L’art de vivre antillais: superbes chambres d’hôtes à Thomassin

Décoration exotique chez Guylaine Mérovée-Pierre. (Photo: Annik Chalifour)

11 janvier 2016 à 14h19

Guylaine Mérovée-Pierre, propriétaire d’une vaste hacienda espagnole nichée à Thomassin au sud de Pétionville en banlieue de Port-au-Prince, est passionnée de décoration tant à l’intérieur qu’autour de sa magnifique demeure.

«Depuis 26 ans je renouvelle sans relâche mon environnement de vie qu’on a surnommé la petite forêt», déclare la dame rencontrée par L’Express, début décembre 2015.

Le charmant domaine, encerclé de terrasses et jardins luxuriants, recèle tous les parfums exotiques dont on puisse rêver. Roses, orchidées, anthuriums, hibiscus, plantes verdoyantes s’entremêlent aux arbres et arbustes tropicaux d’une surprenante diversité.

Outre ses activités de décoratrice, Guylaine offre l’hébergement dans sa résidence. «Les visiteurs de passage dans la capitale haïtienne, que ce soit par affaires ou pour un séjour de détente», sont les bienvenus dans son petit boisé serein.

On peut louer deux grandes chambres au 2e étage: l’une incluant un lit king avec balcon sur le jardin et l’autre deux lits double avec un salon. Les deux pièces disposent de salles de bain privées. Le forfait – 150 $ américains par jour – comprend le petit déjeuner et le diner (délicieuse cuisine haïtienne garantie!), le service des chambres et le transport local (chauffeur avec voiture) selon les besoins.

Plus qu’un B & B

Guylaine peut également servir d’accompagnatrice à Pétionville. «Pour visiter les marchés d’artisans, boutiques spécialisées, librairies, cafés et restos branchés, galeries d’art et musées pour ne citer que quelques-uns de nos atouts locaux», détaille l’hôtesse.

La dame vous invite aussi à parcourir l’exceptionnelle commune de Kenscoff sise à 1500 m sur les hauteurs de Port-au-Prince, connue pour son abondante production maraîchère et les luxueuses propriétés de familles nanties, juchées sur ses monts.

Sur la route pittoresque on fait la rencontre insolite d’artistes du métal et de-peintres œuvrant dans leurs ateliers campagnards. Ils sont dotés d’un intarissable talent s’inspirant à la fois de la nature grandiose d’Haïti et du mystère vaudou.

Ambiance raffinée

Décoratrice d’intérieur mais aussi spécialisée dans l’aménagement de spacieux jardins, Guylaine propose ses services lors d’événements spéciaux dans les salles de mariage, réception, congrès et les résidences huppées de Port-au-Prince et ses environs.

«Je fais le magasinage d’accessoires décoratifs, de fleurs et plantes pour créer une ambiance unique et tendance, empreinte d’une irrésistible touche tropicale», dit-elle.

Sa remarquable maison abrite un fabuleux décor: salles de repos aérées, meubles en chêne et acajou, plancher en tuile mosaïque, objets d’art exclusifs originaires des Caraïbes et du Mexique, statuettes vaudou, antiquités françaises, plusieurs tableaux de grands peintres haïtiens et somptueux arrangements floraux étalés sur deux étages.

Demeurer chez Guylaine promet une riche expérience culturelle et personnalisée: un séjour chaleureux, décontracté et sophistiqué.

Avis aux amateurs: le site enchanteur se prêterait magnifiquement pour y animer des ateliers de décoration, peinture, dessin, photographie, et pourquoi pas, d’écriture…

Renseignements

Guylaine Mérovée-Pierre: #6 Thomassin 27, Route de Kenskoff, Haïti
Réservations par téléphone: (509) 37 09 44 66

* * *
Cette chronique est alimentée au gré des explorations d’Annik Chalifour en terre haïtienne. La journaliste revient d’un 4e séjour en Haïti – décembre 2015 – et planifie d’y retourner en 2016. Décoration d’intérieur, arts de la scène, création de mode et artisanat, chant et danse vaudou, ethnologie, photographie, tourisme patrimoine et alternatif sont au rendez-vous.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

TOYOTA YARIS, MODÈLE 2005

3
Modèle 2005. Excellent état intérieur et extérieur. Faible impôt et assurance. Mécaniquement bon et doux pour conduire. Garantie de trois mois disponible. Moteur en forme.
En lire plus...

Voir ce que l’on ne voit pas à Moscou

Ratkovic, Sandra, MocKBa, Éditions Hatje Cantz, 2017, broché, couverture souple à rabats, 28x21 cm, 96 p. La couverture reproduit la photographie d'une femme posant pour se faire photographier devant un parc d'amusement.
Les photographies troublantes et touchantes de Sandra Ratkovic
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h20

Un sondage sur la modernisation de la Loi sur les services en français

Levée du drapeau franco-ontarien à Queen's Park l'an dernier.
L’AFO et l’AJEFO travaillent sur les priorités de la réforme de la LSF à proposer au gouvernement.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Marie-Andrée Vermette, nouvelle représentante de Toronto à l’AJEFO

Me Marie-Andrée Vermette
Elle s'est intéressée aux développements récents concernant le secret professionnel de l’avocat.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h19

Opioïdes aux États-Unis: huit fois plus d’accrocs que de patients traités

opioides
Des coupes au programme Medicaid pénaliseraient les 2,5 millions d’Américains aux prises avec cette dépendance.
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h18

Quiz : Les Jeux du Canada

jeux-du-canada-28-juillet-13-aout
Vous connaissez les Jeux olympiques, les Jeux panaméricains et les Jeux du Commonwealth. Qu’en est-il des Jeux du Canada?
En lire plus...

24 juillet 2017 à 10h17

De Gaulle au Québec en juillet 1967

André Duchesne, La Traversée du Colbert – De Gaulle au Québec en juillet 1967, essai, Montréal, Éditions Boréal, 2017, 320 pages, 29,95 $.
50e anniversaire du «Vive le Québec libre!» aujourd'hui
En lire plus...

24 juillet 2017 à 9h49

Le Centre francophone embauche deux médecins

Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.
Ses infirmières praticiennes peuvent diagnostiquer des problèmes de santé et poser des actes médicaux.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h43

L’école franco de Cambridge 2e à la course internationale de robots

Joel Zhang, Andrew Mourcos et Guillaume Fernandes.
Contre des équipes universitaires
En lire plus...

21 juillet 2017 à 16h36

Treize jeunes scientifiques à deux km sous terre

Les 13 élèves de l’école secondaire catholique Père-René-de-Galinée, quelques parents bénévoles, les chercheurs James Pinfold et Ryan Bayes de SNOLAB, ont rencontré le ministre de la recherche, innovation et science de l’Ontario, Reza Moridi (au centre sur la photo), dans les installations souterraines de SNOLAB.
En septembre, ils se rendront en Suisse pour tester leur expérience dans les installations du CERN.
En lire plus...

21 juillet 2017 à 15h35

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur