Syrie: intenses bombardements à Qousseir

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 11h38 HAE, le 25 mai 2013.

BEYROUTH – Les forces loyales à Bachar el-Assad ont redoublé d’intensité dans leur bombardement de la ville stratégique de Qousseir, en Syrie, samedi, dans ce que des militants ont décrit comme la plus violente des journées depuis le début de l’offensive gouvernementale, il y a une semaine.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, basé à Londres, a indiqué qu’au moins 22 personnes, dont 18 rebelles, avaient été tués et des dizaines d’autres blessés dans les affrontements à Qousseir.

Les soldats pro-Assad, incluant les combattants de la milice libanaise Hezbollah, tentent depuis plusieurs jours déjà d’expulser les rebelles de la ville. La télévision d’État syrienne a déclaré que les forces gouvernementales avaient fait des gains constants sur le terrain, notamment pendant la journée de samedi. Mais des militants locaux ont nié ces percées du régime et soutiennent que les rebelles défendent leurs positions.

La ville de Qousseir revêt une importance stratégique pour le régime el-Assad, puisqu’elle est située le long d’un corridor qui relie les deux zones encore sous son contrôle, soit la capitale, Damas, et les villes de la côte méditerranéenne. Les rebelles profitent quant à eux de cette ville pour le trafic d’armes et de biens en provenance du Liban, dont la frontière se trouve à 10 kilomètres seulement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les tirs de roquette, de mortier et d’obus ont débuté après le levé du jour samedi, ont rapporté le militant de Qousseir Hadi Abdullah et l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Tous deux ont soutenu que les bombardements n’avaient jamais été aussi intenses que pendant la journée de samedi depuis le début de l’offensive des troupes gouvernementales, la semaine dernière. Ils ont également fait état d’échanges de tirs nourris.

Les bombardements pouvaient être entendus dans les régions environnant la frontière libanaise et dans la ville de Homs, située à 25 kilomètres de Qousseir.

Par ailleurs, les combats à Qousseir ont mis en lumière le rôle grandissant joué dans la guerre civile syrienne par le Hezbollah, appuyé par l’Iran. La milice avait d’abord tenté de nier son implication, mais ce ne fut plus possible dès lors que plusieurs dizaines de ses combattants ont été tués dans les hostilités à Qousseir.

L’opération de samedi coïncide avec le tout premier discours à être prononcé, depuis le début de l’offensive, par le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. Son allocution, dans l’après-midi de samedi, est prévue dans le cadre des commémorations du retrait des troupes israéliennes du Liban, en 2000. Cet anniversaire survient toutefois dans un contexte où le Hezbollah est de plus en plus critiqué au Liban pour son rôle dans le conflit syrien.

Véhicule israélien

La Syrie avait annoncé mardi qu’elle avait détruit un véhicule militaire israélien ayant franchi la frontière établie en vertu d’un cessez-le-feu dans les hauteurs du Golan, tandis que l’armée israélienne a indiqué que des coups de feu provenant de la Syrie ont atteint une patrouille israélienne, endommageant un véhicule et provoquant sa riposte.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il semblerait que les deux parties faisaient référence au même incident.

Des tirs de la guerre civile syrienne atteignent occasionnellement le plateau du Golan, contrôlé par Israël depuis le guerre de 1967. Israël tient pour acquis que la plupart des incidents sont accidentels mais ses troupes ont riposté à plusieurs occasions.

L’incident de mardi marque toutefois la première fois que l’armée syrienne a reconnu avoir tiré sur des troupes israéliennes de l’autre côté de la frontière.

Le geste semblerait être une tentative du régime du président syrien Bachar el-Assad de durcir le ton après des frappes aériennes israéliennes près de Damas plus tôt cette année.

Ces frappes, qui auraient ciblé des cargaisons d’armes syriennes destinées au groupe militant islamique libanais Hezbollah, ont marqué une intensification de l’implication de l’armée israélienne dans la guerre civile syrienne.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Elles font également craindre que le conflit syrien, qui dépasse fréquemment les frontières du pays, puisse mener à une guerre régionale.

Dans un communiqué publié mardi, les forces armées syriennes ont annoncé qu’elles avaient détruit le véhicule israélien ainsi que ses occupants. Elles n’ont pas donné davantage de détails, mais ont affirmé que toute tentative pour infiltrer le territoire de la Syrie entraînerait des représailles immédiates.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur