L’humour noir de Chrystine Brouillet

Chrystine Brouillet, La mort mène le bal, roman, Montréal, Éditions de l,homme, 2015, 232 pages, 19,95 $.

Après Chère voisine et Louise est de retour, la romancière Chrystine Brouillet récidive avec La mort mène le bal. Nous retrouvons la tueuse en série Louise Desbiens qui travaille au chic restaurant Carte Noire, dirigé par le chef Guido Botterini. Attendez-vous à ce que Louise reprenne du service… avec la détermination qu’on lui connaît!

Au début du roman, il y a une multitude de personnages qui se croisent sans liens apparents. Ça prend un peu de temps avant que tout ne s’emboîte et qu’on réussisse à démêler les membres de la dangereuse famiglia Secatto, de Venise. L’action se passe cependant presque entièrement à Montréal.

Alberto Secatto, surnommé le Mammouth en raison de son excès de poids, est un homme paranoïaque; il voit partout la trahison. «Cela faisait partie de son boulot de se méfier de tout, de tous, tout le temps.» Il n’hésite pas à tuer son frère Livio, père de Rafaele qui ne croit pas que les liens familiaux garantissent la loyauté. «Dès qu’il aurait trouvé comment exécuter Alberto sans être accusé, il le tuerait.»

On sait déjà que Louise Desbiens aime les chats – elle en a trois – et qu’elle déteste se mêler de la vie privée des gens. Il arrive parfois que de fâcheux événements la contraignent d’«éliminer» quelqu’un du paysage. «Sans laisser de traces. Et surtout, sans nuire à Carte Noire.»

Guido, le chef du restaurant, est habitué au sang-froid de Louise; «on ne l’avait pas surnommée la Princesse des glaces sans raison».

Puis entre en scène Violette Cartier, une femme qui n’hésite pas à «délivrer» les chats de la famine, des mauvaises rencontres, des maladies et des maîtres négligents. Infirmière à domicile, elle rend visite à des gens âgés et décide du meilleur moment pour les faire disparaître. Lorsqu’elle passe à l’action, Violette ressent «une immense satisfaction à être cet ange salvateur».

Juste avec Alberto, Louise et Violette, vous voyez déjà pourquoi le roman s’intitule La mort mène le bal. Un autre titre aurait pu être L’arme est le tire-bouchon, car il se boit une quantité phénoménale d’alcool dans ce roman, surtout des vins de choix – Barolo, Lacryma Christi, Negroni, Barbaresco, Cerasuolo d’Abruzzo – et le scotch hors d’âge Bowmore.

Le champagne est toujours bon. Comme disait Napoléon, «dans la victoire, je le mérite, dans la défaite, j’en ai besoin». Aussi, Chrystine Brouillet sert-elle, entre autres, des coupes de Bollinger, Dom Ruinart, Deutz ou Taittinger. Ce dernier accompagne «des escargots servis sur des cannellonis fourrés d’un flan de cresson. La sauce faite avec un fond de veau et du pinot noir allait trouver son écho dans l’assemblage du champagne où il n’y avait que 30% de chardonnay.»

La romancière truffe parfois son récit de références classiques. L’Hydre de Lerne est un bel exemple. Après la mort d’un mafioso, un personnage compare les éventuels successeurs à l’Hydre aux neuf têtes, que devait anéantir Hercule dans le cadre de ses douze travaux. «Chaque fois qu’il coupait une tête, deux autres repoussaient.»

L’auteure écrit qu’«il n’y avait pas de hasards avec des hommes aussi bien organisés que les criminels de la race de Secatto». Peut-être pas de hasards, mais nombreux sont les rebondissements sanglants dans cette intrigue qui apporte une nouvelle touche d’humour noir à l’œuvre de Chrystine Brouillet.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Tintamarre de 1000 jeunes à Toronto pour le Jour des Franco-Ontariens

Les élèves de nos deux conseils scolaires se sont rassemblée en face de l'hôtel de ville de Toronto pour la levée du drapeau franco-ontarien.

Plus d’un millier d’élèves des écoles françaises laïques et catholiques de Toronto ont bravé la pluie pour se rassembler au centre-ville, vendredi midi, pour fêter le Jour des Franco-Ontariens (officiellement ce dimanche 25) et chanter Mon beau drapeau pendant qu’était hissé le drapeau vert et blanc au mat de l’hôtel de ville. À 10h, plusieurs […]


23 septembre 2016 à 21h34

Pluie sur le drapeau, mais fierté dans les coeurs

Levée de drapeau franco-ontarien sous la pluie à Queen's Park.

C’est sous la pluie que la première ministre Kathleen Wynne a procédé vendredi matin à la levée officielle du drapeau franco-ontarien à Queen’s Park, devant des députés des trois partis et plusieurs invités, dont le ministre québécois Jean-Marc Fournier et le consul de France Marc Trouyet, soulevant un joyeux tintamarre d’environ 200 élèves de nos […]


23 septembre 2016 à 21h34

Projet-pilote d’échange Ontario-Québec pour 40 jeunes

Marie-France Lalonde et Jean-Marc Fournier. (Photo: François Bergeron)

Les gouvernements du Québec et de l’Ontario ont signé ce vendredi 23 septembre un nouvel Accord de coopération en matière de langue et de culture francophones et ont annoncé le lancement d’un projet-pilote d’échanges culturels entre 40 jeunes francophones et francophiles des deux provinces. 20 élèves des 3e, 4e et 5e secondaire du Québec et […]


23 septembre 2016 à 19h16

Université franco-ontarienne: Dyane Adam présidera un Conseil de planification

Dyane Adam

L’ancienne commissaire aux langues officielles du Canada, Dyane Adam, ex-principale du campus Glendon de l’Université York, présidera un nouveau «Conseil de planification pour une université de langue française». Ce n’est pas encore la gouvernance d’une future université franco-ontarienne, réclamée par le mouvement associatif et le projet de loi privé de la députée néo-démocrate France Gélinas, […]


22 septembre 2016 à 16h46

Êtes-vous intelligent… ou rationnel?

jeune_femme_qui_reflechit-ee49ff0d8ffcc59c11b5f19f26b9453e8501a7bc

Êtes-vous intelligent… ou rationnel? Parce que ce n’est pas la même chose. C’est la réflexion que proposent dans le New York Times de dimanche dernier les psychologues David Hambrick et Alexander Burgoyne. Et ce qui serait resté une discussion philosophique il y a quelques années est en train de devenir plus scientifique: des études en […]


22 septembre 2016 à 16h10

La limace qui mange des oiseaux

Limace espagnole arion vulgaris

On pourrait croire qu’elle a les yeux plus gros que le ventre: une limace se nourrit généralement de feuilles ou d’insectes, pas d’oiseaux. Mais celle-ci n’est pas une limace ordinaire. Appelée «supersize» ou «monster» par les ornithologues, qui commencent à admettre qu’il ne s’agit pas de cas isolés, elle n’a été vue à l’œuvre qu’indirectement: […]


22 septembre 2016 à 15h53

Internet: l’avenir n’est plus ce qu’il était

livres_vieil_ordinateur_-_nature_morte-246f68175fb2fa7964f46cb9b827c624c59caca0

Il fut un temps où Internet était le symbole d’une utopie: un monde où tout le monde serait égal devant l’information, libéré des contraintes de genre, d’ethnie ou de classe sociale… Bien sûr, ça n’a pas tout à fait tourné dans le sens qu’espéraient les idéologues des années 1980 et 1990. C’est la thèse poursuivie […]


22 septembre 2016 à 13h07

CRISPR : de percée scientifique à foire d’empoigne

adn_-_double_helice-ac4d3dc623d6a9accb1bc13e4da5fa9b1e8ae974

À en croire les généticiens, CRISPR serait la plus grande percée dans leur domaine depuis des décennies. Mais en attendant, la foire d’empoigne autour d’un éventuel brevet révèle une facette pas très reluisante de la science lorsqu’elle s’accompagne d’un potentiel très commercial. D’un côté, l’université de Berkeley, en Californie, a été la première à déposer […]


22 septembre 2016 à 13h02

Encore une grosse année culturelle pour l’Alliance française

Les Petits Nouveaux, trio de jazz manouche... et torontois, qui se produira en juin à l'AFT.

Déjà lancée avec la visite de la cinéaste Agnès Varda pendant le TIFF et le concert de Céleste Lévis dans le cadre de Francophonie en fête ce jeudi 22 septembre, la rentrée culturelle de l’Alliance française de Toronto se poursuit en septembre avec une rencontre avec le bédéiste Jean-Louis Tripp (le 28), le film Mommy […]


21 septembre 2016 à 23h59

Les chats ont conquis la planète en deux vagues

chats-b002d4782674613c6ca004f31243a3614843ab33

Après avoir longuement creusé l’origine des chiens, la génétique se tourne vers celle des chats. Et elle se heurte à un gros obstacle: nous savons beaucoup moins de choses sur la façon dont nos ancêtres ont domestiqué les chats — au point que certains chercheurs hésitent toujours à qualifier Felis silvestris d’animal «domestique». Un humain […]


21 septembre 2016 à 19h08
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur