Violences électorales au Kenya

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 09h20 HNE, le 4 mars 2013.

NAIROBI, Kenya – De nombreuses attaques lancées lundi contre les forces de sécurité du Kenya ont coûté la vie à au moins 12 personnes, au moment où les Kenyans étaient appelés aux urnes cinq ans après que des violences électorales aient fait plus de 1000 morts.

Un groupe de 200 sécessionnistes munis d’armes, de machettes, d’arcs et de flèches ont tendu une embuscade avant l’aube lundi, coûtant la vie à cinq policiers. Un assaillant a aussi été tué. Le groupe, le Conseil républicain de Mombasa, avait menacé de frapper le jour du vote.

Une autre attaque perpétrée par le même groupe dans la ville de Kilifi a coûté la vie à un policier et cinq insurgés. Une autre source policière évoque plutôt un bilan de 11 morts, dont un responsable électoral.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les deux principaux candidats présidentiels, le premier ministre Raila Odinga et le vice premier ministre Uhuru Kenyatta, ont condamné ces attaques.

Pendant ce temps, les électeurs qui attendaient pour exprimer leur voix ont dû composer avec des files d’attente parfois interminables. Une nouvelle technologie d’identification des électeurs semble avoir connu des ratés en plusieurs endroits, ce qui a considérablement ralenti le vote.

M. Odinga a voté dans une école primaire et a reconnu que le vote est entaché par certains «défis». Pour sa part, M. Kenyatta a demandé aux électeurs d’accepter l’issue du scrutin sans avoir recours à la violence. Les deux hommes sont issus de tribus rivales.

M. Kenyatta fait l’objet d’accusations devant la Cour pénale internationale, qui le soupçonne d’avoir orchestré la violence postélectorale qui a frappé le Kenya en 2007-2008. S’il l’emporte, les États-Unis et l’Europe pourraient réduire leurs relations avec le Kenya. Le colistier de M. Kenyatta, William Ruto, fait lui aussi l’objet d’accusations devant la CPI.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur