Syrie: offensive rebelle dans l’est

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 16h08 HAE, le 11 août 2013.

BEYROUTH – Des rebelles syriens ont lancé une offensive dans une ville près de la frontière est du pays, dimanche, afin d’étendre leur territoire, plutôt concentré dans le nord et l’ouest de la Syrie, ont rapporté des activistes.

L’Observatoire syrien pour les droits humains, basé au Royaume-Uni, et les comités locaux de coordination (CLC) ont affirmé que les avions de combat de l’armée syrienne ont également mené quelques raids aériens dans des zones occupées par les rebelles dans la ville de Deir el-Zour, dans l’est du pays.

L’Observatoire et les CLC soutiennent que les rebelles ont tué sept soldats et capturé plusieurs autres dans cette ville disputée depuis l’an dernier.

Le mois dernier, les rebelles ont attaqué dans le nord de la Syrie, où ils ont pris le contrôle de la ville de Khan al-Assal. La semaine dernière, ils ont réussi un affront symbolique au président Bachar el-Assad en s’emparant de 11 villages dans la province de Latakia, le long de la côté méditerranéenne, un bastion du régime gouvernemental.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le directeur de l’Observatoire, Rami Abdul-Rahman, explique que les rebelles ne sont pas encore parvenus à s’emparer de la ville de Deir el-Zour, bien qu’ils en contrôlent quelques quartiers.

Jusqu’à maintenant, ils n’ont réussi à s’emparer que d’une capitale provinciale, celle de Raqqa, dans le nord de la Syrie. Ils détiennent aussi des parties de plusieurs villes importantes, dont Alep, la métropole, Deir el-Zour et Homs, dans le centre du pays.

L’agence de presse gouvernementale SANA rapporte que les forces armées gouvernementales ont fait des morts dans les rangs «terroristes» durant les attaques à Deir el-Zour. Certains étaient des combattants étrangers. Le gouvernement syrien nie toute insurrection dans le pays et soutient que la Syrie est victime d’une conspiration étrangère.

Embuscade

Mercredi, des militants de l’opposition rapportaient que les soldats syriens auraient tué une soixantaine de combattants rebelles lors d’une embuscade. L’agence de presse officielle syrienne SANA a confirmé qu’une embuscade avait été tendue près de Damas, un peu avant l’aube mercredi. Elle affirme que des dizaines de rebelles ont été abattus.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, indique qu’au moins 62 rebelles ont perdu la vie dans cet affrontement. Il ne rapporte aucune perte de vie parmi les soldats.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ailleurs, un responsable jordanien de la sécurité a révélé que les policiers ont intercepté cinq Syriens qui tentaient d’entrer au pays avec de grandes quantités d’armes. Des missiles antichars, des missiles antiaériens et des fusils d’assaut auraient été saisis.

On ne sait pas si les contrebandiers, qui ont été épinglés mardi, étaient affiliés avec une des factions de la guerre civile syrienne.

Véhicule piégé

Mardi, un véhicule piégé a explosé dans une banlieue de Damas, faisant au moins 18 morts et 56 blessés, a annoncé l’agence de presse officielle syrienne.

Selon l’agence SANA, la puissante explosion a frappé la banlieue de Jaramana tard mardi soir.

Les résidants de cette banlieue, située à quelques kilomètres au sud-est de Damas, sont réputés être des partisans du régime du président Bachar el-Assad.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’attentat n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.

Base aérienne

Plus tôt mardi, les insurgés syriens se sont emparés d’une importante base aérienne près de la frontière avec la Turquie, dans le nord du pays, au terme de plusieurs mois de combats.

D’après l’Observatoire syrien des droits de l’homme, la base d’hélicoptères Mannagah est tombée 24 heures après que les rebelles, menés par des combattants affiliés à Al-Qaïda, eurent lancé une grande offensive pour s’en emparer. Le Centre médiatique d’Alep précise que la base a été capturée peu avant l’aube.

La télévision publique syrienne a nié que la base soit passée entre les mains des rebelles et a affirmé que les combats se poursuivaient, précisant que les insurgés avaient subi de lourdes pertes.

La base de Mannagah, dans le nord de la province d’Alep, se trouve au coeur du territoire contrôlé par les insurgés. Les rebelles tentaient de s’en emparer depuis l’an dernier, mais s’étaient heurtés à la résistance féroce des troupes gouvernementales.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La chute de la base était toutefois attendue depuis que les rebelles en avaient capturé un secteur en juin.

La base de Mannagah est la plus importante installation militaire à tomber entre les mains des rebelles depuis qu’ils se sont emparés, en janvier, de la base de Taftanaz, aussi dans le nord du pays.

Massacres

Par ailleurs, le principal groupe de l’opposition a accusé le régime El-Assad d’avoir commis plus de 20 massacres pendant le mois sacré du Ramadan, coûtant la vie à des centaines de civils.

Le rapport de la Coalition nationale syrienne fait notamment état de trois attaques à l’arme chimique, d’exécutions sommaires et de victimes brûlées vives. Le rapport, dont le contenu n’a pas pu être vérifié de façon indépendante, sera remis aux enquêteurs de l’ONU.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur