Russes et Américains discuteront du désarmement chimique de la Syrie à Genève jeudi

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le secrétaire d’État américain, John Kerry, et son homologue russe, Sergueï Lavrov, discuteront des modalités de la reddition des armes chimiques de la Syrie jeudi 12 septembre à Genève, en présence d’experts en la matière. L’envoyé spécial de la Ligue arabe et de l’ONU Lakhdar Brahimi participera également à ces discussions.

La proposition russe, de placer les armes chimiques syriennes sous contrôle international, semble avoir désamorcé la guerre plus large que s’apprêtait à lancer les États-Unis dans la région pour punir le régime de Bachar el-Assad d’avoir utilisé de telles armes contre ses adversaires récemment.

La porte-parole du département d’État américain, Jennifer Psaki, a précisé que l’objectif de la rencontre entre MM. Kerry et Lavrov était d’examiner dans le détail les idées avancées par les Russes.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine – se sont réunis mercredi à New York pour poursuivre leurs discussions sur l’éventuel démentèlement de l’arsenal chimique de Damas.

Le ministre syrien des Affaires étrangères avait annoncé mardi que le gouvernement du président Bachar el-Assad déclarerait son arsenal chimique et signerait la convention internationale sur les armes chimiques.

En entrevue avec la chaîne Al-Mayadeen, Walid al-Moallem a assuré que la Syrie était prête à collaborer pleinement à la mise en oeuvre de la proposition de la Russie lui demandant de confier ses armes chimiques à la communauté internationale. Il a ajouté que le pays s’engageait également à cesser la production de telles armes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Selon M. al-Moallem, le régime syrien a l’intention de mettre ses armes chimiques à la disposition de représentants de Moscou, d’autres pays et des Nations unies.

Plus tôt mardi, le ministre syrien avait déclaré au terme d’une rencontre avec le président du Parlement russe que son gouvernement avait rapidement accepté l’initiative russe afin de contrecarrer «l’agression américaine».

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir à huis clos mardi à 16 h (HAE) afin d’étudier une résolution visant à récupérer et à détruire l’arsenal chimique de la Syrie. Les diplomates du Conseil ont précisé que la rencontre avait été demandée par Moscou.

Le secrétaire d’État américain, John Kerry, a affirmé mardi que la proposition russe devait être enchâssée dans une résolution contraignante du Conseil de sécurité établissant des conséquences claires pour le régime syrien s’il décidait de ne pas se conformer.

* * *
À lire aussi: d’autres reportages et éditoriaux sur la guerre civile en Syrie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur