Scandale du crack: Rob Ford continue d’attaquer ses détracteurs

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 20h38 HAE, le 2 juin 2013.

TORONTO – Rob Ford s’est montré toujours aussi combatif, dimanche, profitant de chaque opportunité pour s’en prendre à ses détracteurs tout en ne mentionnant jamais directement, lors de son émission de radio hebdomadaire, des allégations de consommation de drogue qui le suivent depuis des jours.

En ondes à la station Newstalk 1010, le maire de Toronto est demeuré fidèle à sa stratégie de limiter les commentaires à propos du scandale qui plombe sa carrière depuis plus d’une semaine, lorsque deux médias ont fait état d’une présumée vidéo où il semblerait fumer ce qui serait du crack.

Plutôt que de discuter des allégations et du départ subséquent d’un grand nombre d’employés de son bureau, M. Ford a utilisé son temps d’antenne pour s’attaquer au gouvernement ontarien libéral, vilipender les médias qui ont remis en question sa capacité de gouverner et s’adresser directement à ses partisans les plus farouches.

Selon lui, il reçoit un appui «phénoménal». Le maire a profité de la majorité de son temps d’antenne pour réitérer ses réalisations à l’hôtel de ville, tout en rappelant aux auditeurs qu’il serait certainement de la prochaine course électorale municipale, malgré des appels en faveur de sa démission.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Rob Ford a assuré qu’il ne consommait pas de crack et qu’il n’avait pas de dépendance. Il refuse de commenter le contenu d’une vidéo «que je n’ai pas vu ou qui n’existe pas».

Accompagné de son frère Doug, le conseiller municipal du quartier 2 d’Etobicoke, celui que Rob Ford a représenté pendant 10 ans avant d’être élu maire, les deux Ford ont critiqué un article du Toronto Star qui mentionnait qu’une directive avait été donnée de détruire les courriels appartenant aux employés municipaux ayant quitté l’emploi du maire.

Manifestation samedi

Quelques centaines de manifestants se sont rassemblés samedi après-midi devant l’hôtel de ville de Toronto afin de réclamer la démission du maire Rob Ford.

Certains brandissaient des pancartes demandant que M. Ford quitte son poste. D’autres affirmaient que le présent scandale était une honte pour la ville.

Depuis plus de deux semaines, M. Ford est bombardé de questions au sujet d’une vidéo qui le montrerait en train de fumer ce qui semble être du crack. Il assure ne pas consommer cette drogue.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le manifestant Jim Hedge a déclaré que Rob Ford, qui a été l’objet de quelques controverses depuis son élection, avait atteint le point de non-retour avec ces allégations explosives.

«C’est quelqu’un qui semble prêt à dire n’importe quoi, sauf la vérité, pour rester au pouvoir, a-t-il affirmé. Il n’a pas été bon pour la ville sur le plan économique et culturel, et ceci est la goutte qui fait déborder le vase. Il doit partir.»

Un partisan du maire ayant bravé la foule pour le défendre s’est disputé avec des protestataires avant d’être rapidement enterré par les slogans contre M. Ford.

Derek Hill a soutenu que les gens avaient tiré des conclusions hâtives par rapport à la vidéo, qui n’a jamais été diffusée publiquement. «Ce n’est pas un traitement juste. Peu importe ce que vous pensez de Ford, ce n’est pas la façon de procéder au Canada», a-t-il insisté.

Au cours des conférences de presse qu’il a données les deux derniers jours, le maire a refusé de répondre aux questions concernant la vidéo. Il a toutefois indiqué qu’il demeurerait en poste et qu’il se représenterait à la prochaine élection.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Plusieurs membres de l’entourage de Rob Ford ont démissionné dans la foulée du scandale.

Ford savait où était la vidéo?

C’est un Rob Ford provocateur qui avait contourné les questions des journalistes, jeudi, à propos d’une information voulant qu’il ait été au courant de l’endroit où se trouvait une vidéo le montrant en train de consommer du crack, lors d’une autre journée mouvementée durant laquelle deux autres membres de sa garde rapprochée ont quitté leurs fonctions.

Alors que la tempête se poursuit, le maire Ford a assuré qu’il restera en poste. «Je ne démissionnerai pas», a annoncé M. Ford, jeudi. «Je me présenterai aux prochaines élections. Les choses vont à merveille et nous allons bien.»

Interrogé à répétition au sujet des allégations, M. Ford s’est contenté de la même réponse : «Autre chose? Autre chose?».

Par ailleurs, son frère, le conseiller municipal Doug Ford, a dénoncé un reportage du Toronto Star qui prétend, sans nommer ses sources, que le maire a affirmé à ses principaux collaborateurs de ne pas s’inquiéter parce qu’il savait à quel endroit se trouvait la vidéo incriminante.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Il s’agit d’une autre fausse accusation», a lancé Doug Ford. «Il s’agit du Toronto Star qui tente de garder cette histoire en vie.»

«À mon avis, nous avons affaire à un employé mécontent, un ex-employé devrais-je dire, qui est contrarié et qui lance ces fausses accusations», a ajouté le frère du maire.

Un navire qui coule

Deux nouvelles démissions ont été annoncées au cabinet du maire, ce qui porte le total à cinq depuis que le scandale a éclaté il y a deux semaines.

Le conseiller politique Brian Johnston a quitté l’hôtel de ville sous escorte des agents de sécurité, jeudi. Il a affirmé aux journalistes qu’il quittait «parce que le moment était propice».

Un autre assistant, Kia Nejatian, a aussi quitté, jeudi, dans des circonstances qui restent à préciser.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ces départs s’ajoutent à ceux du chef de cabinet Mark Towhey et de deux attachés de presse.

Plus tôt dans la journée, le maire avait esquivé les questions d’une meute de journalistes alors qu’il tentait d’accéder à son bureau.

Il y a deux semaines, le site américain Gawker et le Toronto Star ont affirmé qu’ils avaient vu une vidéo enregistrée avec un téléphone cellulaire par un revendeur de drogue. La vidéo montrerait supposément Rob Ford en train de fumer du crack.

Les allégations n’ont pas été vérifiées et même le Star a affirmé qu’il ne pouvait pas attester son authenticité. Gawker a amassé 200 000 $ pour tenter d’acheter la vidéo.

Selon les informations du Star, le maire aurait avisé ses principaux collaborateurs qu’il savait où était la vidéo et qu’elle se trouvait dans un immeuble à logements à l’ouest de Toronto.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Kathleen Wynne inquiète

Le maire a soutenu depuis le début que les affaires se poursuivaient normalement à l’hôtel de ville. «J’insiste, et je vous l’assure, que le travail a lieu, que nous retournons les appels et que nous répondons aux courriels.»

Mais des conseillers municipaux mécontents affirment que le scandale a perturbé les opérations courantes à l’hôtel de ville.

Le conseiller James Pasternak s’est dit irrité du fait que le maire refusait de répondre de façon adéquate aux allégations.

En vertu de la loi provinciale, un élu peut perdre son emploi s’il est emprisonné ou à la suite d’une procédure judiciaire.

La première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, s’est dite préoccupée que les Torontois perdent confiance envers leurs autorités municipales.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon Radio-Canada, des avocats du gouvernement évaluent en ce moment les différents scénarios afin d’intervenir à l’hôtel de ville, si la situation l’exige. Mme Wynne affirme même qu’elle pourrait amender la Loi sur la Ville de Toronto, si nécessaire.

«Le maire doit régler ses problèmes personnels. Une grande partie de cette confusion vient du fait qu’il ait négligé de le faire», a déclaré Mme Wynne.

«La première ministre devrait s’occuper de ses propre problèmes à Queen’s Park», a rétorqué M. Ford.

Arrestation en Alberta

Par ailleurs, la police de Toronto a fait savoir jeudi qu’elle avait procédé à une deuxième arrestation en lien avec le meurtre d’un Torontois que l’on verrait aux côtés du maire Ford sur une photo tirée de la vidéo qui fait scandale.

Hanad Mohamed, âgé de 23 ans, a été arrêté la semaine dernière à Fort McMurray, en Alberta, relativement à la mort d’Anthony Smith. L’homme devait être ramené à Toronto pour comparaître en cour ce vendredi. La police avait déjà arrêté en avril dernier Nisar Hashimi, âgé de 23 ans, dans cette affaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Interrogé quant à l’existence de cette photo, le maire Ford avait déclaré, dimanche, qu’il prenait des photos avec beaucoup de personnes et ne se rappelait pas de chacune d’entre elles.

* * *
À LIRE AUSSI, d’autres reportages et éditoriaux sur la politique municipale torontoise:
La nature n’aime pas le vide
Les journalistes, tous des trous de cul?
Le bon, la brute…
Maires, cyclistes et gangsters
La video de Rob Ford fumant du crack n’est plus disponible
Tim Hudak prend ses distances de Doug Ford
Après son chef de cabinet, Rob Ford perd son attaché de presse

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur