Pour que les enfants du Paris de l’après-guerre ne soient plus «invisibles»

Des photographies uniques à l'Alliance française

Enfants qui jouent, Cité Lesage-Bullourde, 1949-1954, Marilyn Stafford,

Enfants qui jouent, Cité Lesage-Bullourde, 1949-1954, Marilyn Stafford,

Paris 1949, la guerre est terminée, la ville est libérée et les enfants regagnent les pavées. À la galerie de l’Alliance française de Toronto jusqu’au 1er avril, Julia Winckler nous invite à découvrir des photographies de ces enfants, par l’Américaine Marilyn Stafford, encore peu connues du grand public.

Mémoires photographiques des coins perdus montre des scènes des quartiers les plus pauvres du Paris de l’après-guerre: la Cité Lesage-Bullourde et Boulogne Billancourt.

En décembre 1948, Marilyn Stafford déménage à Paris. Jusqu’en 1954 elle capturera des bouts de quartiers parisiens. À travers ces photos, la commissaire de l’exposition Julia Winckler, touchée par le travail de cette photographe, voulait rendre visibles ces enfants et ces coins perdus.

Elle se demande sans cesse:  «que sont-ils devenus; où sont-ils aujourd’hui; leurs parents ont-ils des photos d’eux durant cette période; je ne voulais plus qu’ils soient invisibles». Professeur de photographie de l’Université de Brighton, au Royaume-Uni, c’est en 2014, durant le Shoreham Wordfest qu’elle rencontre pour la première fois Marilyn.  La photographe exposait une vingtaine de photographies dans un petit café, le Tomfoolery Café.

«On pouvait y voir Édith Piaf, Albert Einstein, Henri Cartier Bresson, Indira Gandhi… Marilyn Stafford avait été une très grande amie de ces personnalités. Je l’ai ensuite invitée à participer à des cours; nous sommes devenues amies; elle a eu une vie extraordinaire», rapporte Julia Winckler.

Aujourd’hui Marilyn a 91 ans et vit dans une petite maison de Brighton. La relation de confiance qui s’est établie entre les deux artistes a donné jour à une véritable collaboration. La photographe lui a un jour offert une enveloppe contenant 4 négatifs, 6 clichés et 3 images, celle-là même exposées dans la galerie de l’AFT.

marilyn-stafford
Petite fille ramenant du lait, 1949-1954, Cité Lesage-Bullourde, MS

Julia Winckler, déterminée à faire revivre ces coins et les enfants qui y ont flâné, s’est documentée sur la Cité Lesage-Bullourde. Disparu, démoli, le quartier a laissé place en 1984 à la construction du quartier de la Bastille et de son Opéra.

En 1959, une étude sociologique sur le quartier avait été réalisée par Jean-François Thery, apportant ainsi une plus-value aux images de Marilyn. Pour cet auteur, l’entrée dans la Cité était particulièrement saisissante. «Lorsqu’on y pénètre vers sept heures du soir, on est frappé par la nuée d’enfants qui occupent la chaussée, tandis que le linge sèche aux fenêtres (…) On sent qu’à l’intérieur chaque centimètre compte.»

Durant les nombreux voyages de Marilyn Stafford, beaucoup de pellicules ont disparu. Parmi les photographies exposées, deux clichés étaient numérisés et imprimés pour la première fois. Les photos ont été agrandies, ce qui a permis à Marilyn Stafford de se rendre compte de certains détails oubliés, mais aussi de se souvenir de ce que les enfants lui disaient, et ainsi retrouver la mémoire de ces coins perdus.

C’est une exposition hommage à ces enfants, souvent issues de l’immigration d’après-guerre, polonais, ashkénazes, algériens et tunisiens appelés à la reconstruction. Un hommage à ces quartiers de la Cité Lesage-Bullourde et Boulogne-Billancourt.

Adrienne Chambon, professeur à l’Université de Toronto, s’est intéressée à l’évolution du quartier. «Ces endroits n’abritent plus aujourd’hui que des bâtiments modernes, des blocs sans âme, même si une petite partie du quartier garde les restes d’un tissu urbain, mais la population a changé.»

En s’y promenant, Adrienne Chambon a été frappée par la difficulté de s’y repérer. «On découvre un passage un jour, et on ne le retrouve pas le lendemain, comme s’il avait disparu.»

Pour la suite, Julia Winckler aimerait retrouver ces enfants et connaître leurs histoires. «Je ne sais pas si cela sera possible, mais oui, j’aimerais savoir ce qu’ils sont devenus.»

Fille sur haut talons, Cité Lesage- Bullourde, 1949-54, MS
Fille sur haut talons, Cité Lesage-
Bullourde, 1949-1954, MS

Une exposition satellite

Grâce au soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du gouvernement canadien, cette exposition a été organisée en marge d’une vaste exposition sur des images des Archives de Toronto. From street to playground, representations of children in early 20th century, rouvrira autour du 20 mars à la galerie des Archives de Toronto, récemment fermée pour rénovation.

Tout comme Mémoires photographiques des coins perdus à l’AFT, cette exposition parlera d’enfants des quartiers, avec des clichés datant de 1905 à 1920. Il aura fallu 4 ans pour réaliser cette exposition réunissant Adrienne Chambon, Bethany Good, Ernie Lightman de l’Université de Toronto, Vid Ingelevics et Mary Anderson de l’Université Ryerson, et Julia Winckler de Brighton.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Deux écoles élémentaires catholiques ajoutent le secondaire et des programmes spécialisés

Croquis représentant la nouvelle école élémentaire-secondaire catholique de Peterborough.

Deux écoles élémentaires du Conseil de district catholique Centre-Sud (CSDCCS), Monseigneur-Jamot à Peterborough et Pape-François à Stouffville, accueilleront dès septembre des cohortes d’élèves de la 7e, 8e et 9e année, et ajouteront progressivement des niveaux jusqu’en 12e, pour devenir des écoles élémentaires-secondaires. C’est actuellement le cas de seulement 2 des 58 écoles du CSDCCS (16 […]


24 mars 2017 à 15h04

Le «Quebec bashing» de Maclean’s: plus grave qu’un pet de cerveau

macleans

Andrew Potter, l’auteur d’un article dans le magazine Maclean’s dénigrant la moralité des Québécois, qui a provoqué un tollé de protestations sur la place publique, jusqu’au bureau du premier ministre Philippe Couillard, s’est rapidement excusé sur Facebook, puis a démissionné cette semaine de sa chaire d’études canadiennes de l’Université McGill… maintenant accusée dans certains milieux […]


24 mars 2017 à 12h56

Décès du journaliste Adrien Cantin

Adrien Cantin

Journaliste, éditorialiste, animateur, grand communicateur, Adrien Cantin s’est éteint le 22 mars à l’âge de 68 ans. Il aura marqué la scène médiatique franco-ontarienne par son approche toujours franche et directe, notamment au journal Le Droit et à l’antenne de TFO. «Souffrant d’un double cancer des poumons et de la gorge, M. Cantin était hospitalisé […]


24 mars 2017 à 10h06

Le 2e budget Morneau: grand parleur…

Le ministre Bill Morneau place le budget fédéral sous le signe de la formation et de l'innovation.

D’abord les chiffres. De nos jours, ils sont presque superflus, voire encombrants, dans les discours annuels du budget comme celui que vient de livrer le ministre fédéral Bill Morneau, «la prochaine étape du plan à long terme du gouvernement pour créer des emplois et renforcer la classe moyenne»… En 2017-18, le gouvernement canadien se propose […]


23 mars 2017 à 18h01

Yann Perreau et Mehdi Cayenne en concert samedi soir

Yann Perreau et Mehdi Hamdad.

Drôles et décalés, les chanteurs et musiciens Yann Perreau (Québécois) et Mehdi Cayenne (d’Ottawa), bêtes de scène notoires, clôturent la Semaine de la francophonie torontoise ce samedi 25 mars à 20h à la salle Brigantine de Harbourfront. Yann Perreau propose des textes «surprenants, planants et créatifs», disent les critiques. Entre une atmosphère pop et électro, […]


22 mars 2017 à 14h19

Une tempête de neige qui a exposé un déficit de solidarité chez les Québécois?

Andrew Potter

L’ex-rédacteur en chef du Ottawa Citizen, aujourd’hui à l’Université McGill, s’excuse d’avoir insulté les Québécois dans son analyse de la tempête de neige sur l’autoroute 13. Mais le magazine Maclean’s persiste et signe.

Le Journal de Montréal
22 mars 2017 à 11h27

Notre cerveau préfère les fausses nouvelles

Contrairement à une nouvelle qui a circulé dans les médias sociaux l'an dernier, le pape n'a pas appuyé officiellement la candidature de Donald Trump.

La politique à l’ère des médias sociaux offre l’opportunité d’un cours accéléré en psychologie de la désinformation. Entre les biais de confirmation et les Facebookiens qui partagent un texte sans l’avoir lu, journalistes et communicateurs tentent de s’ajuster. Jusqu’à six personnes sur 10 ne liront que le titre d’un article, rappelle le psychologue Gleb Tsipursky dans […]

Présidence française: débat à cinq

debat France

Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélanchon, les cinq principaux candidats au premier tour de l’élection présidentielle française, le 23 avril, ont débattu à la télévision pendant plus de trois heures le 20 mars.

TF1
21 mars 2017 à 9h05

Des jeunes Franco-Ontariens veulent profiter de l’engouement pour l’humour

Neev, JC Surette, Chloé Thériault, Mickaël Girouard, Ilann Morissette, Brooke Jenicek et Jérémie Larouche.

L’industrie de l’humour est en pleine expansion au pays, et des jeunes francos sont bien placés pour en profiter. «Il a un boum dans l’humour, c’est une bonne période», confirme l’humoriste acadien J-C Surette, qui clôturait samedi soir le Gala des Rendez-vous de la Francophonie animé par un autre humoriste, Neev, à l’auditorium de l’école secondaire Saint-Frère-André […]


21 mars 2017 à 0h34

Des cohortes de Restavèks maltraités en Haïti

Gabriel Osson

«J’ai vécu à Haïti quand j’étais jeune. Un enfant, proche de ma famille, était resté chez nous. C’était un Restavèk», se souvient l’écrivain Gabriel Osson. L’écrivain aux multiples talents vient de publier son nouveau livre, Hubert, le Restavèk, une histoire fictive, mais portant si représentative de la réalité pour des milliers d’enfants de l’île. Il s’agit du […]


21 mars 2017 à 0h32
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur