Rwanda: difficile réconciliation entre bourreaux et victimes

Ishyaka, du Toronto Joseph Bitamba

Joseph Bitamba

Joseph Bitamba

Joseph Bitamba, réalisateur torontois d’origine burundaise, revient sur la scène du documentaire avec Ishyaka, qui a connu sa première à Kigali la semaine dernière, et dont le sujet fort devrait donner à méditer à nos politiques et sociétés.

Réalisé avec le soutien du Conseil des Arts de l’Ontario et l’Organisation internationale de la Francophonie, Ishyaka raconte en 52 minutes la«réconciliation» entre bourreaux et victimes, 20 ans après le génocide rwandais. Le film sera présenté à Toronto dans le cadre du festival Vues d’Afrique en avril, puis à Montréal.

Scénario clair, image superbe et maîtrisée, le tempo est donné par les voix de ceux qui ont vécu l’inimaginable et qui, vingt ans après, parlent encore du traumatisme et du temps venu de reconstruire.

Un sujet puissant, poignant, que le cinéaste a su cerner et rendre sans forcer le trait, avec une intelligente bienveillance, en cédant la place aux acteurs de cette étonnante et tragique histoire.

Un film qui fait écho à de nombreux échos sur le génocide du Rwanda, notamment au Prix Goncourt des Lycéens 2016, Petit pays de Gael Faye.

Installé à Toronto depuis 2003, où il a notamment travaillé à TFO, Joseph Bitamba nous parle de son tournage, de ce projet qu’il porte depuis un certain temps et qu’il tient à partager.

16237245_10210399508439498_1525968301_n

 

Comment vous est venu l’idée de ce projet?

En 2014, le Rwanda comptait le 20e anniversaire de son génocide. Dans ces circonstances, j’ai pu obtenir un financement à mon projet de filmer la grande commémoration.

Le tournage fut fort et émouvant. J’ai découvert les actions menées vers un processus de paix et de réconciliation; elles se sont imposées comme un canevas de documentaire.

Dans quelles circonstances s’est déroulé le tournage?

Le tournage d‘Ishyaka devait respecter certaines étapes. Il y avait les dates de commémoration, les dates du souvenir, de libération qui s’étendaient sur une année ou plus.

J’ai revisité des endroits dont je parlais dans le scénario, que j’avais filmé pendant le génocide de 1994, Nyarubuye, Nyamata. J’ai rajouté de nouveaux lieux de tournage, en m’adaptant au Rwanda d’aujourd’hui. J’ai retrouvé certains de mes personnages, d’autres porteurs du sujet, que j’ai choisi.

J’ai dû réadapter mon tournage par rapport au scénario, surtout en ce qui concerne la réconciliation en allant passer des jours dans les villages de réconciliation pour m’imprégner de cette réalité dont je n’avais entendu que parler.

Je voulais me rendre compte moi-même de cette grande réussite dans le Rwanda post génocide: il n’était pas facile de filmer des rescapés vivants, comme des frères avec les bourreaux de leurs familles, cette expérience m’a marqué à jamais.

Les lieux, les églises, différents endroits que j’avais filmés il y a 20 ans sont devenus des mémoriaux.

L’association Hope for Rwandan’s Children n’a pas pu faire le voyage qui était prévu. Certes Shyrna a visité le Rwanda, mais sans Leo. L’intérêt était que ce dernier nous amène sur les lieux où il a grandi et où ses proches ont été décimés. Donc je n’ai pas suivi cette association comme prévu dans le scénario.

Par contre, j’ai retrouvé deux Canadiens, dont un Rwando-Canadien et une Québécoise qui ont décidé d’accompagner le Rwanda dans sa reconstruction.

Quel a été le principal défi à monter ce projet? Durant le tournage?

Principalement budgétaires. Le budget était épuisé, j’ai dû trouver d’autres mécanismes pour financer le montage du film. J’ai dû m’endetter pour réaliser ce projet.

Par ailleurs, nous avons dû faire face à des contraintes administratives qui ont entraîné beaucoup de retard sur la production.

Il n’est pas toujours facile de filmer un sujet pareil, raison pour laquelle il y a eu un retard. Les demandes d’autorisation, les accréditations prennent souvent beaucoup de temps, les rendez-vous ne sont pas respectés comme en Occident, il faut juste être patient tout en sachant que les choses finiront par s’arranger.

Ma satisfaction est là et je suis fier d’avoir réalisé ce film, et je remercie tous ceux qui ont contribué à faire de ce projet le film qu’il est devenu, et le Conseil des arts de l’Ontario a joué un rôle moteur dans cette entreprise.

Expliquez-nous le titre de votre film

Ishyaka en Kinyarwanda veut dire «volonté». C’était le mot qu’on entendait souvent en 1994 juste après le génocide et la guerre. «Nous reconstruirons le Rwanda grâce à notre volonté…». Le temps leur a donné raison.

S’il y a une émotion que vous retiendriez?

Il y a une émotion que je ne parviens toujours pas à décrire: se retrouver devant un tueur qui affirme avoir tué une femme qui lui a pardonné…

Grande émotion et souvenirs de 1994 à Nyamata et Nyarubuye, qui sont devenus des mémoriaux:  j’ai retrouvé odeur macabre de 1994, même si tout a été nettoyé, même 20 ans après, même si elle n’y est plus…

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur