nature, ainsi qu’une confiance en la bonté humaine et en l’importance de saisir les chances quand elles se présentent».

De petit garçon perdu sans famille à adulte vivant dans deux familles, Brierley découvre que «rien de ce qui s’est passé n’est le fruit du hasard». Comme le précise un dicton indien, «tout est écrit».

Parlant d’écriture, l’auteur a eu l’appui de Larry Buttrose pour écrire Lion. Le film était en nomination dans plusieurs catégories, dont celle du meilleur film, au récent gala des Oscars.

L'auteur Saroo Brierley et sa mère naturelle.
L’auteur Saroo Brierley et sa mère naturelle.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Équilibre budgétaire: le gouvernement trop optimiste?

budget-projections
La plupart des prévisionnistes économiques sont plus prudents que le gouvernement libéral.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h13

Maître Nadia Effendi

Maître Nadia Effendi
Originaire d’Edmundston (N-B), Me Effendi est associée au sein du cabinet Borden Ladner Gervais («BLG»).
En lire plus...

21 août 2017 à 14h12

Guerre nucléaire: le risque de ne pas avoir assez peur

Montage sur coucher de soleil  (par Gaspard / Flickr / Creative Commons)
Une guerre avec la Corée du Nord aurait un coût beaucoup plus élevé que la plupart des gens l’imaginent.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h11

Des volcans sous les glaces de l’Antarctique

Fissure dans la banquise de Larsen contre la péninsule ouest de l'Antarctique (Photo: NASA)
Ces dernières années, l'Antarctique a enregistré des records d'accumulation de glaces.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h10

Le Norwegian Jade fait peau neuve

Une croisière plus appropriée pour les amateurs de luxe que pour les familles avec de jeunes enfants.
Le navire quittera l'Europe cet hiver pour des croisières au départ de New York et de l’Est canadien.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

L’Éthiopie, un pays à découvrir

Dossier d'archéologie, Janvier/Février 2017, Éditions Faton, 80 p. Église de Lalibela creusée dans le roc.
Presque 100 millions d'habitants.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h07

Quand vivre est pire que mourir

Natasha Preston, La Cave, roman traduit de l’anglais par Axelle Demoulin et Nicolas Ancion, Paris, Éditions Hachette, 2017, 400 pages, 29, 95 $.
Un psychopathe qui kidnappe quatre filles pour se créer «une famille idéale».
En lire plus...

21 août 2017 à 14h06

Quiz : Les miracles de Jésus

miracles-de-jesus
On attribue à Jésus plusieurs miracles qui sont racontés dans les Évangiles.
En lire plus...

21 août 2017 à 14h05

large tapis iranien

tapis iranien 13×9 pied rouge
En lire plus...

Éclipse solaire totale à travers les États-Unis cet après-midi

eclipse
Certains animaux sont perturbés par une éclipse solaire
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur