Clémence est comme nous

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Les fans de Clémence DesRochers se souviennent tous d’Odette et Valentine, toujours au téléphone, de Je vis ma ménopause et des Deux vieilles, pour ne nommer que quelques succès de Notre Clémence, titre d’une biographie que signe Hélène Pedneault avec la collaboration de Danielle Bombardier.

«Clémence, depuis cinquante ans, fait rire, émeut, dépeint, esquisse ses semblables, grossissant les traits, comme dans ses dessins d’enfant, pour chercher du sens. Et tous, mais surtout toutes, se reconnaissent.»

Clémence DesRochers est née le 23 novembre 1933 à Sherbrooke, ville de factries. C’est d’abord là qu’elle observe les gens ordinaires, les femmes effacées, les exploitées. Ce ne sont pas, à vrai dire, des sujets à chansons, mais Clémence compose La vie d’factrie pour dénoncer la condition lamentable des ouvrières dans les usines de coton.

«À coup sûr, il y a une filiation entre Clémence et le Fridolin de Gratien Gélinas […]; l’un et l’autre ont créé des personnages qui disaient des choses énormes sous le couvert de la naïveté la plus totale.» Clémence y ajoute une touche plus poétique qui agit comme baume ou un réconfort.

Formée pour devenir institutrice, Clémence n’enseignera que pendant un peu plus d’un an. Elle étudiera ensuite au Conservatoire d’art dramatique, mais ne complètera pas sa formation. Il n’y a pas de métier taillé à sa mesure. Qu’à cela ne tienne, elle en invente un qui lui permet de n’être rien d’autre qu’elle-même. «Elle n’a jamais eu à suivre la mode, puisqu’elle la précédait, elle la créait.»

Le spectacle est une chose grave pour Clémence, «pas une chose gratuite que tu fais par-dessus la jambe». Tout en cherchant à faire rire, elle a constamment abordé des sujets riches, de nature à toucher le plus de monde possible. «Je n’ai jamais fait la cute. L’écriture, c’est plus difficile que ça, et faire rire l’est encore plus.»

Les gens parlent d’Yvon Deschamps ou de Claude Léveillée, mais ils se réfèrent à Clémence tout court. Elle n’est pas le genre d’artiste qui développe de grandes théories existentialistes, plutôt l’effet miroir: «Je suis une fille qui ressemble à ben du monde, et ben du monde me ressemble. Je raconte en riant des choses tragiques, les gens se disent “elle est comme moi”.»

Le journaliste Louis-Marie Lapointe a écrit que «l’évangile selon Clémence est simple: les grands malheurs, comme les grands bonheurs, sont quotidiens avant tout, avant d’être politiques, métaphysiques ou cosmiques».

Clémence a toujours parlé ouvertement de l’alcoolisme de son père, a monologué sur sa ménopause, n’a jamais caché son âge, ni ses amours au féminin. Louise Collette est son agent et sa conjointe depuis quarante ans. Avec la chanson Deux vieilles, elle a «voulu chanter l’aspect amoureux et beau de la vie de deux femmes. C’est coast to coast que les gens vont connaître mon orientation sexuelle.»

On doit à Clémence DesRochers plus de quinze disques. Elle a aussi publié presque tous ses monologues et chansons, nombre de poèmes, mais également une pièce de théâtre et des nouvelles. Et on l’a vue évoluer dans des téléséries ou téléthéâtres tels que Les deux valses d’André Laurendeau, La famille Plouffe de Roger Lemelin, La côte de sable de Marcel Dubé, Le pain du jour de Réginald Boisvert et Hyménée de Gogol.

Parmi les artistes qui ont créé ou interprété des chansons de Clémence, il importe de mentionner Claude Léveillée, Pauline Julien, Louise Forestier, Renée Claude, Fabienne Thibeault et Dan Bigras.

Notre Clémence a d’abord paru en 1989. Cette nouvelle édition a été entièrement revue et mise à jour; elle s’appuie sur des extraits d’articles, d’entrevues et de lettres écrites en l’honneur d’une artiste de grande envergure. L’ouvrage est truffé de témoignages fort émouvants, notamment de Marcel Dubé, Jacques Normand, Michel Tremblay, Yvon Deschamps et Louise Latraverse.

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Trudeau s’excuse d’avoir répondu en anglais à une question en français

Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a exprimé ses regrets pour avoir répondu en anglais à une question posée en français lors d’une assemblée publique à Peterborough en janvier. L’affaire avait connu un retentissement national quand, une semaine plus tard, il avait répondu en français à une question posée en anglais par une participante au même […]


24 février 2017 à 15h17

Prêts, pas prêts, ouvrons nos frontières!

immigrants-immigration-refugies

Nous sommes un pays «ouvert sur le monde», clament nos dirigeants. Oui, on le sait! On détient une longue tradition en matière d’aide humanitaire. Des milliers de gens à travers la planète vivent dans un climat de terreur et de pauvreté, et nous voulons les accueillir sur la base de notre compassion légendaire. Mais qu’arrivera-t-il […]


24 février 2017 à 14h14

Une formation en offre active de soins de santé

Barb Willet, directrice générale de Nexus Santé, Andrea Bodkin, coordonnatrice de Réseau CS, Jocelyne Samson, enquêteuse principale au Commissariat aux services en français de l’Ontario, Isabelle Girard, directrice générale des CAH et présidente de Reflet Salvéo, Tharcisse Ntakibirora, coordonnateur des services en français du RLISS du Centre-Toronto, Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones, Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo, Marta Dolecki, enquêteuse au Commissariat aux services en français, Lise Béland, vice-présidente du Collège Boréal pour le Sud-Ouest, Christiane Fontaine, directrice générale du RIFSSSO, Maryse Francella, coordonnatrice du projet, Jean-François Rose, directeur au Collège Boréal, Constant Ouapo, agent de planification de Reflet Salvéo.

Des fournisseurs anglophones de service de santé pourront désormais suivre une formation au Collège Boréal, en anglais, leur montrant comment mieux servir leurs clients francophones. Cette initiative permettra de proposer à leurs patients francophones un suivi de soin de santé dans leur langue. C’est l’expérience – inédite en Ontario – qui a été lancée cette semaine au campus torontois […]


23 février 2017 à 13h31

TRAPPIST: des planètes habitables à 40 années-lumière de nous

Le soleil du système TRAPPIST vu d'une de ses planètes les plus proches: une scène imaginaire que la NASA veut confirmer au cours des prochaines années.

Sept planètes de la taille de notre Terre, dont trois pourraient posséder de l’eau liquide et être «habitables», tournant autour d’un soleil «nain», ont été découvertes dans la constellation du Verseau par la NASA, au moyen de son télescope spatial Spitzer. Ce système solaire, baptisé TRAPPIST (pour le Transiting Planets and Planetesimals Small Telescope, au […]


23 février 2017 à 13h03

Sociofinancement pour aider des jeunes Français à nous présenter leur spectacle sur Étienne Brûlé

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de collégiens français se préparent à venir présenter à Toronto, à la fin avril, leur création Sur les traces d’Étienne Brûlé, où le chant, la musique jazz et rock et la danse tiennent chacun leur part. La Société d’histoire de Toronto (SHT) a lancé une campagne de sociofinancement pour les aider à défrayer […]


21 février 2017 à 14h53

Deux (trois) motions contre l’islamophobie

La députés fédérale Iqra Khalid et la députée provinciale Nathalie Des Rosiers. Arrière-plan: une mosquée de la rue Danforth à Toronto.

Deux motions contre l’islamophobie – toutes deux déposées en décembre, mais actualisées par l’attentat meurtrier contre la mosquée de Québec le 29 janvier – font leur chemin, l’une à Ottawa, médiatisée et controversée pendant encore un bon moment, et l’autre à Toronto, qui passera comme une lettre à la poste cette semaine. Les élus libéraux […]


21 février 2017 à 14h52

Nos conseils scolaires catholiques vont échanger avec la Belgique

Ce 20 février à Spa en Belgique: assis, Étienne Michel, directeur général du SéGEC belge, et Johanne Lacombe, présidente du CECCE ontarien, avec Jean Magny, surintendant de l’éducation du CSDCCS, Lyse-Anne Papineau, directrice de l’éducation du CSCNO, Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE, et Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario et quatre maisons diocésaines de l’enseignement belges vont développer un ensemble d’activités éducatives où chacun sera appelé à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement ainsi que son matériel pédagogique. La convention a été signée lundi à Spa, en Belgique. «Nos […]


21 février 2017 à 14h50

Pourquoi aller à l’université si on ne sait pas ce qu’on veut faire dans la vie?

L’offre de programmes postsecondaires en français est très limitée dans le sud-ouest de l’Ontario, où le seul campus digne de ce nom est celui du Collège Glendon (bilingue) de l’Université York.

De nombreux étudiants de premier cycle universitaire – qui acceptent pourtant une lourde charge de travail et déboursent d’importants frais de scolarité – n’ont encore aucune idée de ce qu’ils veulent faire dans la vie, aucune carrière en vue. Certains étudiants arrivent avec une carrière précise à l’esprit, mais plusieurs ont peu d’idée de la carrière précise qu’ils […]


21 février 2017 à 9h52

Vivons-nous dans l’antichambre d’Orwell ?

Edward Snowden, qui vit en exil en Russie, participe à des conférences à distance.

Qu’il est simple de nous surveiller. Nous donnons nous-mêmes les clés en acceptant les multiples contrats, souvent sans les lire, pour accéder à l’univers de la vie mobile. Nous sommes entrés dans l’antichambre d’Orwell et de son célèbre 1984 – à moins que ce ne soit Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. «Le danger vient de la grande opacité […]


21 février 2017 à 9h52

En choeur pour la Messe québécoise dans les Beaches

La Toronto Beach Chorale en répétition.

Neuvième saison pour la Toronto Beach Chorale (TBC) qui se produira le 26 février à la Beach United Church sur l’avenue Wineva. Cette chorale communautaire mixte, d’une soixantaine de membres, est composée de passionnés de chant choral classique et souhaite, lors de l’événement de dimanche prochain, célébrer la fin de l’hiver. C’est aussi à l’occasion du 150e […]


21 février 2017 à 9h51
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur