Sept tableaux de grande valeur volés au musée Kunsthal de Rotterdam

Partagez
Tweetez
Envoyez

16 oct 2012 11h15

PARIS – Sept tableaux de grande valeur – un Picasso, un Matisse, un Gauguin, deux Monet, un Lucian Freud et un Meyer de Haan – ont été dérobés au musée Kunsthal de Rotterdam, a annoncé mardi la police néerlandaise. Le cambriolage se serait produit mardi très tôt.

Les tableaux emportés sont « Tête d’Arlequin » de Pablo Picasso (1971); « Waterloo Bridge London » (« Pont de Waterloo, Londres ») et « Charing Cross Bridge, London » (« Pont de Charing Cross, Londres ») de Claude Monet (1901); « La Liseuse en blanc et jaune » d’Henri Matisse (1919); « Femme devant une fenêtre ouverte, dite La Fiancée » de Paul Gauguin (1898); « Autoportrait » de Meyer de Haan (vers 1890), et « Woman with Eyes closed » (« femme aux yeux clos ») de Lucian Freud (2002).

La police a lancé un appel à témoin et diffusé des reproductions des oeuvres dérobées. Sa porte-parole, Willemieke Romijn, a déclaré que les enquêteurs visionnaient les bandes vidéo qui ont enregistré le vol, perpétré à 3h du matin mardi.

« Les peintures ont une valeur considérable », a estimé mardi Mariette Maaskant du musée Kunsthal.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Chris Marinello, à la tête du site Art Loss Register, qui recense les oeuvres volées, a estimé que les tableaux vaudraient « des centaines de millions d’euros » s’ils avaient été vendus aux enchères et que les voleurs savaient ce qu’ils faisaient.

Les tableaux, exposés ensemble pour la première fois depuis le 7 octobre et normalement jusqu’au 20 janvier, faisaient partie de la collection privée de la Fondation Triton (Triton Foundation) du milliardaire Willem Cordia, un investisseur et homme d’affaires décédé en 2011.

L’exposition de cette collection pour le 20e anniversaire du musée Kunsthal réunissait les oeuvres de plus de 150 artistes dont Alexander Calder, Paul Cézanne, Marc Chagall, Salvador Dali, Edgar Degas, Marcel Duchamp, Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Jasper Johns, Roy Lichtenstein, René Magritte, Claude Monet, Auguste Rodin et Andy Warhol, entre autres. Certains tableaux n’avaient jamais été montrés au public.

Le musée était fermé mardi en raison de l’enquête policière.

En 2002, deux tableaux de Vincent van Gogh avaient été dérobés au Van Gogh Museum d’Amsterdam. Les voleurs avaient été attrapés mais les peintures n’ont pas réapparu. En 1991, ce sont 20 oeuvres de l’artiste estimées à au moins 10 millions de dollars (7,7 millions d’euros) chacune qui s’étaient envolées de l’établissement mais elles avaient été retrouvées moins d’une heure plus tard dans la voiture des cambrioleurs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 1988, trois Van Gogh estimés à quelque 90 millions de dollars (69 millions d’euros) avaient disparu du Krvller-Mîller Museum, dans l’est du pays, mais ils avaient été récupérés par la suite.

Les toiles des grands mantres sont régulièrement la cible des voleurs:

– MINUIT A PARIS

En mai 2010, en plein milieu de la nuit, un cambrioleur masqué profitant de la panne d’un système d’alarme, cisaille un cadenas, brise une vitre et s’introduit dans le Musée d’art moderne de Paris, presque comme dans un moulin.

Il repart un quart d’heure plus tard avec un Picasso, un Matisse et trois autres oeuvres d’art, ne laissant que les cadres vides derrière lui. Le butin est estimé à 94, 5 millions d’euros. Bien qu’il ait été filmé par les caméras du musée, les vigiles qui travaillent cette nuit-là déclarent n’avoir « rien vu ». L’affaire n’a toujours pas été résolue.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– SAVOIR-FAIRE SUISSE

« Une nouvelle dimension a été franchie avec un vol à main armée dans un musée », s’indigne la police de Zurich. En février 2008, trois hommes portant des lunettes de ski et vêtus de noir s’introduisent dans le musée de Bîhrle une demi-heure avant la fermeture.

Pendant que l’un des individus, armé, ordonne au personnel de s’allonger par terre, deux autres s’emparent de quatre oeuvres de Cézanne, Degas, Van Gogh et Monet, d’une valeur de plus de 125 millions d’euros. Le Van Gogh et le Monet ont été retrouvés en 2010.

– EN PLEIN JOUR

En août 2004, en plein jour, deux pièces mantresses de l’oeuvre d’Edvard Munch, « Le Cri » et « Madone », sont dérobées au musée Munch d’Oslo, en Norvège, par trois hommes armés. Les malfaiteurs forcent les vigiles à s’allonger sur le sol pendant qu’ils subtilisent les oeuvres d’art et s’enfuient.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Leur voiture sera retrouvée plus tard par la police, abandonnée. Les tableaux, qui avaient été assurés pour 108 millions d’euros, sont récupérés, peu endommagées, deux ans plus tard.

– TROMPEUSES APPARENCES

En mars 1990, deux cambrioleurs portant des uniformes de policiers bernent le personnel du Musée Isabella Stewart Gardner de Boston et réalisent le plus gros casse de l’histoire des Etats-Unis.

Les malfaiteurs s’introduisent dans le musée en pleine nuit, en se faisant passer pour des agents de police municipaux répondant à un appel d’urgence. Une fois à l’intérieur, ils menottent les deux vigiles et les emmènent au sous-sol puis les attachent à la tuyauterie avec de la bande adhésive.

Ils s’échappent en emportant avec eux des tableaux de grands mantres hollandais comme Vermeer, Rembrandt ou encore du peintre français Manet. Le butin, d’une valeur estimée à 230 millions d’euros, n’a pas été retrouvé à ce jour.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– MONA LISA NE SOURIT PAS

C’est ce cambriolage qui a contribué à faire briller l’aura sans pareil de La Joconde. En août 1911, le personnage énigmatique peint par Léonard de Vinci est subtilisé au nez et à la barbe de tous au musée du Louvre, à Paris. Parmi les personnes mises en garde à vue par la police à l’époque, on retrouve un certain Pablo Picasso…

Le Louvre a longtemps pleuré la disparition de la célèbre peinture mais deux ans plus tard, le véritable cambrioleur est retrouvé. D’après les historiens d’art, c’est Vincenzo Peruggia, un employé du Louvre, qui avait dérobé le tableau en s’introduisant dans le bâtiment pendant ses horaires de travail.

Il avait quitté le musée à la fermeture, en marchant, le tableau simplement dissimulé sous son manteau.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur