Syrie: les pires combats des derniers mois à Alep

Les États-Unis fourniront des armes aux rebelles

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 07h17 HAE, le 14 juin 2013.

BEYROUTH – Les pires combats des derniers mois ont éclaté vendredi à Alep, la plus grande ville de Syrie, au lendemain de la décision des autorités américaines de commencer à fournir des armes à l’insurrection.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, affirme que les affrontements étaient concentrés dans le quartier oriental de Sakhour, qui est sous le contrôle des rebelles.

L’armée aurait attaqué le quartier en provenance de deux directions, mais n’aurait pas réussi à faire de progrès et plusieurs soldats auraient été tués.

Sakhour aurait été soumis à des tirs de chars et d’artillerie avant l’arrivée des soldats. Les combats auraient duré environ quatre heures, avant que l’armée de l’air ne commence à pilonner les positions rebelles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Jeudi, les États-Unis ont affirmé disposer de preuves concluantes montrant que le régime syrien a utilisé des armes chimiques contre les rebelles qui cherchent à le renverser, franchissant la «ligne rouge» établie par le président Barack Obama.

Des responsables ont indiqué que le président étudiait différentes options politiques et militaires, mais on ne sait pas quand des actions seront entreprises, ni ce qu’elles impliqueront.

Washington pourrait toutefois fournir aux rebelles des armes légères, des fusils d’assaut et des missiles antichars.

La Maison-Blanche affirme que le régime de Bachar el-Assad a eu recours à des armes chimiques, notamment du gaz sarin, à petite échelle mais à de multiples reprises depuis un an. Jusqu’à 150 personnes auraient été tuées dans ces attaques, estime la Maison-Blanche.

Vendredi, le conseiller aux affaires étrangères du président russe Vladimir Poutine, Youri Ouchakov, a déclaré aux journalistes que les preuves mises de l’avant par le gouvernement américain ne sont pas convaincantes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Massacre

Par ailleurs, des rebelles syriens ont attaqué un village dans l’est du pays, tuant des dizaines de chiites, ont rapporté mercredi des militants.

Le gouvernement a dénoncé l’attaque en évoquant ce qu’il a appelé le massacre de civils.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, affirme qu’au moins 60 personnes — surtout des combattants chiites mais aussi des villageois ordinaires — ont été tués mardi dans le village syrien de Hatla, dans la province de Deir el-Zour le long de la frontière avec l’Irak.

L’Observatoire fait aussi état de combats féroces à Homs, surtout dans le quartier de Wadi Sayeh. Les forces gouvernementales semblent vouloir s’insérer entre deux secteurs contrôlés par les rebelles.

Ailleurs, un hélicoptère du gouvernement syrien a tiré trois missiles sur un village libanais le long de la frontière entre les deux pays, blessant légèrement une personne. Au moins un missile a frappé le centre du village d’Arsal, où se sont réfugiés des dizaines de rebelles et de civils après l’offensive gouvernementale lancée contre la ville de Qousseir la semaine dernière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce village est majoritairement sunnite et les rebelles qui cherchent à renverser le régime de Bachar el-Assad y jouissent d’appuis importants. L’Iran et le Hezbollah chiites appuient le gouvernement Assad.

Enfin, les Casques bleus autrichiens ont commencé à se retirer du plateau du Golan mercredi, après que leurs positions aient été menacées par la guerre civile syrienne. L’Autriche avait annoncé le retrait des 377 soldats qui faisaient partie des 911 Casques bleus déployés par les Nations unies.

Attentats à Damas

Pendant ce temps à Damas, deux kamikazes se sont donnés la mort au coeur de la capitale, mardi, faisant au moins 14 morts.

Des militants syriens affirment qu’au moins un des deux kamikazes a frappé dans un commissariat de police et que plusieurs policiers comptent parmi les victimes.

Une trentaine d’autres personnes auraient été blessées.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La station de télévision publique Ikhbariya a diffusé des images de vitrines fracassées et de voitures endommagées sur la place Marjeh, alors que les ambulanciers évacuaient les blessés sur des civières.

Les attentats kamikazes et à la voiture piégée se font de plus en plus fréquents à Damas.

Ailleurs, l’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, rapporte des affrontements entre les rebelles et l’armée dans le quartier de Dar-al-Sayah, à Homs. Des combats se sont aussi produits à Alep. Des combattants du Hezbollah participeraient aux combats dans les deux villes.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur