Des recherches sur le vieillissement… par des aînées

Les aînés connaissent mieux que quiconque  les changements sociaux qui les affectent. (Photo: Quentin.HLB — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2s1S3NM)

Les aînés connaissent mieux que quiconque les changements sociaux qui les affectent. (Photo: Quentin.HLB — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2s1S3NM)


4 juillet 2017 à 12h33

Une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke a récemment fait appel à sept aînées pour un projet unique de recherche collaborative. Agissant non pas à titre de participantes, mais de chercheuses, elles constituent sans nul doute, avec leurs quelques rides et cheveux gris, les plus grandes expertes de cette étude sur le vieillissement.

Inspiré par la vidéo de Beau Lotto, un chercheur en neuroscience et fondateur du Lottolab, dans laquelle il expliquait son projet en science participative avec des enfants, Martin Brochu, du Centre de recherche sur le vieillissement de l’Estrie-CHUS, fait valoir que les aînés subissent les changements sociaux et démographiques, ils sont les prochains utilisateurs des services de soin de santé ou ils souhaitent s’y engager activement.

C’est d’ailleurs là l’une des principales motivations de l’une des chercheuses aînées recrutées, Claude Desjardins: «Je me suis toujours considérée comme chercheuse, une personne qui se pose des questions. C’est surtout le processus qui m’intéresse: être là, prendre conscience et mettre des mots sur ce que l’on fait.»

Valorisation des aînés

Le Groupe de Recherche Intergénérationnelle sur le Vieillissement de l’Estrie (GRIVE) a entamé son travail au début de l’année 2017. Les premières rencontres ont permis de dresser un portrait des besoins et des préoccupations de leurs pairs.

«Les aînés gagnent à être reconnus comme une classe qui a apporté beaucoup. Nous ne sommes pas un poids. Nous avons contribué à la société, ce qui est souvent oublié, et nous pouvons encore beaucoup apporter», souligne Ginette King, une autre des chercheuses aînées.

Deuil et spiritualité, santé physique, démystification des aînés auprès de la population générale: ces thématiques abordées lors des rencontres du groupe de travail ont donné lieu à un projet-pilote sur la capacité d’agir et la valorisation des aînés dans la société actuelle.

Gagnant-gagnant

Suzanne Garon, sociologue spécialisée en vieillissement, s’est aussi jointe au groupe. Avec ses recherches sur le développement des communautés, dont celle de la «Villes Amies des aînés» rassemblant près de 800 municipalités à travers le monde, la chercheuse s’intéresse beaucoup à ce type de recherche participative. «Il s’agit d’une forme de populisme où nous sommes gagnant-gagnant. Comme chercheur, on apprend à mieux définir notre recherche et il y a ainsi un meilleur transfert des connaissances», précise-t-elle.

L’automne prochain, l’équipe commence le recrutement des participants, jeunes et plus âgés, avec des visites dans les résidences pour aînés. Le défi sera de leur demander de concevoir une activité sociale conjointe. «Les jeunes et les aînés devront échanger pour trouver des idées d’activités qui conviennent à tous. Ils devront ainsi passer outre leurs préjugés et prendre la mesure des capacités fonctionnelles et cognitives des plus âgés», soutient M. Brochu.

Cette recherche-action vise la co-construction des savoirs entre chercheurs aguerris et chercheuses aînées, un objectif déjà atteint, s’il faut en croire Mme King: «La recherche scientifique m’expose à de nouvelles connaissances. Je me pose parfois des questions sur les termes utilisés et les objectifs de la recherche, mais j’apprends sur le tas. C’est un grand défi. J’apprends de nouvelles choses et je me sens utile. Je reprends ainsi du pouvoir sur ma vie.»

Préjugés

Cette étude cible aussi l’identification des préjugés qui subsistent auprès des plus jeunes, qu’ils soient chercheurs ou pas.

«Il faut enlever les murs liés à l’âge. Même les aînés eux-mêmes pensent parfois qu’ils ne sont pas importants. Les chercheurs sont parfois ébahis de nous voir si investies dans le projet, mais nous avons beaucoup à partager sur cette étape de vie», précise Mme Desjardins.

Inspirée par son engagement dans ce projet, elle prévoit d’ailleurs retourner à l’université cet automne afin d’entamer une maîtrise en psychologie.

En plus de procéder au recrutement des participants, les chercheuses aînées devront analyser les résultats et rédiger ensuite des publications scientifiques. Un long travail qui ne semble pas les décourager, note M. Brochu. «Ce que j’entends souvent de la part des aînées, c’est que c’est une longue démarche. Cela prend du temps, mais le résultat colle à leur réalité et nos échanges sont très instructifs. J’apprends moi-même plein de choses.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

À la défense du «Right fiers!» des Jeux de Moncton-Dieppe

La musique était l'une des 13 disciplines culturelles, sportives et de leadership des JeuxFC 2017 pour les 13 à 18 ans à Moncton-Dieppe.
«Nos jeunes ont joué et échangé en français... Leur français.»
En lire plus...

20 juillet 2017 à 16h38

Colis haineux à la mosquée de Québec: «répugnant»

Philippe Couillard et Kathleen Wynne à la réunion d'Edmonton cette semaine.
La tuerie de janvier avait été précédée de gestes semblables.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 13h22

Le fameux missile de la Corée du Nord: pas encore «nucléaire»?

bombe
Le dernier engin testé serait en mesure de toucher l'Alaska, l'Australie, l'Inde ou la Russie.
En lire plus...

19 juillet 2017 à 12h26

Rencontres francos sur Bell Fibe TV

Mylène Thériault dans Rencontres.
La série met à l’honneur la diversité de la culture francophone à Toronto.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h08

Il y a traductions et traductions

traduction
Dès que la phrase est plus métaphorique, les choses se compliquent.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h05

Brampton l’été: à découvrir

Le Wet’N’Wild Toronto a rouvert ses portes en juin avec de nouveaux jeux d’eau pour petits et grands. (Photos: Sandra Dorélas)
La 4e plus grande ville de l’Ontario!
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h04

Aylmer: l’Outaouais aux tendances historiques

Le fameux hôtel British sur la patrimoniale rue Principale du Vieux-Aylmer. (Photo: Maude Poulin)
On entend rarement parler d'Aylmer. C’est pourtant le secteur le plus beau et le plus historique de Gatineau.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h03

Planification des ressources: le logiciel qui pense à tout

erp
Sept raisons d’adopter un ERP pour votre organisation.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h02

Bonnes notes pour les robots à l’école

Nao le robot (Photo: Johannes Wienke — Flickr — Creative Commons — http://bit.ly/2sS9ZtF)
Les élèves ont pris plaisir à faire chanter et danser un petit robot.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h01

Calder, forgeron d’art

CALDER, forgeron de géantes libellules, Gallimard/Musée Soulages, 2017, relié, 28x22 cm, 125 illustrations, 208 p.
À l’honneur au musée de Pierre Soulages près de Toulouse.
En lire plus...

17 juillet 2017 à 14h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur