Rare front commun pour maintenir le siège de l’OACI à Montréal

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 11h52 HAE, le 3 mai 2013.

MONTRÉAL – Un rare front commun des trois ordres de gouvernement canadien – fédéral, provincial et municipal – a été créé dans le but de convaincre l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) de maintenir ses quartiers généraux à Montréal.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, le ministre québécois des Relations internationales, Jean-François Lisée et le maire de Montréal, Michael Applebaum se sont réunis vendredi dans la métropole pour livrer un plaidoyer en faveur d’une présence prolongée de l’organisation en sol québécois.

Récemment, le Qatar a manifesté son intention d’attirer l’organisme des Nations unies, en moussant divers avantages, dont celui du climat plus agréable dans ce pays du golfe Persique.

Le ministre québécois des relations internationales, Jean-François Lisée, a précisé que depuis le dévoilement du projet du Qatar, des représentants de Montréal, Québec et d’Ottawa ont cherché à multiplier leurs contacts internationaux pour garder dans la métropole le siège de l’OACI.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Jean-François Lisée a insisté sur le caractère distinct de Montréal présentée comme la ville de l’aviation civile. Il a souligné sa position avantageuse parmi les trois villes mondiales au sommet de l’aéronautique conjuguée avec la présence de grands donneurs d’ordres dont Bombardier, CAE et Pratt&Whitney. Le départ de l’OACI de Montréal ne fait aucun sens selon lui.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, affirme avoir commencé les négociations avec l’OACI depuis maintenant près de deux ans, afin de conclure un accord avec le conseil. M. Baird soutient qu’un projet d’accord a été conclu et se dit prêt à le signer dès maintenant pour officialiser cette entente et confirmer la présence de l’OACI pour les années à venir.

De son côté, le maire de Montréal, Michael Applebaum, a souligné que l’OACI est à Montréal depuis plus de 60 ans et qu’elle y a ses racines. «Ici, l’OACI est chez-elle», a conclu le maire de Montréal.

Des sources anonymes ont confié cette semaine au Globe and Mail que la proximité entre le Canada et Israël fâchait le monde arabe, désormais prêt à faire front commun pour ravir à Montréal le siège social de l’OACI. Selon le gouvernement de Stephen Harper, il est cependant «ridicule» d’associer les critiques à l’égard de la politique étrangère canadienne et l’incertitude qui entoure l’avenir du siège social de l’OACI.

Le Qatar a récemment demandé aux Nations unies que l’organisation chargée d’établir des règles internationales pour l’aviation déménage à Doha. D’autres pays arabes seraient derrière cette candidature et chercheraient à récolter l’appui de plus de nations.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur