Haïti pour les yeux et le cœur

Patrice Dougé: photographe humaniste

Patrice Dougé (photo: Fabrice Guerrier)

Aujourd’hui on prend des photos de tout, partout, avec un portable, un iPad. Mais le vrai photographe n’est pas le détenteur de l’IPhone 7 dernier cri d’Apple. C’est plutôt celui qui photographie d’abord avec ses yeux, parce qu’il a le sens de l’ambiance, des couleurs ombres et lumières, des émotions troublantes que camoufle une image qu’il veut capter et transmettre à jamais. Le vrai photographe est un artiste visuel en action de l’aube à la nuit.

C’est celui qui entend constamment la musique des images et veut la perpétuer à travers son œuvre. Parce qu’il prétend dire sans parler, porter les non-dits, dénoncer sans mots ni scrupules, convaincre en toute liberté d’aimer ou d’exécrer. Le vrai photographe ne se limite pas au visuel, mais aussi et surtout à tout ce qui émeut chez l’humain.

J’ai croisé un tel personnage à Port-au-Prince en décembre 2015: le photographe humaniste Patrice Dougé, fils de Gérard Dougé, poète et rédacteur de l’école littéraire Pluréalisme: un mouvement littéraire haïtien classé parmi l’un des plus originaux.

Obsession pour l’image

On s’est rencontrés autour d’une carafe de vin frais, confortablement installés dans la cour ombragée du domaine enchanteur de Guylaine Mérovée-Pierre à Thomassin. D’emblée notre conversation s’est animée chaleureusement autour de notre passion commune pour la photographie.

«J’aime photographier depuis ma découverte imprévue d’une caméra délaissée au hasard par mon père quand j’avais 5 ans», a-t-il confié. «À 9 ans j’ai reçu en cadeau mon premier appareil-photo. À partir de là mon obsession pour la photographie a germé et me captive toujours depuis plus de 30 ans. Ma famille n’a pas eu le choix que de me laisser poursuivre ma destinée.»

«Jeune adolescent j’ai suivi des cours de photographie avec la photographe réputée Emeline Desert , directrice-fondatrice et propriétaire du CEPEC, le Centre d’études photographiques et cinématographiques de Port-au-Prince.»

Soul Train

«En même temps je ressentais une urgence de partir. J’étais subjugué par Soul Train, cette émission américaine de variétés créée par l’animateur Don Cornelius en 1970. Le show présentait principalement des artistes afro-américains de soul, rhythm and blues, qui se produisaient sur le plateau entourés de danseurs.»

En 1975, Patrice, 15 ans, quitte Haïti pour aller vivre chez une tante aux États-Unis. «J’étais tellement attiré par le mode de vie américain que je m’y suis très vite adapté. J’ai rapidement appris l’anglais et poursuivi ma passion pour la photographie. Durant mes études secondaires j’ai obtenu un prix d’excellence pour la qualité exceptionnelle de photos d’animaux que j’avais prises au Bronx Zoo de New York.»

Pourtant sa vie de photographe professionnel a pris un certain temps à démarrer. Au cœur du milieu nord-américain hautement compétitif, Patrice a dû monter un solide portfolio touchant divers domaines dont les sports, les événements, les portraits, les sujets d’actualité, la photo d’arts pour n’en citer que quelques-uns.

Partir pour revenir

Au début des années 1990 Patrice a lancé sa carrière comme photojournaliste auprès de Reuters en Haïti. «Durant six ans (1991-1997) j’ai suivi l’actualité haïtienne à travers mes lentilles et saisi une multitude d’images entre le rire et les larmes.» Patrice a aussi travaillé auprès des journaux floridiens Miami Herald et Sun-Sentinel.

Le photographe a fait régulièrement la navette Haïti-États-Unis durant plusieurs années; il s’est maintenant ré-établi dans son pays depuis 2015. «Encore une fois ma vie a basculé, depuis que j’ai récemment redécouvert la prodigieuse beauté d’Haïti.»

«Avec le temps j’ai réalisé que je suis parti vivre aux États-Unis parce que j’étais fortement attiré par le multiculturalisme (américain) qui à mes yeux à l’époque ne semblait pas exister dans mon pays. Je préférais aussi utiliser l’anglais plutôt que le français, la langue héritée des colonisateurs.»

Traditions culinaires

Cette année Patrice collabore à la réalisation de plusieurs projets visant la promotion de la culture haïtienne par l’image dont un livre dédié aux traditions culinaires qui sortira en décembre 2016. Il fera la tournée des régions du pays (Artibonite, Grande-Anse, Cap Haïtien) pour prendre des photos illustrant les recettes et la préparation des mets traditionnels régionaux, au sein de la grande et superbe nature d’Haïti.

Le photographe travaillera également sur les illustrations du prochain livre de l’auteur haïtien Jean-Euphèle Milcé portant sur le splendide village de Kenscoff encerclé de montagnes verdoyantes et reconnu pour ses riches productions maraîchères.

En outre, Patrice projette de réaliser un ouvrage de photos exclusives consacré aux merveilleux artistes et artisans nichés sur les hauteurs de Kenscoff.

Une autre réalisation à caractère social occupera le photographe d’avant-garde. «Il s’agit d’un projet de sensibilisation et d’éducation face à l’homophobie», a détaillé Patrice. «Ce sera un réel défi de documenter le mode de vie des transgenres en Haïti par l’image, alors que les droits des personnes LGBT, victimes de discrimination, reçoivent peu de soutien dans le pays.»

* * *
Cet article conclut le premier volet d’Arts et Culture d’Haïti portant sur la riche contribution de six artistes et activistes culturels d’exception rencontrés par Annik Chalifour durant son 4e séjour en Haïti (décembre 2015). Une pause s’impose, le temps de planifier et réaliser une prochaine randonnée en terre haïtienne. À suivre…

Je remercie mon collaborateur et ami, Frantz Dérose, passionné de son pays. Sans son appui et son dévouement sans bornes, cette aventure unique au sein de l’extraordinaire communauté artistique haïtienne ne serait pas possible – Annik Chalifour

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

Une formation en offre active de soins de santé

Barb Willet, directrice générale de Nexus Santé, Andrea Bodkin, coordonnatrice de Réseau CS, Jocelyne Samson, enquêteuse principale au Commissariat aux services en français de l’Ontario, Isabelle Girard, directrice générale des CAH et présidente de Reflet Salvéo, Tharcisse Ntakibirora, coordonnateur des services en français du RLISS du Centre-Toronto, Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones, Gilles Marchildon, directeur général de Reflet Salvéo, Marta Dolecki, enquêteuse au Commissariat aux services en français, Lise Béland, vice-présidente du Collège Boréal pour le Sud-Ouest, Christiane Fontaine, directrice générale du RIFSSSO, Maryse Francella, coordonnatrice du projet, Jean-François Rose, directeur au Collège Boréal, Constant Ouapo, agent de planification de Reflet Salvéo.

Des fournisseurs anglophones de service de santé pourront désormais suivre une formation au Collège Boréal, en anglais, leur montrant comment mieux servir leurs clients francophones. Cette initiative permettra de proposer à leurs patients francophones un suivi de soin de santé dans leur langue. C’est l’expérience – inédite en Ontario – qui a été lancée cette semaine au campus torontois […]


23 février 2017 à 13h31

TRAPPIST: des planètes habitables à 40 années-lumière de nous

Le soleil du système TRAPPIST vu d'une de ses planètes les plus proches: une scène imaginaire que la NASA veut confirmer au cours des prochaines années.

Sept planètes de la taille de notre Terre, dont trois pourraient posséder de l’eau liquide et être «habitables», tournant autour d’un soleil «nain», ont été découvertes dans la constellation du Verseau par la NASA, au moyen de son télescope spatial Spitzer. Ce système solaire, baptisé TRAPPIST (pour le Transiting Planets and Planetesimals Small Telescope, au […]


23 février 2017 à 13h03

Sociofinancement pour aider des jeunes Français à nous présenter leur spectacle sur Étienne Brûlé

Samuel de Champlain dans la production des élèves de Champigny-sur-Marne.

Une trentaine de collégiens français se préparent à venir présenter à Toronto, à la fin avril, leur création Sur les traces d’Étienne Brûlé, où le chant, la musique jazz et rock et la danse tiennent chacun leur part. La Société d’histoire de Toronto (SHT) a lancé une campagne de sociofinancement pour les aider à défrayer […]


21 février 2017 à 14h53

Deux (trois) motions contre l’islamophobie

La députés fédérale Iqra Khalid et la députée provinciale Nathalie Des Rosiers. Arrière-plan: une mosquée de la rue Danforth à Toronto.

Deux motions contre l’islamophobie – toutes deux déposées en décembre, mais actualisées par l’attentat meurtrier contre la mosquée de Québec le 29 janvier – font leur chemin, l’une à Ottawa, médiatisée et controversée pendant encore un bon moment, et l’autre à Toronto, qui passera comme une lettre à la poste cette semaine. Les élus libéraux […]


21 février 2017 à 14h52

Nos conseils scolaires catholiques vont échanger avec la Belgique

Ce 20 février à Spa en Belgique: assis, Étienne Michel, directeur général du SéGEC belge, et Johanne Lacombe, présidente du CECCE ontarien, avec Jean Magny, surintendant de l’éducation du CSDCCS, Lyse-Anne Papineau, directrice de l’éducation du CSCNO, Réjean Sirois, directeur de l’éducation du CECCE, et Jean Lemay, président de l’AFOCSC.

Les huit conseils scolaires catholiques de langue française de l’Ontario et quatre maisons diocésaines de l’enseignement belges vont développer un ensemble d’activités éducatives où chacun sera appelé à échanger et à partager ses expériences, ses connaissances, ses méthodes d’enseignement ainsi que son matériel pédagogique. La convention a été signée lundi à Spa, en Belgique. «Nos […]


21 février 2017 à 14h50

Pourquoi aller à l’université si on ne sait pas ce qu’on veut faire dans la vie?

L’offre de programmes postsecondaires en français est très limitée dans le sud-ouest de l’Ontario, où le seul campus digne de ce nom est celui du Collège Glendon (bilingue) de l’Université York.

De nombreux étudiants de premier cycle universitaire – qui acceptent pourtant une lourde charge de travail et déboursent d’importants frais de scolarité – n’ont encore aucune idée de ce qu’ils veulent faire dans la vie, aucune carrière en vue. Certains étudiants arrivent avec une carrière précise à l’esprit, mais plusieurs ont peu d’idée de la carrière précise qu’ils […]


21 février 2017 à 9h52

Vivons-nous dans l’antichambre d’Orwell ?

Edward Snowden, qui vit en exil en Russie, participe à des conférences à distance.

Qu’il est simple de nous surveiller. Nous donnons nous-mêmes les clés en acceptant les multiples contrats, souvent sans les lire, pour accéder à l’univers de la vie mobile. Nous sommes entrés dans l’antichambre d’Orwell et de son célèbre 1984 – à moins que ce ne soit Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. «Le danger vient de la grande opacité […]


21 février 2017 à 9h52

En choeur pour la Messe québécoise dans les Beaches

La Toronto Beach Chorale en répétition.

Neuvième saison pour la Toronto Beach Chorale (TBC) qui se produira le 26 février à la Beach United Church sur l’avenue Wineva. Cette chorale communautaire mixte, d’une soixantaine de membres, est composée de passionnés de chant choral classique et souhaite, lors de l’événement de dimanche prochain, célébrer la fin de l’hiver. C’est aussi à l’occasion du 150e […]


21 février 2017 à 9h51

Le spectacle de l’arbre pour nos jeunes pousses

Le spectacle de l'arbre privilégie le contact avec les enfants.

La production montréalaise Scene from a Tree a pris racine cette semaine au Young People’s Theatre de Toronto. Destiné aux enfants de 18 mois à 4 ans, ce conte est une parenthèse enchantée dans la routine des petits, mais aussi de leurs parents. Dès leur entrée dans le studio du YPT, les enfants sont plongés dans une petite forêt. […]


21 février 2017 à 9h51

Un homme, une femme, un cheval…

Sascha Cole dans le rôle de Lily et Frédéric Lemay dans le rôle d'Ellery, dans Hroses.

 Bianka Giuristante est étudiante en journalisme à Toronto au collège d’arts appliqués La Cité. Deux mondes complètement différents. Deux langues différentes. Deux familles différentes. Une rivalité. Un homme. Une femme. Un cheval. Une seule histoire d’amour… C’est la trame de la pièce bilingue Hroses : Outrage à la raison, de la Torontoise Jill Connell, au petit théâtre Waterworks de […]


21 février 2017 à 9h50
Voir tous les articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur