Un jeune en «exil» à Ottawa

Témoignage

Des vidéoblogues sur le site des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français. En haut à droite: Lucas Egan, qui a participé aux consultations d’Ottawa et de Toronto.

Ce qui suit est l’intervention de Lucas Egan, étudiant en première année à l’Université d’Ottawa, lors de la session à Ottawa des États généraux sur le postsecondaire en Ontario français le 30 novembre.

Le Rassemblement étudiant franco-ontarien (RÉFO) a organisé cet automne six consultations régionales, qui ont fait l’objet de vidéoblogues sur le site http://etatsgeneraux.ca

Un sommet est prévu au printemps prochain, devant permettre de développer un plan d’action pour améliorer l’offre de programmes postsecondaires en français en Ontario.

Déjà, cependant, les vidéoblogues permettent de dégager quelques tendances: on veut des institutions collégiales et universitaires gérées par et pour les Franco-Ontariens; on n’aime pas les cours par vidéoconférences, on préfère les vrais campus offrant un environnement francophone; le modèle de l’Université du Québec, avec ses campus régionaux, est évoqué.

Le témoignage de Lucas Egan:

Depuis trois mois, je vis hors ma région natale de cette province, car je ne peux y étudier dans la langue de mon choix.

Si vous ne l’avez pas constaté par mon accent ou mon manque d’habitude quant à toute cette neige, oui, viens du sud de l’Ontario. Mon parcours dans le système éducationnel francophone s’est malheureusement conclu le 28 juin 2013.

J’ai du faire un choix: l’exil ou l’assimilation.

Évidemment, si je suis ici, c’est que j’ai choisi de conserver ma culture, ma langue, et mon identité. Malheureusement, ce choix est coûteux, et je dépenserai plus de 5000$ cette année afin de garder mon appartenance à ma communauté.

Si ce n’était pas évident, je suis dans la minorité. La grande majorité de ma classe graduante ont choisi une de deux institutions à proximité – n’offrant ni un ni l’autre des programmes en français.

Si je suis ici, c’est que j’ai besoin de vous. J’ai besoin de vous non pas pour mon avenir, mais pour celui de ma petite sœur, celui de mes futurs enfants, un avenir dans lequel l’entièreté de leur éducation pourra se faire en français.

J’ai besoin de vous puisque, contrairement à ce qu’on vous dirait, nos campus universitaires ne sont pas équitablement bilingues. J’ai besoin de vous pour démontrer que l’Ontario français est bel et bien vivant et audacieux.

J’ai besoin de vous, tout simplement, parce que ce combat n’est pas le mien. Ce n’est pas celui du RÉFO, pas celui de la FESFO, ni de l’AFO. Ce combat est celui du peuple franco-ontarien dans son entièreté.

À maintes reprises dans son histoire, le peuple franco-ontarien s’est uni sous la banderole de l’éducation – la résistance au règlement 17, le combat pour les écoles secondaires, les manifestations pour les conseils scolaires, la lutte pour les collèges.

Cette revendication-ci est la conclusion d’un historique de combat – c’est un passage de notre histoire qui sera enseigné le 30 novembre 2030 dans un cours d’histoire canadienne dans l’université franco-ontarienne, une université nécessaire pour le peuple franco-ontarien, nécessaire pour le notre province, nécessaire pour nous tous.

Nous ne sommes pas des citoyens de deuxième classe. Nous ne sommes pas un peuple non-éduqué, nous ne sommes pas un peuple exilé, nous ne sommes pas un peuple perdu. Nous sommes un peuple de combat, un peuplé ancré dans l’histoire de cette province et de ce pays.

Je conclus avec une citation du député provincial Napoléon Champagne, le jour de la défaite du règlement 17, en 1927: «Ceci est notre pays; le français notre langue; nous allons y rester et aucun tyran ne pourra nous voler nos droits.»

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Serge Gainsbourg réincarné en Stefie Shock à Francophonie en fête

Stefie Shock

Jacques Charette a vu Stefie Shock chanter Serge Gainsbourg aux Francofolies de Montréal cet été, et il s’est tout de suite affairé à faire venir à Toronto ce spectacle, mettant également en vedette Fanny Bloom, Pascale Bussières et Gaële, à son festival Francophonie en fête en septembre. Toronto accueillera donc, le samedi 24 septembre au […]


30 août 2016 à 12h28

Dormir derrière les barreaux, ça vous dit ?

L’ancienne prison d’Ottawa: une cellule individuelle. (Photo: Janine Messadié)

Il existe de nombreuses prisons transformées en hôtels de luxes ou en auberge de jeunesse à travers le monde. De Boston à Istanbul, en passant par Helsinki, Amsterdam Londres ou Liepaja en Lettonie, ces centres d’hébergement insolites offerts à des prix abordables, font la joie des voyageurs et des vacanciers, mais attention… car plusieurs sont […]


30 août 2016 à 12h24

Frédéric Choinière tente de vivre 100% canadien

Frédéric Choinière dans son appartement torontois qu'il commence à équiper 100% canadien.

Pendant quatre saisons, le journaliste Frédéric Choinière, basé à Toronto, veut se nourrir, se vêtir, se loger, se divertir et se déplacer avec des produits et services exclusivement canadiens. C’est le défi qu’il s’est donné et que documentera pour Unis TV la maison de production Machine Gum du réalisateur Philippe Burnet. Il en résultera une […]


30 août 2016 à 12h22

Les jeunes devront protéger le Canada des guerres culturelles

John Ralston Saul devant les jeunes ambassadeurs du Français pour l'avenir (avec la directrice générale Pier-Nadeige Jutras) le 24 août à UofT.

«Le Canada a été construit par les Autochtones, les Français, les Anglais et par… les erreurs des gouvernements étrangers.» En effet, ces «erreurs» (guerres, dictatures, famines) ont provoqué chaque fois des vagues d’immigration vers le Canada: des Ukrainiens fuyant Staline aux réfugiés syriens d’aujourd’hui, en passant par les Hongrois et les Vietnamiens… C’est ce que […]


30 août 2016 à 12h20

Damien Robitaille, son chien Suki, et d’autres nouveautés à UnisTV

Damien Robitaille et Suki dans Voyage de chien à UNIS TV les mardi 19H30.

Le chanteur et musicien franco-ontarien Damien Robitaille et son chien Suki parcourent l’Ontario et le Manitoba, à la découverte d’humains, d’animaux et d’activités dignes de mention. C’est le concept de Voyage de chien, une série qui commence le 6 septembre à 19h30, parmi les nouvautés de la saison d’Unis TV. Le réseau francophone pancanadien de […]


30 août 2016 à 12h18

Claudette Jaiko élue présidente du Labo

Karine Barrass et Claudette Jaiko.

La cinéaste Claudette Jaiko a succédé à l’artiste de performance Julie Lassonde à la présidence du Labo, lors de l’assemblée générale annuelle du centre d’arts médiatiques jeudi soir au Coq of the Walk by Point Bar. Mme Jaiko a été élue à l’unanimité. Julie Lassonde s’est dite très fière de tout ce que le Labo […]


30 août 2016 à 12h16

Cadix, «la tacita de plata»

cadix1

Affectueusement nommée «la tacita de plata» (la petite tasse d’argent), Cadix regarde fièrement la mer de son promontoire rocheux. Trois fois millénaire, la Gadir phénicienne est la ville la plus ancienne de la péninsule et probablement de tout l’Occident. Magnifique chef-lieu de l’Andalousie, Cadix, avec ses maisons blanches et ses coupoles, se définit par son […]


30 août 2016 à 12h14

Suicide ou aide médicale à mourir?

La page d'accueil du site de Dignitas en Suisse.

Le 18 août 2016, après 45 ans de lutte contre la sclérose en plaques, ma sœur jumelle a choisi de mettre fin à ses jours. Pour ce faire, elle a dû se rendre chez  Dignitas – Vivre dignement – Mourir dignement, en Suisse, pour «un suicide assisté». Le Canada ne pouvait pas lui permettre de […]


30 août 2016 à 12h12

Être séparé ne veut pas dire être divorcé

divorce

Lorsqu’un couple marié se sépare, il est fortement recommandé que chacune des deux parties consulte un juriste exerçant en droit familial pour connaître leurs droits et responsabilités. S’il leur est possible de s’entendre à l’amiable, les parties pourront conclure un accord de séparation par lequel elles conviendront notamment du partage de leurs biens et de […]


30 août 2016 à 12h10

Déficience intellectuelle: des adultes abandonnés par leur famille découragée

Le protecteur du citoyen de l'Ontario, Paul Dubé, et son rapport sur les situations de crise impliquant des personnes ayant une déficience intellectuelle.

«L’échec systémique» de l’Ontario à venir en aide à des familles désespérées et vulnérables, qui se trouvent dans l’incapacité de s’occuper d’un être cher atteint de déficience intellectuelle, a plongé beaucoup d’entre elles dans des situations difficiles et souvent dangereuses, selon l’ombudsman Paul Dubé. Dans un rapport intitulé Dans l’impasse, paru cette semaine, le protecteur […]


30 août 2016 à 12h08
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur