Des «Frenchies» improvisent en anglais

Les Beau-Ties: pour le service en anglais, faites le 2

Jaune tente de créer l’intrigue d’une improvisation, ce qui laisse «Lavander» perplexe.

Le succès des Improbables a donné des idées à certains des comédiens de la troupe, qui ont décidé de lancer une deuxième troupe d’improvisation composée de francophones, mais qui improvisent cette fois en anglais. Au-delà du défi que cela représente pour ces Frenchies, il y avait la volonté d’aller toucher un public anglophone et de tester l’humour francophone dans la langue de Shakespeare.

Renée-Claude Thériault, Joseph Elfassi, Alban Ferrieu, Alex Normand et Frédéric Assabgui, sont tous francophones, du Nouveau-Brunswick, de France, d’Ontario et du Québec.

Sur scène, ils s’appellent par les couleurs de leurs nœuds papillon, leur marque de fabrique. Bleu, vert, jaune, rouge et violet, pardon… lavande, se partagent tour à tour la scène et improvisent suivant les thèmes lancés par un animateur qui demande souvent au public de participer pour choisir les contraintes avec lesquelles joueront les comédiens.

Un humour différent

Les cinq amis se sont rencontrés lors du camp de sélection des Improbables en septembre dernier et ont décidé de se lancer en décembre.

«On est allé voir un spectacle et on s’est dit que c’était accessible de faire de l’impro en anglais», se souvient Fred Assabgui. «On a regardé avec qui on aimerait travailler, et aussi qui pourrait le faire en anglais.»

Sur la scène de l’Electric Theater dans le quartier Kensington la langue ne pose pas de problème et le public rit à gorge déployée aux blagues et mimiques des cinq comédiens.

Les thèmes s’enchaînent, parfois accompagnés de musique, les personnages se font et se défont et l’on oublie complètement que les comédiens improvisent dans leur langue seconde. Parfois le français ressurgit, que ce soit sur certains mots, mais aussi dans les blagues, plus borderlines que dans l’humour anglophone.

Refusant le politiquement correct, les cinq comédiens jouent avec le feu sans se brûler les ailes, provoquant à plusieurs reprises des «ohh» dans le public. Juif, arabe, ou homosexuel, ne sont pas des mots tabous chez les Beau-ties et c’est tant mieux.

Pour parfaire l’alchimie entre les membres, la troupe se réunit régulièrement pour des pratiques où ils expérimentent de nouveaux jeux, de nouvelles catégories, pour voir si l’humour fonctionne.

«À la première pratique, on est arrivé avec des jeux et on a essayé de fonctionner à cinq. On s’est vite aperçu qu’il nous fallait un animateur. On s’est aussi beaucoup inspiré de Who’s line is it anyway?, explique Fred.

Faire parler de soi

L’humour en français est plus construit que l’humour en anglais, dans le sens où les punchs sont plus longs à amener que l’humour en anglais, ce qui amuse aussi le public qui n’est pas habitué à ça. Il faut attendre un peu avant de rire.

«La manière d’amener la blague n’est pas la même», résume un des comédiens. Les Beau-Ties pourraient, à terme, tenter des expériences proches de l’impro en français, avec des équipes par exemple. Pour faire connaître leur troupe, les Beau-Ties ont réussi à créer un petit buzz sur Internet en publiant des vidéos étranges sur YouTube. Chaque comédien est filmé en train de réfléchir à ce que représentent les Beau-Ties pour lui. Le tout caricaturé à l’extrême!

«On voulait faire un gros coup de pub. Plus il y a de monde aux spectacles, plus on a de l’énergie. On veut faire le plus de vidéos possible pour garder le momentum et garder le monde actif », indique Frédéric.

Vous pouvez consulter la page Facebook des Beau-Ties pour connaître les dates de leurs prochains shows.

Javascript est requis pour voir les commentaires alimentés par Disqus.

+Récents

À Toronto, on se rafraîchit la tête tranquille

Lorsque j’ai entrepris il y a plus de vingt ans d’explorer les plages de Toronto avec mon bambin, j’ai rapidement remarqué que les nouveaux arrivants (dont je faisais en quelque sorte partie en tant que Québécoise) étaient ceux qui profitaient le plus du lac Ontario. Pourtant, on trouvait déjà sur les plages de Toronto des […]


19 juillet 2016 à 9h31

Un double diplôme Toronto-Lyon en commerce

Un nouveau partenariat entre le campus bilingue Glendon de l’Université York et l’école de commerce EMLYON Business School en France donnera aux étudiants l’opportunité de combiner une formation en arts libéraux avec des études de commerce, d’obtenir deux diplômes universitaires et de bénéficier de stages en France, au Canada ou dans d’autres pays dont le […]


15 juillet 2016 à 10h56

Les Français découvrent Étienne Brûlé

Les dignitaires français de passage en Ontario lors des célébrations du 400e anniversaire de la visite de Samuel de Champlain chez les Hurons de la Baie Georgienne en 1615 l’ont tous fait remarquer: le fondateur de la Nouvelle-France est pratiquement inconnu en France, tout comme son guide et interprète, le coureur des bois Étienne Brûlé. […]


12 juillet 2016 à 3h15

«Parlons chanson» rayonne jusqu’en France

Le chroniqueur musical torontois Dominique Denis, dont le travail s’inscrit au carrefour du journalisme et de la pédagogie, car il est aussi enseignant de français langue seconde, attire l’attention des écoles formant les professeurs de français. La semaine prochaine, il assistera à un stage à l’école Azurlingua, à Nice, où il présentera une conférence sur sa méthode pour […]


25 juillet 2016 à 3h53

Kepler le survivant

On le croyait mort, pourtant le télescope spatial Kepler a découvert 104 nouvelles exoplanètes en 2015. C’est ce que vient d’annoncer dans l’Astrophysical Journal une équipe internationale de scientifiques, dont les observations à partir de télescopes terrestres ont validé ces découvertes. Kepler, conçu pour fixer en permanence une zone de la voie lactée, est en […]

Le nanodisque dur qui venait du froid

La loi de Moore prédit que le nombre de transistors que peuvent contenir les microprocesseurs double tous les deux ans. Une équipe européenne vient-elle de pulvériser cette loi? Elle annonce pouvoir stocker plus de 60 téraoctets sur un pouce carré, une capacité 500 fois supérieure à celle des disques durs actuels! «C’est de loin la […]

Nouveaux cas d’alcoolisme chez les primates

On connaissait déjà les chimpanzés alcooliques, voici maintenant le loris lent et l’aye-aye ivrognes! Le loris lent (Nycticebus coucang) vit dans les forêts de l’Asie du Sud-est et se nourrit essentiellement du nectar du palmier Eugeissona, qui peut contenir jusqu’à 3,8 % d’alcool. Quant à l’aye-aye (Daubentonia madagascariensis), il vit à Madagascar et se nourrit […]


25 juillet 2016 à 8h13

Enquête sur la fusillade de dimanche dans le quartier Dundas Roncesvalles

Radio-Canada
25 juillet 2016 à 8h12

L’Ontario dans l’Organisation internationale de la francophonie?

Radio-Canada
22 juillet 2016 à 4h57

Une bibliothèque de glace

La France veut lancer le premier projet de sauvegarde du patrimoine glaciaire mondial, selon une annonce faite par le Centre national de la recherche scientifique, l’Institut de recherche pour le développement et l’université Grenoble Alpes le 20 juillet. «Dans les prochains siècles, ce patrimoine aura une valeur inestimable», affirme Jean Jouzel, climatologue et vice-président du […]

Bonne soirée pour les femmes et les LGBT à la convention républicaine

Après une semaine de cafouillages, la dernière soirée de la convention républicaine, à Cleveland, jeudi, a remonté le moral des femmes, des gais et… des policiers. Le cofondateur de PayPal, Peter Thiel, a été applaudi quand il s’est dit «fier d’être gai» et qu’il fallait laisser de côté les «fausses guerres culturelles» pour s’occuper de […]


22 juillet 2016 à 11h46

Daniel Giroux président du Collège Boréal

C’est Daniel Giroux qui succédera le 1er octobre à Pierre Riopel à la présidence du Collège Boréal. Le conseil d’administration de l’institution en a fait l’annonce vendredi. Daniel Giroux, qui est vice-président des Entreprises Boréal et qui a été vice-président à l’Enseignement et doyen de l’École des métiers et des technologies, deviendra ainsi le 5e […]


22 juillet 2016 à 10h45

Des ratés dans le système des trains GO

Radio-Canada
22 juillet 2016 à 9h29
See all articles

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur