Trois pays aux trousses de l’écologiste Paul Watson

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 13h55 HAE, le 31 juillet 2012.

BERLIN – Le fondateur de l’organisation environnementale Sea Shepherd dit qu’il a l’intention de continuer à perturber les activités des baleiniers japonais même si les autorités de trois pays sont à ses trousses.

Paul Watson avait été arrêté en Allemagne au mois de mai, en vertu d’un mandat d’arrêt costaricain. Lorsqu’il a appris, le mois dernier, que le Japon tentait également d’obtenir son extradition, il a enfreint ses conditions de remise en liberté et s’est enfui.

L’homme de 61 ans a publié un communiqué dans lequel il soutient qu’il se trouve «dans un endroit sûr, loin des pays malveillants qui ont fermé les yeux sur l’exploitation de nos océans», selon lui.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il dit s’attendre à ce que les Japonais mettent tout en oeuvre afin de lui mettre le grappin dessus.

Paul Watson a promis de prendre le large en décembre afin de gagner une réserve naturelle de baleines près de l’Antarctique pour y intercepter les baleiniers nippons.

Le groupe Sea Shepherd a mis sur pied des campagnes agressives pour protéger les mammifères marins, ce qui a amené le Japon à qualifier ses membres de terroristes et de chercher à mettre la main au collet de Paul Watson, qui orchestre selon eux tous ces coups d’éclat.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur