Suicide de Rehtaeh Parsons: un avocat ontarien examinera la gestion de l’affaire

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 13h05 HAE, le 12 août 2013.

HALIFAX – Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a choisi un avocat torontois pour procéder à un examen indépendant de toute la gestion de l’affaire Rehtaeh Parsons par la police et la direction des poursuites criminelles.

Murray Segal, un ancien sous-procureur général de l’Ontario, devra faire des recommandations pour améliorer le système judiciaire, et évaluer l’impact que peut avoir la technologie sur les jeunes et leur famille, ainsi que les interactions avec le système de justice et la police. Il devra déposer son rapport sur l’affaire Parsons d’ici le 1er avril.

Il aura notamment pour mandat de déterminer si les policiers ont agi assez rapidement et de manière appropriée dans ce dossier d’intimidation criminelle présumée, et devra fournir des recommandations à la province.

Rehtaeh Parsons avait 17 ans quand elle s’est suicidée en avril après avoir été victime de cyberintimidation, selon sa famille. L’adolescente aurait été victime d’intimidation pendant des mois après la publication d’une photo numérique la montrant lors d’une agression sexuelle présumée en novembre 2011. La police avait mené son enquête mais n’avait pu recueillir de preuves suffisantes pour porter des accusations.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La semaine dernière, deux hommes de 18 ans ont été arrêtés relativement à cette affaire. Les deux jeunes, qui étaient mineurs au moment des faits allégués, doivent comparaître jeudi. L’un d’eux devra répondre à deux accusations de distribution de pornographie juvénile, l’autre de production et de distribution de pornographie juvénile.

Ces accusations ont été portées au lendemain de l’entrée en vigueur d’une loi néo-écossaise permettant aux présumées victimes de déposer des poursuites contre leurs agresseurs en cas de cyberintimidation. Les parents peuvent aussi le faire au nom de leur enfant s’ils estiment que celui-ci en fait l’objet.

Plus tôt cette année, la GRC a enquêté sur ces allégations mais faute de preuves, la Couronne n’a pu déposer des accusations d’agression sexuelle. La semaine suivant le décès de la jeune femme, la GRC a rouvert l’enquête, affirmant avoir reçu de nouvelles informations de la part de quelqu’un prêt à collaborer avec les enquêteurs.

Les parents de la jeune femme ont réagi aux arrestations, jeudi, disant que cela mettait un baume sur leurs blessures, mais son père, Glen Canning, s’est dit déçu que sa fille soit partie avant que justice soit faite.

M. Canning a affirmé aux médias que l’arrestation des deux hommes constitue une nouvelle douce-amère pour la famille, toujours en deuil. «Elle est morte maintenant. Elle est partie. C’est triste et en même temps, c’est un peu un soulagement qu’un peu de justice se fasse dans ce dossier.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le premier ministre Stephen Harper, qui avait rencontré la mère de Rehtaeh, Leah Parsons, plus tôt cette année, souhaite que les arrestations apporteront un certain réconfort à la famille.

«C’est une terrible tragédie qui a touché non seulement les familles mais beaucoup d’autres Canadiens, qui sont maintenant familiers avec le genre de risques que courent tous nos enfants», a-t-il déclaré jeudi, de passage à Saint-Jean, Nouveau-Brunswick.

Le ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Ross Landry, a affirmé lundi que les autorités provinciales avaient l’intention de déterminer avec précision ce qui s’était passé dans le cas de la jeune Rehtaeh Parsons.

«Nous sommes déterminés à réviser tout ce qui a mené à cette mort tragique, incluant le rôle des policiers et du service des poursuites», a-t-il indiqué. «Nous explorerons toutes les pistes.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur