Une «sorcière» brûlée vive en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 08h15 HNE, le 8 février 2013.

PORT MORESBY, Papouasie-Nouvelle-Guinée – Une jeune femme de 20 ans accusée de sorcellerie a été attaquée, torturée et brûlée vive par une foule en colère en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les policiers ont indiqué vendredi que le crime a été commis mercredi sous les yeux de centaines de témoins, dont de nombreux enfants.

Les deux plus importants quotidiens du pays ont publié des photos prises par ces témoins, pendant que la police, le premier ministre et de nombreux diplomates étrangers condamnaient cette attaque.

La sorcellerie est fréquemment invoquée dans les régions rurales de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour expliquer des événements mystérieux. Dans ce cas-ci, Kepari Leniata avait été accusée d’avoir causé la mort d’un garçonnet de six ans à l’hôpital.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La jeune mère de famille a été torturée avec un fer brûlant, ligotée, arrosée d’essence et brûlée vive sur un tas de pneus à Mont Hagen, une capitale provinciale de l’ouest du pays. Un porte-parole de la police a indiqué que le tout s’est produit en plein jour et que le mari de la victime pourrait avoir incité la foule à s’en prendre à sa femme. L’homme a depuis fui la province.

Une cinquantaine de personnes pourraient avoir participé à l’attaque et le premier ministre Pete O’Neill a demandé à la police de tout faire en son pouvoir pour que les responsables soient traduits en justice.

Les Nations Unies ont réagi en déclarant que cette agression fait partie des attaques et des meurtres de plus en plus fréquents dont sont victimes les gens soupçonnés de sorcellerie en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

En juillet dernier, la police avait arrêté 29 personnes soupçonnées d’avoir tué et mangé sept sorciers présumés.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur