Roumanie: un ancien directeur de prison communiste accusé de génocide

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 07h23 HAE, le 3 septembre 2013.

BUCAREST – L’ancien directeur d’une prison communiste roumaine a été accusé mardi de génocide, devenant le premier Roumain accusé d’un tel crime depuis 1989.

L’homme de 87 ans, Alexandru Visinescu, s’est présenté devant la justice mardi. Il a dirigé la prison de Ramnicu Sarat entre 1956 et 1963, là où était incarcérés l’élite précommuniste et les intellectuels du pays.

Visinescu a refusé de commenter les allégations contre lui au moment de quitter le tribunal. Il a déjà déclaré avoir simplement obéi aux ordres.

Des procureurs affirment que des prisonniers ont été battus et affamés sous sa direction, tandis que d’autres étaient privés des soins de santé nécessaires ou exposés au froid. Visinescu est passible de la prison à vie s’il est reconnu coupable.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le dernier Roumain accusé de génocide était l’ancien dictateur Nicolae Ceausescu, qui a été jugé et exécuté en compagnie de sa femme en 1989.

En juillet, l’agence gouvernementale qui enquête sur les crimes commis pendant l’époque communiste avait recommandé que Visinescu soit traduit en procès en lien avec six décès. L’agence prévoit remettre aux procureurs 35 dossiers portants sur d’anciens dirigeants communistes.

En août, Visinescu avait tenté de s’en prendre physiquement aux journalistes venus le questionner au sujet des allégations dont il fait l’objet.

Environ 500 000 Roumains — des prêtres, des enseignants, des paysans, des médecins et des diplomates — ont été jetés en prison dans les années 1950, au moment où le régime communiste cherchait à écraser toute dissidence. Les historiens affirment que le cinquième d’entre eux n’ont pas survécu à leur incarcération.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur