Numéro de charme

En France, il est de rigueur pour toute actrice digne de ce nom de s’improviser chanteuse, et pour toute chanteuse de s’aventurer un jour ou l’autre devant les caméras. On pourrait jeter la faute sur Gainsbourg (lui qui avait fait chanter Bardot, Anna Karina, Birkin, Adjani et Deneuve), mais la tendance remonte beaucoup plus loin, à Piaf, Montand et même avant.

Dans le cas qui nous intéresse, celui de Sandrine Kiberlain, qui nous arrive avec Manquait plus qu’ça (EMI), l’homme à la tête de chou n’y est pour rien. Et celui qui lui a ouvert quelques portes, Alain Souchon, est plus collaborateur que Pygmalion, ayant été séduit par les textes que lui a soumis la jeune actrice, au point d’en mettre trois en musique.

Embrigadé dans l’entreprise, son fils Pierre Souchon y est allé de cinq collaborations, dont le ravissant Y’a du monde coulé dans le moule paternel. Ajoutez-y quelques mélodies langoureuses signées Camille Bazbaz et une reprise on ne peut plus «frenchy» du classique Girl des Beatles (avec les Souchon en choristes de luxe), et vous tenez là un premier album qui intrigue et séduit.

En jouant sur la légèreté du propos et de la voix, Sandrine s’amuse de ses ambitions («Elle fait sa Carla, elle fait sa Vanessa/Elle va donner d’la voix/Des paroles à tout va/Manquait plus qu’ça»), ou encore de sa dégaine particulière («Faut m’aimer sacrément/Pour trouver que godiche/Ça me va comme un gant») et nous rend irrésistible un album qui n’aurait pu être qu’amusant ou, au pire, agaçant.

Pour Sandrine comme pour nous, Manquait plus qu’ça relève du plaisir coupable, et il est clair qu’elle devra s’affranchir de l’influence de Souchon si elle compte aller au-delà de ce petit numéro de charme pour s’inscrire dans la durée.

Sous le ciel d’Andréanne

Rares sont les artistes qui nous arrivent avec un CV aussi bien garni – et aussi intrigant – que celui d’Andréanne Alain. En bref, la Montréalaise a étudié le chant jazz, signé quelques musiques de films, participé au Zulu Time de Robert Lepage et Peter Gabriel, fait les choeurs aux côtés de Laurence Jalbert et gravé une reprise fort réussie de Quand on aime on a toujours vingt ans sur Jaune 2005.

Mais c’est la rencontre avec Luc de Larochellière, il y a cinq ans, qui allait permettre à la carrière d’Andréanne de vraiment décoller, en plantant le germe de ce qui deviendrait Sur nous le ciel (Trilogie Musique/Sélect). Vu son cheminement, on ne s’étonnera pas que ce premier album aux couleurs d’été soit conçu de façon à mettre en valeur sa voix souple et fluide, qui se multiplie au gré d’harmonies souvent audacieuses.

Si la griffe de Luc de Larochellière et de son complice Marc Pérusse est bien en évidence sur une poignée de morceaux qu’ils co-signent, l’univers d’Andréanne évoque plus spontanément celui d’Arianne Moffatt, voire de Marie-Jo Thério, par son côté confidentiel (dans le sens journal intime) et un habillage sonore qu’on pourrait qualifier de techno-folk, mariant la programmation aux sonorités plus organiques du piano ou du dobro, par exemple.

Mais le problème est justement celui de la primauté: Sur nous le ciel parviendra-t-il à imposer la griffe d’Andréanne sur un territoire déjà balisé avec succès par les chanteuses précitées? L’absence d’une chanson-phare, susceptible d’être plébiscitée par les ondes et le public, pourrait s’avérer coûteuse. En revanche, avec son bagage et son potentiel évident, on aurait tort de douter de sa capacité à trouver sa voie – et à nous entraîner dans son sillage – le temps venu de signer l’opus 2.

Infâme destin!

Dans l’esprit de bien des gens, le folklore canadien-français semble avoir été réduit à une affirmation identitaire tonitruante et invariablement festive. Cette dimension est ancrée dans la réalité, certes, mais elle s’est trouvée exacerbée par la Bottine Souriante et ceux qui ont suivi – Mes Aïeux, Swing et compagnie – au point d’en occulter tout le territoire clair-obscur et souvent tragique de ce patrimoine.

Laissant aux autres le soin de faire swinger la bacaisse, le trio Serre l’écoute (oh, le vilain jeu de mots!) assume le double rôle de folkloristes et d’interprètes sur Fortunes et perditions, une collection de chants qui reflètent la vaste thématique de la «destinée humaine». En matière de folklore, cela se traduit habituellement par un véritable inventaire de calamités: trahisons, empoisonnements, grossesses imprévues, maladies incurables, noyades et ainsi de suite.

Ratissant très large, Fortunes et perditions englobe des chansons de tradition orale recueillies au Québec, en Acadie, en Ontario, aux États-Unis, en France et jusqu’aux Antilles. Mais pour le mélomane qui n’est pas folkloriste dans l’âme, la grande force de Serre l’écoute (Gabrielle Bouthillier, Liette Remon et Robert Bouthillier) est d’avoir su harmoniser ces 15 mélodies avec beaucoup d’imagination, donnant à chacune des trois voix un espace et un rôle distincts.

Débordant du strict cadre des chansons à répondre, des oeuvres telles L’empoisonneuse ou Le jour de l’Assomption nous semblent à la fois très archaïques et résolument modernes, ce qui est le fruit d’une démarche qui se veut historienne et musicienne.

Résultat: malgré un habillage instrumental limité (un peu de violon ou de bouzouki par-ci, quelques notes d’harmonica blues par-là), on ne s’ennuie pas un instant dans cette virée par-delà les siècles.

+Récents

Combo «Agri-Culture» autour de St. Catharines

Ruelle de grafittis et murales devant le FirstOntario Performing Arts Centre à St. Catharines. (Photo: Nathalie Prézeau)

Le seul spectacle en français que l’imitateur André-Philippe Gagnon fera cet automne lors de sa tournée ontarienne sera celui de St. Catharines le 20 octobre. On pourrait s’étonner qu’une ville de 130 000 habitants, dont environ 4 000 francophones, ait pris une telle initiative, mais le magnifique centre des arts FirstOntario Performing Arts Centre, géré […]


26 septembre 2016 à 23h32

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Pas de nouveaux projets d’énergie renouvelable

eoliennes

Dans le but de réduire la facture d’électricité des Ontariens – un enjeu électoral de plus en plus sensible – le gouvernement provincial suspend la deuxième ronde de son processus d’approvisionnement pour les grands projets d’énergie renouvelable, mettant fin à l’achat de plus de 1000 mégawatts  d’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, de bioénergie et d’énergie produite […]


27 septembre 2016 à 17h44

La Cour suprême de Colombie-Britannique reconnaît des besoins spéciaux aux écoles francophones

cb

La Cour suprême de Colombie-Britannique accédé partiellement à la requête du milieu scolaire francophone. Le gouvernement devra financer du transport additionnel mais pas nécessairement la construction de nouvelles écoles.

TFO #ONfr
27 septembre 2016 à 16h41

Une majorité de résidents pour une ville d’Ottawa bilingue

OttawaBilingue

72% des résidents d’Ottawa appuieraient le bilinguisme officiel de la Ville si la démarche n’impose pas de coûts additionnels et ne cause pas de pertes d’emploi, selon un récent sondage publié ce mardi par le regroupement #OttawaBilingue. Une bonne majorité d’entre eux (68%) croient aussi que le bilinguisme officiel de la Ville aurait un impact […]


27 septembre 2016 à 11h58

Débat Trump-Clinton non concluant

Donald Trump, Hillary Clinton.

On n’a pas eu à éponger de sang sur la scène de l’université Hofstra (New York) après le premier débat télévisé Trump-Clinton lundi soir, les deux candidats présidentiels américains paraissant retenir leurs coups. Hillary Clinton et Donald Trump ont esquivé relativement facilement les allusions/allégations/accusations les plus dangereuses et sont même restés plutôt polis l’un envers l’autre. […]


27 septembre 2016 à 2h11

Une première croisière «French Touch» réussie

Embarquement sur le Empress of Canada.

La croisière French Touch du jeudi 22 septembre a rassemblé une centaine de personnes sur le bateau à trois ponts Empress of Canada. Cette première activité de Clink Toronto, l’entreprise d’Adra Berezintsev, a permis à ces curieux de manger, danser, réseauter et découvrir des jeunes professionnels franco-torontois et leurs projets. «Je veux promouvoir des entreprises […]


26 septembre 2016 à 23h22

Stefie Shock commence avec Gainsbourg et finit avec… Stefie Shock

Stefie Shock et Fanny Bloom sur la scène du théâtre Randolph le 24 septembre. (Photo: André Pilon)

Le concert des 12 belles dans la peau de Stefie Shock, un hommage à Serge Gainsbourg et à ses amours, a charmé le public du festival Francophonie en fête au théâtre Randolph, samedi soir. Le musicien et chanteur québécois, accompagné des chanteuses Fanny Bloom, Gaëlle et (en remplacement de Pascale Bussière) Émilie, avec des musiciens […]


26 septembre 2016 à 23h21

Michel Rivard, maître de la scène et de la foule

Michel Rivard sur la scène du théâtre Randolph le 23 septembre. (Photo: Nathalie Prézeau)

C’est à la veille de son 65e anniversaire de naissance (!) que Michel Rivard, superbement accompagné de deux musiciens, est monté sur la scène du théâtre Randolph du festival Francophonie en fête vendredi soir. Ça ne rajeunissait personne dans la salle, bien qu’on pouvait être encouragé de constater que l’ex-Beau dommage affiche toujours une forme […]


26 septembre 2016 à 23h19

«Je vais amener mon accent franco-ontarien partout»

Céleste Lévis au théâtre Spadina de l'AFT pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Bianka Giuristante)

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Dans le cadre du festival Francophonie en fête de Toronto, la Franco-Ontarienne Céleste Lévis montait sur la scène du théâtre Spadina de l’Alliance française, jeudi soir. Accompagnée de son guitariste et d’un homme à tout faire, cette dernière proposait une soirée intime […]


26 septembre 2016 à 23h18

Michel Bénac: franco-unique!

Michel Bénac au 918 Bathurst pour Francophonie en fête 2016. (Photo: Thomson Birara)

 Thomson Birara est étudiant en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Pourquoi y a-t-il si peu de Franco-Ontariens dans l’univers musical canadien? Selon Michel Bénac, chanteur du groupe Swing, c’est une question d’acceptation de soi et d’appui de la communauté. Le festival Francophonie en fête accueillait Michel Bénac, mercredi dernier, au 918 Bathurst, […]


26 septembre 2016 à 23h18
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur