Nouvelle mobilisation du camp laïque en Turquie

Partagez
Tweetez
Envoyez

IZMIR, Turquie (AP) – Plusieurs centaines de milliers de manifestants étaient rassemblés dimanche à Izmir, troisième ville de Turquie, pour protester contre le gouvernement et le parti au pouvoir accusés de vouloir renforcer la place de l’islam dans les institutions et la société turques.

Ce rassemblement fait suite aux manifestations géantes organisées le mois dernier à Istanbul et Ankara pour le maintien du régime laïque en vigueur depuis les années 20 dans ce pays musulman.

Alors que la foule atteignait déjà plusieurs centaines de milliers de manifestants sur le front de mer d’Izmir, des milliers de personnes continuaient d’affluer dimanche en milieu de journée vers le centre de la ville, et les autoroutes menant à la cité étaient toutes encombrées. Selon la police, environ 200 000 personnes étaient présentes.

Des milliers de policiers avaient été déployés dans les rues d’Izmir en prévision de la manifestation, d’autant qu’un attentat sur un marché de la ville avait fait un mort et 14 blessés la veille.

Turkan Saylan, l’une des organisatrices du rassemblement d’Izmir, a appelé à la poursuite de la mobilisation du camp laïque «jusqu’à l’obtention de résultats». «Notre devoir se poursuivra tant qu’il y aura des développements menaçant la République (laïque)», a-t-elle expliqué sur la chaîne privée NTV.

Même son de cloche parmi les manifestants. «Ces rassemblements sont utiles pour forcer le gouvernement à faire marche arrière», soulignait Neslihan Erkan, présent dans le cortège. «Le danger n’a pas encore disparu. Ces rassemblements doivent se poursuivre jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de menace.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Venus de plusieurs villes du pays, les manifestants étaient rassemblés sur le «Kordon», le front de mer de cette ville considérée comme un bastion laïque. Beaucoup d’entre eux portaient des banderoles anti-gouvernement, ainsi que des drapeaux turcs rouge et blanc et des portraits de Mustafa Kemal Ataturk, le fondateur vénéré de la Turquie moderne et laïque dans les années 20. Des drapeaux pendaient également aux balcons et aux fenêtres le long du cortège ou étaient accrochés sur les bus, les bateaux de pêche et les yachts mouillant dans la baie d’Izmir.

«Je suis ici pour défendre mon pays. Je suis ici pour défendre la révolution d’Ataturk», lançait un autre manifestant, Yuksel Uysal.

Active depuis plusieurs semaines, cette mobilisation du camp laïque est menée en réaction à la tentative du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir), issu de la mouvance islamiste, de faire élire par le Parlement un candidat issu de ses rangs à la présidence de la République.

Le candidat de l’AKP, l’actuel ministre des Affaires étrangères Abdullah Gul, a finalement dû jeter l’éponge en raison du boycott de l’opposition et de l’absence de quorum lors de deux tours de scrutin.

Mais, des élections législatives anticipées ont été convoquées pour le 22 juillet, et le Parlement a adopté un amendement constitutionnel permettant l’élection du président de la République au suffrage universel direct. L’amendement doit encore être approuvé par l’actuel président Ahmet Necdet Sezer, un fervent défenseur de la laïcité.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur