Syrie: l’armée tente de reprendre un village chrétien

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 07h26 HAE, le 9 septembre 2013.

BEYROUTH – L’armée syrienne est passée à l’offensive, lundi, dans les collines qui surplombent le village majoritairement chrétien de Maaloula, près de la capitale, deux jours après que des insurgés s’en soient emparés.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, affirme que des combattants du groupe Jabhat al-Nousra, qui est affilié à Al-Qaïda, et du Front de libération Qalamon contrôlent toujours Maaloula, qui abrite deux des monastères syriens les plus anciens toujours debout.

Le directeur de l’observatoire, Rami Abdoul-Rahman, a expliqué que les soldats ont donné l’assaut sous le couvert d’un bombardement d’artillerie intense. Leur objectif semble être d’isoler les rebelles retranchés dans le village.

Une trêve, lundi matin, a permis l’évacuation de dix résidants chrétiens blessés. Seulement une cinquantaine d’habitants du village s’y trouvent toujours. Le village était un lieu touristique très prisé avant la guerre et certains de ses résidants parlent toujours l’araméen, la langue biblique qui aurait été utilisée par Jésus.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par ailleurs, le secrétaire d’État américain John Kerry a répété lundi que des preuves solides démontrent que le régime de Bachar el-Assad a utilisé des armes chimiques contre sa propre population.

M. Kerry réagissait à une entrevue que devait diffuser le réseau CBS lundi, dans laquelle le président Assad affirme que les preuves mises de l’avant par M. Kerry ne sont que des mensonges comparables à ceux utilisés pour justifier l’invasion de l’Irak il y a plus de 10 ans.

De leur côté, les ministres russe et syrien des Affaires étrangères ont réclamé, lundi, le retour en Syrie des experts de l’ONU qui enquêtaient sur l’utilisation d’armes chimiques au pays. Sergeï Lavrov et Walid al-Moallem ont indiqué que les enquêteurs devraient compléter leurs travaux et soumettre leurs conclusions au Conseil de sécurité des Nations unies. M. Lavrov a ajouté qu’une intervention militaire américaine assénerait un coup fatal aux efforts de paix.

Enfin, un journaliste italien et un écrivain belge qui avaient été enlevés en Syrie en avril ont été libérés. L’annonce a été faite dimanche par le gouvernement italien, qui n’a pas fourni plus de détails. Mais lors de son arrivée à Rome dimanche, le journaliste Domenico Quirico, un correspondant de guerre expérimenté qui écrit pour le quotidien La Stampa, a révélé avoir été maltraité pendant sa captivité.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur