Pas de piste cyclable? Dessinez-la!

Des cyclistes dans l'une des Bike Boxes dessinées illégalement par le Urban Repair Squad il y a deux ans et reprises par la ville début octobre.

26 octobre 2010 à 12h47

«Durant deux ans, une piste cyclable que nous avions créée a été entretenue par la Ville qui ne s’en est pas rendu compte» nous apprend «Rosée» la porte-parole du Urban Repair Squad. Ce groupe de cyclistes milite à sa manière pour rendre Toronto plus agréable aux cyclistes en créant de fausses pistes cyclables. La dernière action du groupe a été menée la semaine dernière dans la nuit de mardi à mercredi lors de laquelle ils ont mis en place une nouvelle piste cyclable sur l’avenue MacDonell.

Après plusieurs jours de négociations et un accord pour pouvoir suivre et photographier le Squad en action, au dernier moment les organisateurs nous font savoir qu’ils ne préféreraient pas être en présence d’un journaliste, de peur d’être repérés.

Le lendemain, nous avons quand même pu rencontrer leur porte-parole. Elle, qui se fait appeler «Rosée», revient sur l’organisation et sur les actions de ce groupe de cyclistes. «Le Urban Repair Squad a été créé à Toronto il y a 4 ans» nous explique-t-elle.

«Il y a d’autres organisations de ce type autour du monde, mais je ne sais pas d’où vient l’idée originale. Il y en a au Portugal, en Amérique du Sud, à Victoria… On fait quelques fois des échanges de photos, mais rien de plus.»

Rosée fait partie du Squad presque depuis le début: «Ce sont des amis qui l’ont créé, ils m’ont proposé d’en faire partie. Ça existait depuis six mois quand je me suis mise avec eux».

Elle fait du vélo 12 mois sur 12 «à part quelques jours dans l’année où c’est vraiment trop dangereux. Mais c’est que 3 ou 4 jours par mois en hiver».

Avant de faire partie de cette organisation, elle était déjà active dans la communauté cycliste et faisait partie d’un autre groupe, les Bike Pirates.

Une dizaine d’actions par an

«On fait une dizaine d’actions par an, peut-être plus, ça augmente chaque année, au début on en faisait 4 ou 5 par an». Lors de ces actions, il y a deux ou trois guetteurs, les autres peignent les dessins sur la chaussée à l’aide de cartons prédécoupés et de bombes de peinture. «C’est fait très tôt le matin pour éviter les gens et les voitures. On fait ça entre les voitures stationnées, pour ne pas être vus. On a fait plusieurs petits endroits comme sur Queen, entre Ossington et Bathurst, sur la rue Haalam entre Ossington et Dovercourt. Celui-là c’était notre premier, les habitants du quartier ont aimé ça, il y en a qui nous ont vus, ils nous ont demandé ce qu’on faisait et après ils nous ont même donné de la peinture!

La Ville est même venue refaire les peintures par dessus, ils pensaient que c’était des vraies pistes cyclables.»

Deux ans plus tard, la Ville s’est finalement rendu compte de la supercherie et les a effacé.

«À part ça, ils ont toujours effacé ce qu’on a fait. Mais peut-être qu’ils vont faire des pistes cyclables sur Harbord, on a peint là bas il y a un mois.» Certaines idées du Urban Repair Squad sont reprises, mais mises en place ailleurs. C’est le cas notamment des Bike Boxes, devant les voitures aux feux rouges, dont les premières ont été mises en place par la ville il y a quelques semaines.

«Il y a deux ans on a fait les Bike Boxes devant les feux rouges et là ils viennent de faire ça. C’est pareil pour les pistes cyclables aux heures de pointe, on l’a fait sur Queen et Dundas, maintenant ils l’ont fait sur College».

Le groupe mène aussi des actions plus simples comme coller des autocollants dans les stations de métro informant les cyclistes de la possibilité et des heures auxquelles on peut voyager avec un vélo. «Sans ça, beaucoup de gens ne savent pas qu’on peut mettre son vélo dans le métro. Puis on donne les heures où c’est interdit, donc on aide aussi la TTC.»

Des profils très variés

En ce moment, le Urban Repair Squad compte environ 20 personnes «mais si on compte toutes les personnes qui en ont fait partie un moment donné, il y en a eu une cinquantaine. Certains déménagent, arrêtent pour des raisons de temps ou des raisons familiales…»

«Les membres ont des profils très variés, il y a de tous les âges, tous les métiers, beaucoup travaillent et habitent Downtown ou à l’Ouest, vers Parkdale», explique Rosée. C’est pour cette raison que la plupart des fausses pistes apparaissent dans ce secteur.

Les choix sont faits par rapport aux lieux d’habitation des cyclistes, en fonction de leurs constatations: «Il faut habiter dans l’endroit pour bien savoir où c’est dangereux pour les piétons ou les vélos», selon la porte-parole.

Pour l’instant, il n’y a jamais eu d’arrestations ou de problèmes et les membres ne mènent pas que des actions illégales. Beaucoup font partie d’autres organisations qui travaillent pour améliorer les conditions des piétons ou des cyclistes à Toronto.

«On est contre le fait que les voitures aient toujours la priorité en ville, ça devrait être d’abord les piétons numéro un, les transports en commun numéro deux, ensuite les vélos en troisième position et les voitures en dernier.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

TOYOTA YARIS, MODÈLE 2005

3
Modèle 2005. Excellent état intérieur et extérieur. Faible impôt et assurance. Mécaniquement bon et doux pour conduire. Garantie de trois mois disponible. Moteur en forme.
En lire plus...

Voir ce que l’on ne voit pas à Moscou

Ratkovic, Sandra, MocKBa, Éditions Hatje Cantz, 2017, broché, couverture souple à rabats, 28x21 cm, 96 p. La couverture reproduit la photographie d'une femme posant pour se faire photographier devant un parc d'amusement.
Les photographies troublantes et touchantes de Sandra Ratkovic
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h20

Un sondage sur la modernisation de la Loi sur les services en français

Levée du drapeau franco-ontarien à Queen's Park l'an dernier.
L’AFO et l’AJEFO travaillent sur les priorités de la réforme de la LSF à proposer au gouvernement.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Marie-Andrée Vermette, nouvelle représentante de Toronto à l’AJEFO

Me Marie-Andrée Vermette
Elle s'est intéressée aux développements récents concernant le secret professionnel de l’avocat.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Opioïdes aux États-Unis: huit fois plus d’accrocs que de patients traités

opioides
Des coupes au programme Medicaid pénaliseraient les 2,5 millions d’Américains aux prises avec cette dépendance.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h18

Quiz : Les Jeux du Canada

jeux-du-canada-28-juillet-13-aout
Vous connaissez les Jeux olympiques, les Jeux panaméricains et les Jeux du Commonwealth. Qu’en est-il des Jeux du Canada?
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h17

De Gaulle au Québec en juillet 1967

André Duchesne, La Traversée du Colbert – De Gaulle au Québec en juillet 1967, essai, Montréal, Éditions Boréal, 2017, 320 pages, 29,95 $.
50e anniversaire du «Vive le Québec libre!» aujourd'hui
En lire plus...

24 juillet 2017 à 9h49

Le Centre francophone embauche deux médecins

Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.
Ses infirmières praticiennes peuvent diagnostiquer des problèmes de santé et poser des actes médicaux.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h43

L’école franco de Cambridge 2e à la course internationale de robots

Joel Zhang, Andrew Mourcos et Guillaume Fernandes.
Contre des équipes universitaires
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h36

Treize jeunes scientifiques à deux km sous terre

Les 13 élèves de l’école secondaire catholique Père-René-de-Galinée, quelques parents bénévoles, les chercheurs James Pinfold et Ryan Bayes de SNOLAB, ont rencontré le ministre de la recherche, innovation et science de l’Ontario, Reza Moridi (au centre sur la photo), dans les installations souterraines de SNOLAB.
En septembre, ils se rendront en Suisse pour tester leur expérience dans les installations du CERN.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 15h35

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur