Mesdames, osez dialoguer avec votre vagin!

Line Boily (au centre) avec les actrices des Monologues du vagin: Aleksandra Lalovic, Catalina Lopez, Elaine Li, Adrienne Medjo, Alison Wilson Forbes, Alina Christensen et Sandra Uhlrich.

Line Boily (au centre) avec les actrices des Monologues du vagin: Aleksandra Lalovic, Catalina Lopez, Elaine Li, Adrienne Medjo, Alison Wilson Forbes, Alina Christensen et Sandra Uhlrich.


13 mars 2017 à 22h14

Écrite il y a plus de 20 ans, la pièce Les monologues du vagin est aujourd’hui toujours jouée à travers le monde. Plus que jamais d’actualité, elle a été reprise en français à Toronto mercredi et jeudi soir par Scuderia Production pour célébrer la Journée internationale des femmes. Cela fait quatre ans que les spectateurs sont au rendez-vous pour découvrir ou redécouvrir cette pièce connue pour être comique.

Pourtant, cette année, les spectateurs torontois ont eu la surprise de découvrir une pièce sombre, dont la mise en scène mettait en avant les moments les plus violents des monologues: viols, excisions, honte, misogynie, ablations abusives… Aucun sujet sensible n’était laissé de côté.

Confrontés à la réalité, l’empathie gagne certains spectateurs et ils craquent. Il faut dire que l’interprétation des sept actrices sur scène est particulièrement réussie.

Traumatismes

Retenons le passage qui raconte le viol par six militaires d’une jeune femme chinoise. Ce monologue percutant était joué par Elaine Li. L’actrice raconte, à l’issue de la représentation, qu’elle a du se faire violence pour l’interpréter: «Après une répétition, en rentrant chez moi le soir, je suis allée me renseigner sur le massacre de Nankin, en Chine, par les Japonais, de décembre 1937 à février 1938. J’ai appris des choses terribles. J’étais bouleversée. Ça m’a permis d’appréhender la violence de cette scène.»

D’autres passages démontrent très justement l’absurdité de la gêne que provoque le simple mot «vagin». On réalise que même s’il s’agit d’un terme médical, il n’est que trop peu utilisé, souvent raillé, parfois interdit. Enfin, certaines scènes désacralisent le plaisir féminin, qui reste encore dans nos sociétés modernes, un sujet tabou.

Toutes les scènettes des Monologues du vagin reflètent diverses expériences sexuelles, de la découverte de soi à l’épanouissement du plaisir. Parfois absurde, la pièce sert surtout à éveiller les consciences. À la fin de la soirée de mercredi, Line Boily, de l’émission radio-canadienne L’heure de pointe, a animé un débat.

Armes de destruction massive

«Les vagins sont attaqués dans le monde entier, spécialement dans les régions francophones visées par des conflits armés», rappelle Dada Gasirabo, directrice d’Oasis Centre des femmes. «Les violences sexuelles que ces femmes connaissent sont des armes de destructions massives, car elles laissent les femmes profondément choquées et anéanties psychologiquement. Nous sommes justement en train de mener une étude sur l’aide à apporter à ces femmes immigrantes chez nous, victimes d’abus pendant des conflits armés.»

Pour les actrices, il s’agissait avant tout de «donner de la voix aux personnes qui ne peuvent pas parler, qui n’ont pas de voix, qui pensent qu’elles sont seules» et de faire passer un message à toutes les femmes, mais aussi aux hommes. «Regardez comme l’homme le plus puissant du monde parle des femmes. On doit continuer à se battre. Cette pièce, c’est la voix de dizaines de femmes qui évoquent leur féminité, des épisodes tantôt légers aux drames les plus intenses.»

En outre, les deux représentations de la pièce se voulaient être une opportunité de lever de fonds au profit d’Oasis, qui célèbre 20 ans d’actions et de lutte contre toutes les formes de violence faites aux femmes. 50% des recettes finales seront donc reversées à l’organisme.

Entre absurde et réalisme, Les Monologues du vagin est une oeuvre majeure du féminisme. C’est une pièce qui fait réfléchir, car elle est le reflet de nos sociétés. En 20 ans, Les Monologues du vagin n’ont rien perdu de leurs forces.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Parlons chanson… avec Luc De Larochellière

Luc De Larochellière (Photo: Panneton-Valcourt)
Au fil des ans et des albums, Luc De Larochellière s’inscrit dans la durée en signant une œuvre qui se démarque tant par ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h48

Quand les Autochtones passent derrière la caméra

Kathleen Ivaluarjuk Merritt et Susan Aglukark pratiquent le chant de gorge dans les espaces du Grand Nord.
Quoi de mieux pour comprendre l’histoire, la culture et la créativité des Premières Nations qu’en les faisant passer derrière la caméra? C’est à travers une...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h44

Y a de la joie, y a de la création

Toronto, par Bruno Roux.
Quatre artistes et amis français de Toronto exposent leurs œuvres –des peintures et des sculptures qui éveillent la joie – depuis le 19 avril et jusqu’au...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h42

Le Cuba hors plages vous attend

L'hôtel Los Jazmines.
Selon le bureau du tourisme cubain, 98% des Canadiens qui voyagent à Cuba vont essentiellement dans des centres de vacances tout inclus. «Je rencontre...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h40

Winnipeg, la porte de l’Ouest

Le site historique La Fourche. (Photo: Sandra Dorélas)
On connaît Winnipeg, capitale du Manitoba, pour son équipe de hockey, les Jets, et pour son fameux personnage Winnie l’ourson. Mais Winnipeg, c’est évidemment...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h38

Molière reste d’actualité

Monsieur Jourdain interprété par François-Michel Pellequer.
La troupe des Anciens de l’Université de Toronto s’est attaquée au Bourgeois gentilhomme, les 21 et 22 avril au théâtre George Ignatieff. Mise en...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h36

Pas d’erreur pour les élèves du Collège français

La troupe de «Erreur des pompes funèbres en votre faveur», à l'issu de leur première.
Peut-être que les pompes funèbres se sont trompées sur le nom du défunt, mais le Collège français a eu raison de faire confiance à ses...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h34

La francophonie canadienne a souvent fait bon usage du Sénat

rep-francophoniecanadienne
«Les sénateurs des communautés francophones et acadienne du Canada (CFC) ont souvent mobilisé l’opinion publique sur les questions linguistiques, une tradition qui se poursuit....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h32

La marijuana n’aurait jamais dû être illégale

marijuana-prison
Dans ses récentes communications, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a confirmé vouloir «légaliser, réglementer et restreindre» l’accès à la marijuana d’ici l’été 2018....
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h30

Le «porte-parole de la Terre» à la TSF

Yann Arthus-Bertrand a visité le ravin de la TSF, un projet du club de l'environnement animé par Josette Bouchard.
Cette année, la célébration de la Semaine de la Terre a revêtu un éclat particulier et demeurera un événement dans la mémoire collective de...
En lire plus...

24 avril 2017 à 20h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur