Quand les Torontois dansent sur la musique basque

Soirée Balfolk Toronto

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)

Jokin Irungaray au tambour, Vianney DesPlantes au tuba euphonium et Maider Martineau à l'accordéon. (Photo: Kathryn Durst)


17 avril 2017 à 23h59

Le folklore des danses traditionnelles européennes, popularisé par Balfolk Toronto, est à l’honneur tous les lundis à La Revolucíon (2848 rue Dundas Ouest) et l’été à High Park en plein air: des danses collectives, en chaînes ou en couple, comme la Bourrée, une danse du Massif central de la France, la Gigue très populaire au Québec, la Gavotte, la Mazurka originaire de Pologne, les Valses et les Scottishes

Emilyn Stam, co-fondatrice de Balfolk Toronto, est née en Colombie-Britannique, mais a vécu aux Pays-Bas. «C’est là-bas que j’ai appris la musique et les danses européennes.» Elle considère que les danses folkloriques sont très vivantes.

C’est avec Tangi Ropars, un Canadien ayant vécu en France, que les deux passionnés ont décidé d’organiser à Toronto des soirées où les gens pourraient venir régulièrement à la façon des bals de petits villages.  Les deux musiciens se sont rencontrés au sein du groupe The Lemon Bucket Orkestra à Toronto. 

Pour Tangi Ropars, «ces soirées permettent de se rassembler. Avant, les habitants des villages se déplaçaient pour aller parler avec leurs voisins et pour trouver leurs femmes dans ces soirées dansantes.»

Emilyn Stam apprend à une participante des pas de danses.
Emilyn Stam apprend à une participante des pas de danse.

Des musiques remises au goût du jour

Sasi Ardiak («brebis de broussailles et de makis» en basque) s’est produit ce vendredi 14 avril à l’occasion du rendez-vous Balfolk au Dovencourt House. Le groupe vient du Pays basque, une région française connue pour ses traditions et son terroir.

Voilà un groupe d’amis très soudés qui partage en commun l’amour des danses et musiques folkloriques. En ce Vendredi saint, ils étaient trois des quatre membres à se produire à Toronto. Ce fut une initiation aux danses et une soirée organisée «pour s’amuser et jouer des musiques ensemble», raconte Jokin Irungaray, un membre de la troupe. Une soixantaine de personnes s’étaient déplacées pour l’occasion.

Le groupe Sasi Ardiak.
Le groupe Sasi Ardiak, Vianney DesPlantes, Jokin Irungaray, Maider Martineau.

À l’affiche: chants, danses et musiques, chacun sa spécialité. Jokin Irungaray joue du tambour basque, le Pandero. Maider Martineau, quant à elle, joue de l’accordéon diatonique et de l’alboka, un instrument à vent basque très ancien. Vianney Desplantes, lui, s’exerce au tuba euphonium.

Depuis quatre ans, le groupe Sasi Ardiak envoûte les salles et les festivals de danses en Europe. Ils partagent leur passion sur une tournée nord-américaine pour la première fois.  À Toronto, le groupe a entraîné la foule dans des sauts basques et quadrilles, des danses pétillantes et enflammées.

Le groupe se produira aussi plusieurs fois à Montréal et Boston.

Balfolk Toronto recevra le 12 mai les musiciens Maija et David (du Québec et du Danemark) ainsi que Barnaby Walters (du Royaume-Uni) au Small Word Music Center (180 rue Shaw).

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le spectacle des jeunes Français sur Étienne Brûlé, c’est samedi soir!

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.
La trentaine de collégiens français de la banlieue est de Paris, qui ont monté un spectacle musical sur notre coureur des bois Étienne-Brûlé, sont...
En lire plus...

26 avril 2017 à 9h19

L’humanité dans l’oeil de Yann Arthus-Bertrand

Le réalisateur et le directeur de la cinématographie de Human: Yann Arthus-Bertrand et Bruno Cusa, à l'Alliance française de Toronto le mardi 18 avril.
Yann Arthus-Bertrand, c’est le grand-père qu’on rêverait tous et toutes d’avoir. On s’imagine que le soir, au coin du feu, il nous raconterait les...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h52

Dianne Bos éclaire une guerre centenaire

Dianne Bos: Tranchées, Parc commémoratif canadien de Vimy, France (2014) 72x72cm.
Depuis le 3 avril et jusqu’au 8 septembre prochain, le Centre culturel canadien à Paris accueille l’exposition de l’artiste ontarienne Dianne Bos, intitulée The...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h50

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur