Romano Prodi: un an de pouvoir malgré tout

Partagez
Tweetez
Envoyez

ROME (AP) – Personne ne donnait cher de son gouvernement de centre-gauche mais le président du Conseil italien Romano Prodi a passé jeudi le cap des 12 mois au Palazzo Chigi. Un anniversaire marqué par de mauvais résultats aux récentes élections locales en Sicile, un sondage défavorable et une majorité ultra-mince au Sénat.

D’après un sondage Ipsos, 55% des personnes interrogées se déclarent déçues par son action contre 42% qui en ont une opinion favorable. Même le quotidien de gauche L’Unità l’avertissait mercredi en une: «ça ne va pas».

Au Sénat, sa majorité est des plus minces: toute défection serait fatale à la coalition. Après sa courte victoire aux législatives de mai 2006, Romano Prodi avait conclu une alliance allant des chrétiens-démocrates aux communistes.

Les membres de cette équipe disparate ne s’accordent pas sur nombre de sujets.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La semaine dernière, deux ministres ont ainsi pris part à une manifestation contre le projet de loi gouvernemental prévoyant une reconnaissance juridique des couples non mariés, y compris homosexuels.

Autre hiatus cette semaine: un centriste a annoncé qu’il ne soutiendrait pas la législation sur les conflits d’intérêts.

Dans le domaine économique, si Romano Prodi a libéralisé plusieurs secteurs (des stations-service aux pharmacies), il n’a pas pu mener à bien pour l’instant plusieurs réformes cruciales, notamment celle du système des retraites.

En politique étrangère en revanche, il a tenu sa promesse de campagne de retirer toutes les troupes italiennes d’Irak. Rome maintient par ailleurs ses 2 000 hommes en Afghanistan. L’Italie a envoyé le plus gros contingent étranger au Sud-Liban et a pris en février dernier le commandement de la FINUL.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur