Clémence est comme nous

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Les fans de Clémence DesRochers se souviennent tous d’Odette et Valentine, toujours au téléphone, de Je vis ma ménopause et des Deux vieilles, pour ne nommer que quelques succès de Notre Clémence, titre d’une biographie que signe Hélène Pedneault avec la collaboration de Danielle Bombardier.

«Clémence, depuis cinquante ans, fait rire, émeut, dépeint, esquisse ses semblables, grossissant les traits, comme dans ses dessins d’enfant, pour chercher du sens. Et tous, mais surtout toutes, se reconnaissent.»

Clémence DesRochers est née le 23 novembre 1933 à Sherbrooke, ville de factries. C’est d’abord là qu’elle observe les gens ordinaires, les femmes effacées, les exploitées. Ce ne sont pas, à vrai dire, des sujets à chansons, mais Clémence compose La vie d’factrie pour dénoncer la condition lamentable des ouvrières dans les usines de coton.

«À coup sûr, il y a une filiation entre Clémence et le Fridolin de Gratien Gélinas […]; l’un et l’autre ont créé des personnages qui disaient des choses énormes sous le couvert de la naïveté la plus totale.» Clémence y ajoute une touche plus poétique qui agit comme baume ou un réconfort.

Formée pour devenir institutrice, Clémence n’enseignera que pendant un peu plus d’un an. Elle étudiera ensuite au Conservatoire d’art dramatique, mais ne complètera pas sa formation. Il n’y a pas de métier taillé à sa mesure. Qu’à cela ne tienne, elle en invente un qui lui permet de n’être rien d’autre qu’elle-même. «Elle n’a jamais eu à suivre la mode, puisqu’elle la précédait, elle la créait.»

Le spectacle est une chose grave pour Clémence, «pas une chose gratuite que tu fais par-dessus la jambe». Tout en cherchant à faire rire, elle a constamment abordé des sujets riches, de nature à toucher le plus de monde possible. «Je n’ai jamais fait la cute. L’écriture, c’est plus difficile que ça, et faire rire l’est encore plus.»

Les gens parlent d’Yvon Deschamps ou de Claude Léveillée, mais ils se réfèrent à Clémence tout court. Elle n’est pas le genre d’artiste qui développe de grandes théories existentialistes, plutôt l’effet miroir: «Je suis une fille qui ressemble à ben du monde, et ben du monde me ressemble. Je raconte en riant des choses tragiques, les gens se disent “elle est comme moi”.»

Le journaliste Louis-Marie Lapointe a écrit que «l’évangile selon Clémence est simple: les grands malheurs, comme les grands bonheurs, sont quotidiens avant tout, avant d’être politiques, métaphysiques ou cosmiques».

Clémence a toujours parlé ouvertement de l’alcoolisme de son père, a monologué sur sa ménopause, n’a jamais caché son âge, ni ses amours au féminin. Louise Collette est son agent et sa conjointe depuis quarante ans. Avec la chanson Deux vieilles, elle a «voulu chanter l’aspect amoureux et beau de la vie de deux femmes. C’est coast to coast que les gens vont connaître mon orientation sexuelle.»

On doit à Clémence DesRochers plus de quinze disques. Elle a aussi publié presque tous ses monologues et chansons, nombre de poèmes, mais également une pièce de théâtre et des nouvelles. Et on l’a vue évoluer dans des téléséries ou téléthéâtres tels que Les deux valses d’André Laurendeau, La famille Plouffe de Roger Lemelin, La côte de sable de Marcel Dubé, Le pain du jour de Réginald Boisvert et Hyménée de Gogol.

Parmi les artistes qui ont créé ou interprété des chansons de Clémence, il importe de mentionner Claude Léveillée, Pauline Julien, Louise Forestier, Renée Claude, Fabienne Thibeault et Dan Bigras.

Notre Clémence a d’abord paru en 1989. Cette nouvelle édition a été entièrement revue et mise à jour; elle s’appuie sur des extraits d’articles, d’entrevues et de lettres écrites en l’honneur d’une artiste de grande envergure. L’ouvrage est truffé de témoignages fort émouvants, notamment de Marcel Dubé, Jacques Normand, Michel Tremblay, Yvon Deschamps et Louise Latraverse.

Hélène Pedneault avec la collaboration de Danièle Bombardier, Notre Clémence. D’amour et d’humour, biographie, Montréal, Éditions de l’homme, 2013, 416 pages, 29,95 $.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Débat Trump-Clinton non concluant

Donald Trump, Hillary Clinton.

On n’a pas eu à éponger de sang sur la scène de l’université Hofstra (New York) après le premier débat télévisé Trump-Clinton lundi soir, les deux candidats présidentiels américains paraissant retenir leurs coups. Hillary Clinton et Donald Trump ont esquivé relativement facilement les allusions/allégations/accusations les plus dangereuses et sont même restés plutôt polis l’un envers l’autre. […]


27 septembre 2016 à 2h11

Une première croisière «French Touch» réussie

Embarquement sur le Empress of Canada.

La croisière French Touch du jeudi 22 septembre a rassemblé une centaine de personnes sur le bateau à trois ponts Empress of Canada. Cette première activité de Clink Toronto, l’entreprise d’Adra Berezintsev, a permis à ces curieux de manger, danser, réseauter et découvrir des jeunes professionnels franco-torontois et leurs projets. «Je veux promouvoir des entreprises […]


26 septembre 2016 à 23h22

Stefie Shock commence avec Gainsbourg et finit avec… Stefie Shock

Stefie Shock et Fanny Bloom sur la scène du théâtre Randolph le 24 septembre. (Photo: André Pilon)

Le concert des 12 belles dans la peau de Stefie Shock, un hommage à Serge Gainsbourg et à ses amours, a charmé le public du festival Francophonie en fête au théâtre Randolph, samedi soir. Le musicien et chanteur québécois, accompagné des chanteuses Fanny Bloom, Gaëlle et (en remplacement de Pascale Bussière) Émilie, avec des musiciens […]


26 septembre 2016 à 23h21

Michel Rivard, maître de la scène et de la foule

Michel Rivard sur la scène du théâtre Randolph le 23 septembre. (Photo: Nathalie Prézeau)

C’est à la veille de son 65e anniversaire de naissance (!) que Michel Rivard, superbement accompagné de deux musiciens, est monté sur la scène du théâtre Randolph du festival Francophonie en fête vendredi soir. Ça ne rajeunissait personne dans la salle, bien qu’on pouvait être encouragé de constater que l’ex-Beau dommage affiche toujours une forme […]


26 septembre 2016 à 23h19

«Je vais amener mon accent franco-ontarien partout»

Céleste Lévis au théâtre Spadina de l'AFT pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Bianka Giuristante)

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Dans le cadre du festival Francophonie en fête de Toronto, la Franco-Ontarienne Céleste Lévis montait sur la scène du théâtre Spadina de l’Alliance française, jeudi soir. Accompagnée de son guitariste et d’un homme à tout faire, cette dernière proposait une soirée intime […]


26 septembre 2016 à 23h18

Michel Bénac: franco-unique!

Michel Bénac au 918 Bathurst pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Thomson Birara)

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Pourquoi y a-t-il si peu de Franco-Ontariens dans l’univers musical canadien? Selon Michel Bénac, chanteur du groupe Swing, c’est une question d’acceptation de soi et d’appui de la communauté. Le festival Francophonie en fête accueillait Michel Bénac, mercredi dernier, au 918 Bathurst, […]


26 septembre 2016 à 23h18

Une «loi Mauril Bélanger» pour une ville d’Ottawa bilingue?

Roland Madou

«Le gouvernement fédéral doit prendre les dispositions afin que notre capitale nationale soit bilingue avant les festivités de 2017.»  C’est l’exhortation que le mathématicien et actuaire à la retraite Roland Madou écrit dans un mémoire envoyé au gouvernement de Justin Trudeau le 17 septembre dernier. Et, compte tenu que ce bilinguisme était un des principaux […]


26 septembre 2016 à 23h16

Décès de Marcelle Goulet

Lise Goulet et sa mère Marcelle.

Marcelle Goulet, née Bérini, est décédée paisiblement dans son sommeil à l’Hôpital Mount Sinaï à Toronto le samedi 3 septembre 2016, à l’âge de 90 ans. Originaire de Timmins, elle était la sœur de l’artiste Clément Bérini et la mère de l’éducatrice Louise Goulet. Mme Goulet a été exposée à Toronto le 6 septembre, puis […]


26 septembre 2016 à 23h15

Haïti écolo-glamour

Gregory Kenol (à g.), guide écotouristique au Montcel en Haïti.

Les écotouristes se régaleront à l’auberge Le Montcel logée sur les hauteurs de Port-au-Prince près de Kenscoff, une commune reconnue pour sa prodigieuse production maraîchère. Bien que l’auberge soit à 14 km de la capitale, il faut compter deux heures de route escarpée en montagne pour s’y rendre. Dès l’arrivée on découvre un étonnant complexe […]


26 septembre 2016 à 23h15
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur